Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bob Dylan , Bruce Springsteen , Tom Petty & The Heartbreakers, Bob Seger

John MELLENCAMP - Plain Spoken (2014)
Par ERWIN le 26 Novembre 2014          Consultée 926 fois

Ah il faut se renouveler dans un music business qui ne s'est jamais porté aussi mal... Ouais ! Demandez donc au Cougar de l'Indiana ce qu'il en pense... Hein ? Rien à foutre ? Ouais c'est ce que vous dirait en substance notre Johnny, bien plus intéresse par la récolte de Maïs dans son bled de South bend cette année, que par l'état de l'industrie musicale en général. Du coup, évidemment, on prend les mêmes et on recommence : T BONE BURNETT est dans la place, plus réservé que d'ordinaire puisque c'est John qui a produit la galette, les musicos sont là. Même que le cougar a claironné qu'il avait composé 85 titres pour les besoins de la cause. La récolte du compositeur s'est visiblement fort bien passée.

En tout cas, la moisson de l'année débute avec un "Troubled man" de fort belle extraction. On y reconnait immédiatement la patte et les grands trademarks du John Cougar MELLENCAMP, ce chanteur que le monde entier envie à l'Indiana, ça et l'anneau d'Indianapolis ! La compo fait un single remarquable. Comme souvent avec Johnny, la qualité est là, les chansons sont composées depuis toujours avec cette hargne, cette vista.
La vendange continue avec les très émotionnelle "Tears in vain" - cette magnifique guitare shadow - ou "The company of cowards", des compositions qui font la part belle aux esprits qui volent dans le vent de la plaine, au dessus des grands espaces américains, là ou les duels au soleil témoignent de la conquête de l'ouest.

Et puis le félin de l'Indiana évoque toujours les petites gens, ceux dont il aime à narrer les aventures du quotidien. Alors lisez donc les paroles de "The brass ring" comptant les pérégrinations d'une jeune femme seule élevant ses sept enfants... Non l'Amérique n'est pas la terre qu'on se plait à nous dépeindre en Europe, et la chanson est belle ! Lui qui fut père à 18 ans puis grand père à 37 sait bien de quoi il retourne quand on parle de responsabilités familiales. Il y a aussi l'hommage à la fin de vie dans "Blue Charlotte", la chronique sur les alcooliques dans "The courtesy of kings".

Les mélodies du Heartland rock drivées par une guitare folk et un violon aux intonations irlandaises, il y en a de partout ici ! Ainsi la très belle "Freedom of speech", qui sera probablement la chanson classique de cette récolte. Et puis ce titre blues rock au ton laidback qu'est "Lawless times", un petit instant de bonheur, finalement proche des roots de toutes les musiques populaires américaines, harmonica, bandonéon, violon, guitare folk et électrique s'y retrouvent avec le même bonheur.

Cela fait 40 ans que le Cougar MELLENCAMP sévit dans le folk rock typique américain, il a écoulé plus de 40 millions de disques, sans avoir jamais effectué la moindre concession au music business. Malgré les vicissitudes de la vie, John continue de décrire la vie des petites gens dont il se veut le témoin et le chroniqueur. Se prend-il au sérieux ? Je n'en ai jamais eu l'impression. L'artiste créateur du "Farm aid", imperturbable, poursuit sa route toute simple, il vient même de retrouver Meg Ryan dans sa vie, après avoir connu la rupture avec elle.

Pour ne pas changer, c'est un nouvel album de grande qualité et hautement recommandable que voila.

A lire aussi en FOLK par ERWIN :


Bob DYLAN
The Times They Are A Changin' (1964)
Le plus sombre des Dylan




Bob DYLAN
Bringing It All Back Home (1965)
Un excellent dylan entre rock et folk


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Troubled Man
2. Sometimes There's God
3. The Isolation Of Mister
4. The Company Of Cowards
5. Tears In Vain
6. The Brass King
7. Freedom Of Speech
8. Blue Charlotte
9. The Courtesy Of Kings
10. Lawless Times



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod