Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Calvin RUSSELL - Calvin Russell (1996)
Par ERWIN le 30 Septembre 2018          Consultée 287 fois

Un an après le remarquable Dream of the dog, Calvin s'installe à Memphis, dans son Amérique natale pour enregistrer son cinquième album. Voila qui n'est pas banal si on considère qu'il doit son succès avant tout à ses fans français. Es-ce une tentative de renouer avec ses racines ? Allez savoir avec notre Calvin, qui a en ses mid nineties a le nez trop souvent plein de poudre blanche pour que ses réelles motivations apparaissent clairement lors des interviews. L'homme exhale la souffrance et le mal être, mais ces données rendent sa musique toujours aussi captivante. La pochette est toujours aussi peu racoleuse, tout ceci n'est pas bien superficiel, et la musique risque à nouveau de bien parler aux âmes ! Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, Calvin évolue sur tous les types de musique ricaines, parfois blues ou folk, souvent rock, avec une pincée de soul ou de country.

"Let the music play" est sans conteste le grand classique de cette livraison, et restera comme une des grandes contributions à la musique de l'homme à la gueule cabossée. C'est tout à la fois au niveau des influences, et avec les quelques intonations poppy qui la rendent aimables par tous les aficionados de musique un peu roots. Dans le trip classique, sur "Mr Mudd and Mr Gold", les influences rock, blues et gospels se télescopent avec une maestria peu commune. Le hammond très sixties crée une ambiance très réussie. Un titre de très belle tenue. Sur une composition magnifique de son ami Townes VAN ZANDT à laquelle il rend pleinement justice.

Du folk ? On se croirait dans Bagdad Cafe sur la crépusculaire "My love is so". Difficile de trouver un morceau juste moyen sur ce disque. La guitare Shadows résonne avec beaucoup d'à propos sur cette compo. Tout le monde sera d'accord avec la conclusion de la petite ballade "Time flies", chanson sur le temps qui passe trop vite et sur nos petites vies inutiles. "Cut the silver strings" est dans la grande tradition de ses chansons de quête perdues. La guitare folk retentit dans une ambiance toujours désabusée et fataliste. C'est ainsi qu'on se souviendra de Calvin, et ça lui va bien.

Il y a bien entendu pas mal de rock, ainsi nous restons proche des fans de Hard comme à chaque fois. Les influences sixties – on pense aux PRETTY THINGS – résonnent sur "I want to change the world", qui évoque aussi le garage band des DOGS français. On reste sur des données bien agressives, c'est bien méchant, ce mec était un putain de rockeur au final ! Avec "Desperation" on remet les pieds sur un folk rock bien pêchu, à la sauce John MELLENCAMP, avec un son qui jouxte comme souvent avec le Hard rock. Le rythme binaire et bien lourd de "Drive by" n'est pas le plus remarquable de l'opus, mais il se laisse écouter.

"Nothin' can save me" a presque des accents gospels. Il y pose la question existentielle par excellence : rien ne me sauvera de moi même ! Calvin a toujours vécu dans cette spirale autodestructrice qui l'a menée de petits boulots en situations rocambolesque de vendeur de dope, avec la prison qui va avec, du Mexique aux divers états américains. La complainte est jolie et on sent bien tout le fatalisme en découlant. Avec "Lovin you", Calvin rebalance une sauce countrysante sur son rock lourd. C'est toujours surprenant, mais il y est aussi bon que sur tous les autres genres qu'il pratique. Etonnant que cet artiste touche à tout profondément ricain, n'ait jamais été prophète en son pays. La France aura ce trait de gloire d'avoir sorti Calvin RUSSELL de l'anonymat et d'une existence qui l'aurait fauché encore plus tôt.

Cet album est non seulement recommandable, mais certainement aussi primordial dans la disco de Calvin RUSSELL tant ses diverses influences y apparaissent dans leur saisissante beauté. Des classiques, de l'émotion, tout ce qui plait en musique ! Adjugé et positionné au niveau de Songs from the fourth world pour débuter avec cet artiste désabusé et attachant!

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


The KINGSTON TRIO
String Along (1960)
1960 au top




The KINGSTON TRIO
The Kingston Trio (1958)
Pour papa


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Let The Music Play
2. Nothin Can Save Me
3. I Want To Change The World
4. Desperation
5. Lovin' You
6. Mr Mudd And Mr Gold
7. My Love Is So
8. Time Flies
9. Cut The Silver Strings
10. Drive By



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod