Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : La DÜsseldorf, Neu!, Harmonia, Guru Guru, Föllakzoid, Minami Deutsch

CAMERA - Prosthuman (2021)
Par JOVIAL le 4 Juin 2021          Consultée 446 fois

Allez, on se tape un petit coup de vieux : CAMERA a dix ans. Qu'il nous semble loin le temps où le groupe se produisait encore dans le métro de Berlin ! Groupe qui soit dit en passant a beaucoup évolué depuis 2011. Ainsi, depuis le récent départ du claviériste Timm Brockamnn, ne subsiste du trio d'origine que Michael Drummer à la batterie. Pour Prosthuman, ce dernier a même entièrement renouvelé son équipe, puisque ni Alex Kozmidi (claviers) ni Tim Schröder (guitare) n'étaient présents lors de la session précédente. Une instabilité contre toute attente assez bien gérée depuis les débuts, avec à la clé une belle série d'albums toujours plus réussis et innovants - exception faite peut-être d'Emotional Detox – que poursuit aujourd'hui cette nouvelle offrande.

Mais qu'est-ce qu'un 'prosthuman' d'abord ? Inutile de feuilleter votre dictionnaire d'allemand, ce mot n'existe pas. Ne vous reportez pas non plus à cette drôle de pochette, puisque celle-ci figure un Acéphale, ou Blemmye chez les Anciens, peuple éthiopien légendaire tel que décrit par Pline dans son Histoire Naturelle, bien plus tard croqué par Michael Wolgemut en 1493 dans la Chronique de Nuremberg dont provient cet artwork. Il s'agit en réalité d'une petite blague de la part de CAMERA, un jeu de mots entre 'prost' et 'human', une manière de se moquer également du récent concept de post-humain, idée peut-être aussi saugrenue que l'Acéphale en son temps. 'Nous préférons l'individu à la science' répondent ainsi nos chers Berlinois.

Côté musique, ces derniers semblent pourtant bien vouloir jouer les apprentis hybrideurs. Prosthuman reste d'ailleurs sur ce point assez proche d'Emotional Detox : après avoir dépoussiéré le krautrock, CAMERA s'attache désormais à lui ouvrir de nouvelles voies. On passera notamment par la cold-wave, en premier lieu en compagnie de l'apaisante "Freundshaft", puis dans un autre registre avec "Schmwarf", morceau assez surprenant, où l'on rencontre aussi le fantôme de CAN. Le chant y fait pour la première fois son apparition, mais noyé dans un brouillard de grésillements industriels et méphitiques. Plus étrange encore s'annonce "Überall Teilchen / Teilchen Überall" et son atmosphère chargée de particules radioactives, rythmée par des percussions et quelques mélodies vaguement orientales, que complètent des voix trafiquées et un intervenant japonais. On n'est pas loin du bad trip ! Sous un ciel plus dégagé, l'agréable "Alar Alar" s'essaye aussi au dub, quand "Harmonite" effectue un détour par Manchester pour conclure sur une note étonnamment baggy.

Même lorsqu'il ne s'éloigne pas de son terrain de chasse habituel, CAMERA s'aventure toutefois sur des sentiers autrement plus diaprés que ceux d'un Emotional Detox finalement assez froid. Le son se fait plus vif, plus bouillonnant. Plus psychédélique aussi. En témoigne la redoutable "Kartoffelstampf", véloce et hallucinée, et son clip un peu inquiétant, qui démarre au quart de tour et nous promet autre chose qu'une simple 'purée de pommes de terre'. Sur les bords de l'Autobahn, pousse le pavot, le ciel du Brandebourg prend une teinte violacée. De même, sur les sublimes "El Ley" et "A2", la comparaison avec la mécanique de KRAFTWERK semble inévitable, dont le groupe berlinois se détache néanmoins par des textures moins froides, ou bien par des ambiances plus nocturnes, notamment sur "Chords4 / Kurz Vor".

Si l'insipide Emotional Detox nous avait quelque peu laissé perplexe en 2018, la richesse et la qualité de Prosthuman nous prouvent aujourd'hui que nos Allemands ont su se remettre sur de bons rails et savent désormais où ils vont. Trop timides sur l'œuvre précédente, ils parviennent à se renouveler sans jamais sonner impersonnels et, à quelques longueurs près ("Prosthuman / Apptim"), ne sont pas loin de réitérer l'exploit de l'excellent Phantom of Liberty. Il manque encore quelques menus points pour obtenir la note maximale, mais qu'importe ! Avec cet album, CAMERA s'impose définitivement comme un incontournable du krautrock moderne.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par JOVIAL :


CAMERA
Phantom Of Liberty (2016)
Sidéral et sidérant




The UNITED STATES OF AMERICA
The United States Of America (1968)
Peinture frelatée, toile grotesque


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Michael Drummer (batterie)
- Alex Kozmidi (claviers)
- Tim Schröder (guitare)


1. Kartoffelstampf
2. Alar Alar
3. Prosthuman / Apptime
4. Überall Teilchen / Teilchen Überall
5. Freundschaft
6. El Ley
7. Schmwarf
8. A2
9. Chords4 / Kurz Vor
10. Harmonite



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod