Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Brian Eno & David Byrne, David Byrne & St.vincent , King Crimson

TALKING HEADS - Little Creatures (1985)
Par ARP2600 le 29 Septembre 2015          Consultée 776 fois

Les chiffres sont sans appel, Little Creatures est l'album des TALKING HEADS qui s'est le plus vendu, surtout dans leur pays, les États-Unis, où il est le seul à avoir dépassé les deux millions. Cela reste un succès modérément important, mais les faits sont là, c'était leur disque le plus porteur commercialement, et ce malgré un manque de vrais tubes. Doit-on pour autant parler de trahison ? Comme je le disais déjà dans la chronique de Speaking in Tongues (qui reste lui leur plus haute place au Billboard), ce n'est pas si simple.

Regardons simplement la pochette, avec ce dessin naïf où Byrne porte le monde sur les épaules, et le choix artistique est déjà évident. Ils ont manifestement voulu faire un disque simple et gentil, world dans l'esprit mais américain dans la forme, car utilisant beaucoup d'éléments country. En fait, il s'agit presque d'un retour aux sources, à ce qu'ils faisaient avant leur interaction avec ENO, mais en moins fantaisiste, moins fou. La raison de ce choix est probablement plus une question de philosophie que de volonté de faire du chiffre de vente, mais le résultat est le même : Little Creatures était destiné à plaire au grand public américain.

Quant à trouver ceci vraiment intéressant, c'est une autre histoire. J'avoue ne pas comprendre les critiques dithyrambiques dont il bénéficie... mais bon, le travail des critiques est-il de juger la portée artistique d'une œuvre ou d'aiguiller les gens vers des disques susceptibles de leur plaire ? Sans doute plutôt le second, qui implique d'encenser ce qui est à la mode, dans certaines limites de sérieux. On peut aussi suspecter les américains d'être un peu partiaux dès que quelque chose sonne un peu country. Bref. Little Creatures n'est pas un mauvais album, mais, d'un point de vue artistique, il est plutôt insignifiant. Ce pari de faire un disque naïf débouche sur un résultat faiblard, des compositions carrées et téléphonées qui n'arrivent pas à la cheville du contenu des quatre précédents. Le qualifier de chef-d’œuvre équivaut à bafouer la grandeur et l'inventivité des albums tellement importants dans l'histoire de la musique que sont Fear of Music ou Remain in Light.

Il n'y a pas grand chose à dire de ces chansons individuellement. Rien n'est désagréable mais plusieurs plages sont plutôt creuses, comme « Give Me Back My Name » « Perfect World » ou « Television Man ». Speaking in Tongues n'était pas surchargé, mais les rythmes y restaient fort travaillés, ce qui n'est guère le cas sur ces titres. « Stay Up Late » est plus groovy et Byrne essaie d'y proposer son chant halluciné habituel, mais cela reste mou et l'effet obtenu est plutôt bancal. Quant à « Creatures of Love », c'est une ballade country d'un goût assez contestable. À tout le moins, on ne peut pas demander à un européen d'aimer des trucs pareils. Mieux vaut se tourner vers les singles, « And She Was » et « The Lady Don't Mind » sont sans doute les plus pertinentes du lot, avec des mélodies plus notables et de belles ambiances, et la conclusion « Road to Nowhere » propose un mélange de rock et de gospel assez intéressant.

Tout ceci n'est guère convaincant, et on pourra éprouver quelques difficultés à se souvenir de quoi que ce soit après l'écoute, à part peut-être « And She Was ». Il s'agit d'une contribution mineure qui n'a d'ailleurs guère résisté à l'épreuve du temps : quand on parle du groupe de nos jours, on considère en général leur première époque. Il n'est absolument pas prioritaire de découvrir ce Little Creatures. Mais bien sûr, ceci n'est qu'un avis personnel...

A lire aussi en POP par ARP2600 :


MADONNA
Erotica (1992)
Un grand album de pop mésestimé.

(+ 1 kro-express)



SPARKS
N°1 In Heaven (1979)
Mael mael moroder


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- David Byrne (chant, guitares)
- Jerry Harrison (claviers, guitare, chœurs)
- Tina Weymouth (basse, chœurs)
- Chris Frantz (batterie)
- Steve Scales (percussions)
- Lenny Pickett (saxophones)
- Jimmy Macdonell (accordéon)
- Eric Weissberg (steel guitar)
- Nana Vasconcelos (percussions)


1. And She Was
2. Give Me Back My Name
3. Creatures Of Love
4. The Lady Don’t Mind
5. Perfect World
6. Stay Up Late
7. Walk It Down
8. Television Man
9. Road To Nowhere
10. The Lady Don’t Mind (extended Mix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod