Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK FUSION  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1988 Dan Reed Network
1989 Slam
1991 The Heat
2016 Fight Another Day
2022 Let's Hear It For The King

SINGLES

2021 Starlight
 

1989 Slam

DAN REED NETWORK - Slam (1989)
Par NESTOR le 9 Août 2021          Consultée 387 fois

Après la claque provoquée par son premier album éponyme l'année précédente, DAN REED NETWORK (DRN) était attendu avec impatience par ses fans, notamment nord-américains, son premier disque ayant atteint la 95ème place des charts U.S. Dès les premières notes de ce Slam, force est de constater que le groupe a mis le paquet en matière de son, celui-ci sonnant résolument plus puissant et plus moderne que son devancier.
Que ce soit au niveau des guitares de "Make It Easy" ou des intros de "Slam", "Iger In A Dress", "Doin’ The Love Thing", le groupe démontre qu’il a sur-vitaminé son mélange de hard et de funk, tout en conservant son sens de la rythmique et de la mélodie. Comme par le passé, les morceaux sont percutants et efficaces. "Tiger In A Dress" prouve que DRN est un groupe avec lequel il faut compter. Le morceau est un feu d’artifice de basses, de claviers et de guitares qui vrombissent, feulent, percutent. Une fois de plus, on oscille avec bonheur entre hard FM et funk énergique.
Le groove est toujours de la partie et les arrangements foisonnent. Souvent avec bonheur, mais parfois un peu au détriment de la trame des morceaux et des vocaux qui sont de fait un peu moins mis en valeur que dans leur premier album. Cela n’empêche pourtant pas Dan Reed de rugir et de faire apprécier son timbre rauque et rocailleux. Mais on peut penser que "Stronger Than Steel" aurait certainement gagné en pureté et en fraîcheur en étant délesté de certaines parties de claviers et de quelques 'gimmicks' sonores. "Cruise Together" et "Under My Skin", très proches de l’esprit du premier album, présentent le DAN REED NETWORK sous son meilleur aspect. Le groupe trouve là le juste milieu entre un hard FM de grande classe transcendé par la guitare de Brion James et le chant de Dan Reed, et une rythmique funk mise en valeur par la co-production de Nile Rodgers (CHIC, MADONNA, Diana ROSS et… SHEILLA). La voix de Dan Reed et la guitare de Brion James font tellement merveille qu'ils permettent à une composition assez convenue du type de "Lover" de tirer son épingle du jeu, et de faire très bonne figure.
Il ressort toutefois de l'écoute de ce Slam le sentiment que le groupe est tiraillé dans sa quête du juste équilibre entre le rock fusion de ses débuts et des compositions bien plus formatées pour le grand public, à l’image du très radiophonique "I’m Lonely Please Stay". De ce fait, certains morceaux, bien qu’interprétés avec maestria et classe, pêchent un peu par manque d’âme, à l’image de "Come Back Baby" ou de "All My Lovin’". Cependant, même dans ces cas, des petites trouvailles instrumentales ou des passages originaux parviennent à susciter l'intérêt de l'auditeur. L’album se termine avec le furieux "Seven Sisters Road" qui voit le groupe proposer un étalage de son savoir-faire. Une fois de plus, les vocaux, la basse et les guitares sont de la fête et transcendent le morceau jusqu’à un final orgasmique qui voit le groupe se déchaîner et dynamiter le tempo. Ce titre sera d'ailleurs une tuerie en live avec cette incitation adressée au public : "the lounder you scream, the faster we play".

Si Slam est indéniablement une réussite et présente un équilibre quasi parfait entre le groove du funk, l’efficacité du hard et le caractère mélodique du rock FM, l’album aurait gagné à être un peu moins gras et à se voir allégé d'un ou deux titres et de certains arrangements un peu lourdauds. Nonobstant ce petit défaut, il faut bien admettre que ce second album est une tuerie qui avait tout pour réussir sur le marché américain. Or, et malgré une aide importante de Mercury et des tournées en première partie de BON JOVI et des ROLLING STONES, ce recueil de tubes ne reçut pas, lors de sa sortie, l’accueil escompté. Mais il s'offre encore à vous et est à même de vous envoûter.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


DAN REED NETWORK
The Heat (1991)
Le coup du chapeau : toujours aussi superbe




D-A-D
No Fuel Left For The Pilgrims (1989)
Efficace, amusant et entraînant


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Dan Reed (chant, guitare)
- Blake Sakamoto (claviers)
- Brion James (guitare)
- Daniel Pred (batterie)
- Melvin Brannon Ii (basse)


1. Make It Easy
2. Slam
3. Tiger In A Dress
4. Rainbow Child
5. Doin' The Love Thing
6. Stronger Than Steel
7. Cruise Together
8. Under My Skin
9. Lover
10. I'm Lonely, Please Stay
11. Come Back Baby
12. All My Lovin'
13. Seven Sisters Road



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod