Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Daviken, Epsylon, Soldat Louis, Transpher

MERZHIN - Nomades (2018)
Par GEGERS le 12 Octobre 2018          Consultée 236 fois

MERZHIN est un groupe que l'on aime. Vous le savez néanmoins si vous êtes un habitué du site, le MERZHIN que l'on aime reste celui qui teintait son rock de sonorités celtiques percutantes et mélodiques. Comme MATMATAH, le groupe a néanmoins assez vite changé son fusil d'épaule, en laissant de côté ses influences celtisantes. Mais là où MATMATAH a choisi la voie d'un rock agrémenté d'influences pop et rock'n'roll 60's, riche en mélodies, MERZHIN a choisi la voie sombre, plus proche par exemple de l'univers de NOIR DESIR. Le piège dans lequel est tombé le groupe, c'est celui du manque de mélodie et d'accroche, que le groupe n'est pas parvenu à compenser lors de ses deux dernières réalisations studio, se faisant sombre sans être percutant, agressif sans substance.

Avec Nomades, MERZHIN mêle sa vigueur rock avec de la puissance, et cela change tout. « Standing Rock », qui ouvre l'album, donne le ton, proposant une opposition explosive entre des couplets aux arrangements minimalistes et un refrain puissant et intense. Modern-rock, quasi-metal, le morceau bénéficie d'un refrain excellent qui donne foi en cette nouvelle réalisation des Bretons.
Les bonnes surprises se poursuivent avec « Nomades », morceau qui donne son nom à l'album, sans doute ce que MERZHIN a proposé de plus convaincant depuis l'album Pieds Nus sur la Braise. Sur un rock carré, percutant, le groupe propose un pamphlet percutant, prenant à bras-le-corps le thème des migrants pour l'élargir à celui du nomadisme mondial. La bombarde, c'est à souligner, propose une mélodie particulièrement forte et il est évident que la présence de Kemar, chanteur des No One Is Innocent, rend l'ensemble encore plus rugueux et mordant.

« Buk » complète la liste des réussites. Hommage amoureux à Bukowski et à son œuvre, ce titre bénéficie de sonorités plus légères. Gros rock plutôt mélodique, carrément rock'n'roll dans l'esprit, ce titre est porté par des couplets langoureux et se voit agrémenté de choeurs. Le reste de l'album souffle le chaud et le froid. On aime « Sans nous », qui décrit la terre sans les hommes. La bombarde propose des sonorités celtiques de grande classe, tandis que le morceau s'impose comme une version rock du « Respire » de MICKEY 3D. Rock efficace porté par un gros riff, « Le Joueur et l'Affranchi » se fait également remarquable, tout comme « Encore raté », rock direct et intéressant agrémenté de paroles plus transparentes et accessibles, critique d'une société où on passe son temps à courir après le temps. Les références à l'album Adrénaline sont nombreuses sur ce titre particulièrement réussi qui propose lui-aussi de belles lignes de bombarde. A côté de cela, MERZHIN retombe parfois dans ses travers. « Imala », qui donne l'impression d'être une chanson inachevée transformée en instrumental, se fait répétitif et sans réel intérêt, tout comme « On Marchera », morceau sur lequel un break musclé ne parvient pas à éviter l'ennui. « L'attrape-rêves » est symptomatique d'une fin d'album en-deçà. Les riffs plaqués fonctionnent, mais le reste tombe un peu à plat. Il en va de même avec « Driverman » qui part dans tous les sens et ne parvient pas à trouver une direction digne d'intérêt.

Nomades est un pas dans la bonne direction pour MERZHIN qui, après des années d'errance, parvient enfin à rendre son rock sombre accessible aux auditeurs. Cessant de s'observer le nombril, le groupe propose de belles lignes de bombardes, souffle le chaud et froid à force de gros riffs efficaces, et livre ainsi quelques titres de haute volée qui nous laissent espérer des lendemains qui chantent. Malgré une fin d'album moins marquante, Nomades reste un album réussi qui vaut le détour. Et cela suffit à notre bonheur.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


MAGNUM
Into The Valley Of The Moonking (2009)
Magnum opus




RUNRIG
Transmitting Live (1995)
Transmission établie


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Pierre Le Bourdonnec (chant, chœurs, guitare, harmonica)
- Ludovic Berrou (bombardes, flûtes, hautbois)
- Damien Le Bras (basse)
- Stéphane Omnes (guitare électrique)
- Baptiste Moalic (guitares électrique et acoustique)
- Jean-christophe Colliou (batterie, percussions)


1. Standing Rock
2. Nomades
3. Buk
4. Substances
5. Sans Nous
6. Imala
7. Le Joueur Et L'affranchi
8. On Marchera
9. Icapa
10. L'attrape Rêves
11. Encore Raté
12. Imram
13. Driverman



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod