Recherche avancée       Liste groupes



      
TRIP-HOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Emiliana TORRINI - Love In The Time Of Science (1999)
Par ERWIN le 5 Décembre 2018          Consultée 110 fois

Après deux albums, Emiliana TORRINI n'est pas encore connue hors de son Islande natale. Elle fait partie de l'aventure électro GUSGUS entre 95-97 et goûte un peu à leur succès - relatif - notamment en terre de l'oncle Sam, un prélude en quelque sorte, comme sa collègue BJORK avec les SUGARCUBES une décennie auparavant. Elle est remarquée par Roland ORZABAL, la tête pensante des Anglais de TEARS FOR FEAR, et ce dernier l'embarque dans la grande aventure internationale en la faisant enregistrer dans son Neptune's kitchen studio. Plusieurs compositeurs de haut vol se retrouvent pour l'aider à trouver le succès, ainsi son compatriote Siggi Baldursson, l'ancien batteur des cubes sucrés et actuel patron de la musique islandaise, ainsi que Eg White, que nous connaissons pour son boulot avec ADELE et Kylie MINOGUE. Bref, tout ceci s'annonce pas mal.

Le travail effectué par Emiliana et Eg White se retrouve tout au long de l'album. "To Be Free" est le single qui aura le plus de succès dans les charts, pointant à la 44eme place en Angleterre, pas mal. On nage en pleine culture trip hop. Les sequencers froids à la MASSIVE ATTACK sont de la partie, mais la voix toujours aussi douce de la brunette crée une ambiance complètement onirique, une atmosphère magnifique. On atteint des sommets sur "Dead Things", avec cet organe vocal incroyable, tant de douceur en irradie, comme celle d'un enfant. L'ambiance est à découper au couteau et les paroles ne reflètent pourtant pas le bonheur, c'est le moins qu'on puisse dire. Et cette voix qui jamais ne faiblit, le sommet de l'album. Dans cette continuité et presque irréelle, l'orchestration superbe de la conclusion "Sea People" nous plonge dans le monde de la mer chanté par Emiliana. Oui, tout ceci est bien souvent aquatique.

La merveille de refrain sur "Tuna Fish" ne pourra que vous enchanter, ce titre empeste toute l'insolence d'un talent immaculé ! Incroyable que cette artiste ne soit pas plus reconnue quand on entend sa voix, associée à un physique qui reflète merveilleusement la douceur. Encore une ambiance frappée de trip hop aiguë sur "Fingertip", avec des nappes de synthés radieuses. "Telepathy" est issu de l'icelandic connection Johan JOHANSSON/Siggi BALDURSSON, soit ce qui se fait de plus efficace dans l'ile. L'ambiance est très épique et totalement électro. Le chant monocorde rappelle BJORK, évidemment, et la pureté de la voix de TORRINI crée un univers d'une beauté à couper le souffle.

Quelques titres sont plus pop mais tout aussi réussis, "Unemployed In Summertime" joue sur la bonne humeur avec une video colorée qui met en scène une Emiliana tout sourire dehors, par instant elle rappelle presque les personnages lumineux joués par Julie Andrews dans Mary Poppins ou la mélodie du bonheur. Les deux artistes, aidés de Siggi Baldrsson, ont aussi amené "Easy", mais nous sommes toujours immergés dans l'espace temps de la compositrice islandaise, tout ça est tellement positif qu'on en ressort étonné qu'une telle débauche d'émotions puisse être si positive. C'est inhabituel. Miss TORRINI, que les paroles soient positives ou négatives, parvient toujours à nous tirer la tête hors de l'eau et nous restons ainsi immergés, mais chauffés par le soleil. Comme un iceberg finalement ? L'analogie n'est pas si foireuse tiens !

Roland ORZABAL ici aux baguettes propose aussi deux de ses compositions à Emiliana. "Wednesday's Child", tout d'abord, où l'on reconnaît les mélodies et les accords propres à Roland, du TEARS FOR FEAR mis à la sauce trip hop, les "papapa" nous plongeant dans une sauce plus pop qu'à l'accoutumée, et forcément plus en recherche du mainstream. Et puis ,il y a "Baby Blue" et sa belle guitare qui rappelle les ambiances de l'album Sowing the seeds of love. Et ce mélange culturel se passe bien. Enfin, "Summerbreeze" est amenée par Mark Abis, nous y trouvons une belle ligne de guitare acoustique, et la voix d'Emiliana, nimbée à nouveau de lumière onirique.

Ce troisième opus de Emiliana TORRINI est sans conteste son meilleur jusqu'à présent. La jeune artiste a réussi avec l'aide des grands musiciens qui l'entourent pour cet album à asseoir son style. On reste dans un univers trip hop poppy tout du long, mais profondément positif et équilibré. Là où BJORK semble en souffrance, sa compatriote irradie la félicité. Un élément qui ne devrait pas passer inaperçu mais le monde étant ce qu'il est, la souffrance plaît plus que le bonheur. Après Kate BUSH, me voilà confronté à ma seconde fée de la musique populaire. Hautement recommandé pour débuter la discographie de l'Islandaise. Clairement plus de 4 sur l'échelle de notation.

A lire aussi en TRIP-HOP :


ARCHIVE
Restriction (2015)
ARCHIVE est devenu un vrai groupe de rock !




Peter MURPHY
Dust (2002)
Le meilleur album solo du "crooner goth"


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. To Be Free
2. Wednesday's Child
3. Baby Blue
4. Dead Things
5. Unemployed In Summertime
6. Easy
7. Fingertips
8. Telepathy
9. Tuna Fsih
10. Summerbreeze
11. Sea People



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod