Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : BjÖrk
- Style + Membre : Marketa Irglova

Emiliana TORRINI - Tookah (2013)
Par ERWIN le 11 Décembre 2018          Consultée 422 fois

Emiliana TORRINI et le producteur Dan Carey auront travaillé 3 longues années sur le successeur de Me And Armini. La pochette annonce une couleur "travaillée", le délai laisse imaginer un travail conséquent sur le processus d'enregistrement et de production. Il ne s'agit pourtant que du sixième album officiel de la chanteuse islandaise depuis ses débuts, ce n'est pas énorme. Sa "rivale" BJORK en a pondu 10 dans le même temps. Bref, impossible de savoir à quelle sauce nous allons être mangé. Sans doute une plus grande fusion des genres pratiquée jusqu'alors. De l'acoustique, du trip hop, des éléments épars alternatifs, avec en point central et inévitable la voix pure comme l'eau millénaire des glaciers de l'artiste qui venait du froid.

Et pas d'erreur, on débute par plusieurs titres d'obédiences trip hop : l'éponyme "Tookah" revient donc chasser sur les terres de PORTISHEAD, avec un vrai talent, l'artiste mature parvient à se renouveler. C'est à peine moins doux mais tout aussi qualitatif qu'auparavant. Petit rythme jazzy-trip hop, "Home" propose une nouvelle vision de l'art de la chanteuse : les vocalises à l'islandaise - la fameuse "Hakveda"- sont présentes. L'ensemble sonne déstructuré, comme un morceau jazz savant. "Animal Games" se présente comme une fusion d'éléments synth pop et trip hop, on ne sait de quel coté penche la balance car l'aspect synthétique est indéniable, même si la voix reste d'une beauté très animale. Ce titre aurait du grimper dans les charts. Si ce n'était les percussions typées trip hop, "Speed Of Dark" pourrait être une compo de Roland ORZABAL, comme sur son troisième album produit par l'icone de TEARS FOR FEAR, et donc assez mainstream malgré son identité alternative.

Et donc, de l'acoustique : la guitare éthérée et familière de "Caterpillar" nous replonge dans la moiteur de Woman's Fisherman, une mélodie lente qui évolue au grès d'une compo complètement onirique. Même petite comptine sur "Autumn Sun", ou seules quelques nappes de synthés s'ajoutent à la voix d'Emiliana et à la guitare. C'est tout de même un peu frustre. A l'opposé et plus alternatif malgré l'acoustique, "Blood Red" est intéressante et attire l'attention. Le chant est plus plaintif qu'à l'accoutumé. Voilà une compo qui aurait pu sortir de l'esprit de Josh HOMME à mon sens... Etonnant.

Et parfois, au détour de ces mélodies souvent improbables se cache un joyau. Ici, "Elisabet" présente un caractère très original, ce qui n'est pas peu dire avec l'islandaise, le chant module inextricablement, comme pour sa compatriote BJORK, la comparaison tient d'ailleurs remarquablement la route sur cette compo. Moi qui ait connu la new wave des eighties, je trouve pas mal de points communs entre ce morceau et certains titres de cold wave, on est pas si loin de certaines ambiances de DEAD CAN DANCE, même si la voix de Lisa GERRARD est, elle aussi, incomparable, mais c'est l'idée.

La psychédélique "When Fever Breaks" commence par tourner en rond pendant quelques instants avant de se livrer : des bruitages, une gratte noisy, des cris aigus, des soupirs, des percussions et une Emiliana qui chante la fièvre... On l'aura compris. Plus un essai pendant quatre minutes... puis la chanteuse qui semble délirer, comme en plein trip d'acide. L'analogie est réussie, même si la compo ne restera pas plus que ça dans les mémoires. Enfin, il y a l'hispanisante "Echo Horse" et sa guitare quasi flamenco par instants, et la voix d'Emiliana, toujours aussi pure et irréelle. Ce titre bonus est très agréable et comme toujours, très original.

Il y a du bon ("Elisabet"), et on retrouve beaucoup d'éléments qui ont fait le succès de la chanteuse. Pourtant, je ne parviens pas à aimer ce Tookah comme j'aime Armini ou Merman. Certes, la maturité est évidente et le talent si pur d'Emiliana se retrouve dans ses lignes de chant très claires, mais les compositions me parlent moins. C'est un 3.5 solide, mais il manque d'un très grand titre pour atteindre le 4.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Kate BUSH
Never For Ever (1980)
Mystérieux, céleste, envoutant




Tori AMOS
Unrepentant Geraldine (2014)
Aucune absolution !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Tookah
2. Caterpillar
3. Autumn Sun
4. Home
5. Elisabet
6. Animal Games
7. Speed Of Dark
8. Blood Red
9. Whan Fever Breaks
10. Echo Horse



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod