Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Oldelaf & Monsieur D
 

 Site Officiel (1361)

Les FATALS PICARDS - Picardia Independenza (2005)
Par NESTOR le 20 Octobre 2021          Consultée 191 fois

Petit retour en arrière : les FATALS PICARDS naissent à l’instigation de d’Ivan Callot à la toute fin des années 90.
Après deux albums autoproduits très confidentiels (Les onze y trônent en 1999 et Amiens c'est aussi le tien en 2000) qu’il réalise presque seul. Par la suite, il s’adjoint les services d’autres musiciens, dont Laurent Honel (guitare) en 2000 et Jean-Marc Sauvagnargues (batterie) en 2002. Le groupe se professionnalise alors doucement et sort deux albums Navet Maria en 2001 et Droit de véto en 2003. Ce, grâce à l’aide de Next Level. Avec ce dernier disque, qui comporte déjà certains de leurs classiques, les FATALS PICARDS commencent à se faire un nom et à tourner en France.
C’est à ce moment que, attiré par une pochette de disque étrange, je découvre le groupe sur une borne d’écoute de la FNAC de Montpellier. Cette betterave qui aborde le bandana blanc du drapeau Corse, et ces lettres qui évoquent vaguement le logo des SEX PISTOLS, avaient de quoi susciter ma curiosité.
Et l’écoute de ce disque aussi Rock que déjanté m’a aussitôt convaincu de casser ma tirelire pour l’acquérir.
Il faut dire que, par rapport à ses prédécesseurs, ce Picardia Independenza marque une nette évolution. A la fois vers une musique plus Rock, mais paradoxalement, également vers plus de diversité.
Et ce, même si on retrouve le fonds de commerce du groupe à cette époque : à savoir des textes et des mises en situation qui mêlent humour au troisième degré, jeux de mots à tiroirs, blagues absurdes et trouvailles loufoques…

Et si le partis pris axé vers un humour absurde n’avait pas changé par rapport à ses débuts, le groupe se montrait bien plus en place, et bien plus à même de porter son message.
On peut émettre l’hypothèse que cet album est l’acte fondateur des FATALS PICARDS en tant que groupe relativement stable et professionnel. Autour du trio fondateur composé de Ivan, Laurent et Jean-Marc vient alors se greffer, de manière assez éphémère, Olivier Delafosse (OLDELAF) à la guitare.
Et la solidité de cette assise se ressent. Les parties de guitares sont plus variées et plus originales.
La batterie se montre très efficace, comme c’est le cas sur "J'aimerais pas être déjà mort".
De ce fait, le groupe commence à s’affranchir du caractère purement humoristique de ses morceaux. Sans renier cet aspect incontournable de leur personnalité, il commence à se différencier des projets de type LES INCONNUS, LA CHANSON DU DIMANCHE ou bien les BIDOCHONS, en ne considérant plus la musique comme un simple support à leurs délires. Mais bien comme un élément important.

L’album est constitué de quinze morceaux qui évoluent entre des titres qui tiennent très bien la route d’un point de vue musical. A l’image de "A l'enterrement de Derrick", "C'est sûr on se bougera", "Les bourgeois" ou bien le funkisant "Qu'est-ce Qui Nous Prouve ? ". Et des titres qui tournent plus à l’exercice de style ou au sketches, comme cela peut être le cas avec "On a tous des préjugés" ou bien "Est-ce que tu veux avec moi".
Dans les deux cas, c’est l’occasion pour le groupe de proposer une avalanche de jeux de mots et de potacheries, la plupart du temps, irrésistibles. Ce qui nous donne un album que l’on prend plaisir à écouter, aussi bien pour ses ambiances musicales que pour ses textes délirants. Et on retrouve le même bonheur que nous procurent (ou nous ont procuré) les VRP, les CHARLOTS, le QUARTET BUCCAL, Eric TOULIS ou les WRIGGLES.
Alors soit, le chant d’Ivan peut paraitre un peu crispant à la longue. Mais comme celui-ci ne peut s’empêcher d’emprunter une multitude d’accents et de voix différentes, cela se révèle au final très supportable. Et cela participe même à l’identité si particulière du groupe.
A tel point qu’au final, on ressort de l’écoute de Picardia Independenza avec la banane, un sourire béat et les zygomatiques épuisés.

Mais ce qui est très fort avec LES FATALS PICARDS, c’est qu’ils ne s’arrêtent pas en si bon chemin.
Comme si cela ne leur suffisait pas de nous amener sur les cimes du plaisir avec l’écoute de leur album, une fois celle-ci terminée, ils nous font plonger dans leur folie et leurs délires, d’un vicieux petit croque en jambe.
En effet, à l’issue des quinze titres que l’on va bien être obligé de qualifier de « classiques » (même si ce qualificatif leur sied bien peu), le groupe nous propose pas moins de dix-sept pistes « mal cachées ».
Et là, c’est le grand fourre-tout. Si les FATALS ICARDS vous paraissaient déjà bien barges lors de leur première partie d’album, qu’allez-vous penser du morceau "Piste Mal Cachée 1" dans laquelle Ivan se contente d’indiquer « Piste 16 », ou bien de "Piste Mal Cachée 17" qui durant plus de huit minutes voit le groupe multiplier les jeux de mots sur le thème des animaux dans une ambiance de comptine enfantine déjantée. Ou bien de l’hilarant "Piste Mal Cachée 13", qui voit OLDELAF nous souffler avec son "Nathalie, mon amour des JMJ", un titre qui fera son petit buzz sur Internet. C’est un florilège de chutes de studio, de sketches, de bidouilleries, qui mériteraient presque toutes de figurer officiellement sur un album du groupe. Tant l’originalité, l’humour, le non-sens élevé au rang d’Art, et la qualité sont présents.
Source quasi inépuisable de surprise et de petites trouvailles, ce Picardia Independenza est un vibrant témoignage d’un groupe qui ose tout avec un savoir-faire et une finesse qui se cache derrière un masque de clown.

Un grand album qui oscille avec talent entre « je m’en foutisme » et classe. A tel point que je comprends très bien que l'on considère celui-ci comme étant génial, tout comme étant indigent.

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


The STROKES
The New Abnormal (2020)
Un retour pop rock plus que réussi




FOGHAT
Under The Influence (2016)
Retour sous le signe du rock, du blues, du boogie


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Ivan Callot (chant, programmation, guitare)
- Laurent Honel (guitare, basse)
- Jean-marc Sauvagnargues (batterie, chant)
- Olivier Delafosse (guitare, chant)


1. A L'enterrement De Derrick
2. Dors Mon Fils
3. J'aimerais Pas Etre Déjà Mort
4. On Est Des Oufs
5. Est-ce Que Tu Veux Avec Moi ?
6. Non Rien Ne Pourra
7. La Balade Mentale
8. Qu'est-ce Qui Nous Prouve ?
9. On A Tous Des Préjugés
10. Picardie Independenza
11. C'est Sûr On Se Bougera
12. Dis-moi
13. Les Bourgeois
14. Quoi Encore ?
15. Je Ne Suis Pas Cherché A Vous
16. Piste Mal Cachée 1
17. Piste Mal Cachée 2
18. Piste Mal Cachée 3
19. Piste Mal Cachée 4
20. Piste Mal Cachée 5
21. Piste Mal Cachée 6
22. Piste Mal Cachée 7
23. Piste Mal Cachée 8
24. Piste Mal Cachée 9
25. Piste Mal Cachée 10
26. Piste Mal Cachée 11
27. Piste Mal Cachée 12
28. Piste Mal Cachée 13
29. Piste Mal Cachée 14
30. Piste Mal Cachée 15
31. Piste Mal Cachée 16
32. Piste Mal Cachée 17



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod