Recherche avancée       Liste groupes



      
STONER BLUES PUNK   |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

1991 Wretch
1992 Blues For The Red Sun
1994 Welcome To Sky Valley
1995 ...and The Circus Lea...
 

- Style : Sleep, The Sledge , Low Orbit
- Membre : Eagles Of Death Metal
- Style + Membre : Queens Of The Stone Age, Them Crooked Vultures

KYUSS - Sons Of Kyuss (1990)
Par NOSFERATU le 17 Mai 2019          Consultée 423 fois

Qui a inventé le Stoner rock proprement contemporain ? Les historiens du rock se déchirent, mais les noms de MONSTER MAGNET ou de KYUSS reviennent fort logiquement. De KYUSS, l’origine remonte d’abord par une première formation baptisée KATZENJANMER (littéralement "gueule de bois") , ce qui en dit long par rapport à leurs géniteurs dénommés John Garcia, Josh Homme et Brant Bjork. Des sortes de hippies punks originaires de Palm Desert en Californie qui ont, à eux trois, ingurgité toute la contre-culture psychèdélique, hard rock et hardcore de leur terroir. Il faut dire qu’avec DOORS, MISFITS et SLAYER comme porte étendards de ces courants locaux, il y avait effectivement de quoi puiser…Entre bitures, joints et jeux de rôles, ils rebaptisent leur groupe en celui de SONS OF KYUSS, faisant justement référence à une bestiole monstrueuse du fameux jeu Donjons et dragons.

Avec leur potes, tous défoncés (surtout le bassiste Chris Cockrell qui sera vite ingérable par la suite), ils transportent leurs instruments dans le désert amenant donc des groupes électrogènes créant dans le désert du sud de la Californie des fêtes sauvages et libertaires (toujours ce fameux esprit hippie originel), les célèbres "Generator Parties". En Angleterre, ce sont les "Raves" qui apparaissent à la même époque avec finalement le même désir de s’évader, en Californie, il n’y a que les chacals pour se plaindre de ce barouf électrique…

L’EP Sons of kyuss sort en 90, époque bénie de la vague grunge, présentant du matériel sonore repris ensuite sur l’album Wretch, paraissant l'année suivante. Il sort en vinyle et est quasiment introuvable à ce jour, il sera republié en 2000 mais là aussi, c’est la croix et la bannière pour le dénicher. Dès cet EP, les ingrédients de base apparaissent. On entend un heavy rock lourd et sale, que les critiques vont vite qualifier de "Stoner" mais qui a la caractéristique d’être à la fois planant, hypnotique et lancinant… avec une production minimale "live".

"Deadly kiss" commence par un vrombissement puis part sur une rythmique simple et ultra-lourde avant d’opérer un virage Sabbathien puis quasiment Thrash. On est loin cependant du terrain du Heavy Metal académique. Quand surviennent les vocaux de Garcia, on sent l’influence nette d’un Ian astbury (THE CULT), l’idole du hurleur stoner, mais aussi de Mark Farner (GRAND FUNK) et de Dickie Peterson (BLUE CHEER), voire d’un Vince Neil de MOTLEY CRUE pour certaines intonations. L’ensemble sonne comme du METALLICA/DANZIG ouvertement plus drogué et nettement plus crade.

L’aspect bluesy rustre et odomesque de "Windows of soul" s’accélère rapidement démontrant l’importance du unk Hardcore qui fascine les membres de ce combo alors hors nomes avant de s’achever sur ce coté blues. "King" possède de même ce son heavy blues primitif, créant une atmosphère assez Classic Rock sur le fond. "Isolation Desolation" démarre comme une ballade au fin fond du désert métamorphosée par le bourgeon punk avec ses "ouh" qui font échos aux "ois" du "punk not dead" anglais (le jeune gratteux Josh Homme est alors un grand fan de GBH). "Love Has Passed Me By" annonce les cavalcades futures sans le coté psychédélique que l’on retrouve dans leurs chefs d’oeuvre postérieurs. "Black Widow" donne dans le stoner Hendrixien, au niveau des sonorités, qui serait joué par des hardcoreux. Quant à "Happy Birthday", la mélodie évoque très lointainement "A forest" de CURE, évidemment en mille fois plus doom.

Un curieux brouillon qui inaugure déjà quelques influences insolites même si la mixture proposée reste du métal mâtiné de punk rock sommaire et d’une touche légèrement psyché. Cette dernière s’exprimera bien après quand nos freaks du désert découvriront les trésors cosmiques de l'Ummagumma de PINK FLOYD et ceux parsèmant la discographie aventureuse d’un CAN.

A lire aussi en HARD ROCK par NOSFERATU :


NEUROSIS
Fires Within Fires (2016)
Ce n'est pas encore la fin du monde !




HELMET
Meantime (1992)
Un rictus sadique....


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- John Garcia (voix)
- Josh Homme (guitare)
- Chris Cockrell (basse)
- Brant Bjork (batterie)


1. Deadly Kiss
2. Window Of Soul
3. King
4. Isolation Desolation
5. Love Has Passed Me By
6. Black Widow
7. Happy Birthday
8. Katzenjammer



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod