Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Oldelaf & Monsieur D
 

 Site Officiel (1557)

Les FATALS PICARDS - Le Syndrome De Goteborg (2022)
Par NESTOR le 7 Juillet 2022          Consultée 609 fois

Le single, qui donne son nom à l’album, m’avait déjà un peu inquiété : la musique a beau être sympathique (même si elle donne un peu le sentiment que le groupe tourne en rond), les textes ne sont clairement pas au niveau auquel le groupe nous avait habitués. L’humour est poussif et gratuit. Le tout donnant l’impression que les FATALS PICARDS s’est complu dans une certaine facilité. Il n’y avait guère que ce pont aux tonalités graves, et l’accélération qui s’en suivait, qui m’avait un peu fait vibrer.

Malheureusement, ce sentiment initial ne faisait que préfigurer ma vision de leur dixième album.
Car « facilité » est le mot qui me vient le plus à l’esprit à son écoute. Et cela me fait mal au regard de l’admiration que j’ai pour ce groupe qui m’a jusqu’alors presque toujours surpris, impressionné et charmé.
Un facilité que l’on retrouve avec "La nouille à l'air", dont la musique semble être un condensé des classiques du groupe, et les paroles une resucée de leurs morceaux qui surfent sur la nostalgie. Les « Pa pa pa pala pala » scandés à outrances ne font que renforcer cette impression de manque d’inspiration. Et que dire de "Le pull moche de Nöel" ? Où est passé l’humour ravageur et décalé des FATALS PICARDS ?
Et de fait, rares sont les titres qui parviennent à s’extirper d’un ensemble bien trop convenu et plat.

Parmi ces moments qui sortent un peu du lot, on peut citer "Le Chanteur Québécois" qui possède une couleur musicale assez étrange du meilleur effet. Cela permet de passer outre des paroles encore une fois un peu trop « faciles ». Mais le chant et les chœurs sortent un peu du schéma habituel du groupe. Il en va de même de "La prophétie des Vosges", un titre qui tranche avec le registre des FATALS PICARDS et qui est introduit par "La légende de la forêt domaniale du Ban-Duxegney", qui évoque le "I’d Like To change The World" de Alvin LEE. Le morceau rend clairement hommage aux grands groupes du Heavy Metal. On a souvent le sentiment d’entendre le IRON MAIDEN des débuts. L’effet est surprenant et le résultat plutôt heureux. C’est aussi l’occasion de profiter des talents de guitariste de Laurent qui sont rarement mis en avant en studio, alors qu’il brille souvent sur scène.
"La poésie", sur lequel Linda Piquiot Léger (L’ARMEE DU LOVE) vient poser sa voix est sympathique, c’est un bonne blague qui fait sourire aux première écoutes. Mais ce morceau ne possède pas assez de corps pour être efficace sur la durée.
Dans "Ton portable", on retrouve un peu de ce mélange d’humour et de tendresse qui seyait si bien au groupe. Nous ne sommes même pas loin d’avoir là un nouveau classique. Mais, si ce morceau est à considérer comme une réussite, on peut toutefois regretter que le texte ne soit pas encore plus travaillé, plus bluffant, plus touchant. On a le sentiment qu’un groupe comme les FATALS PICARDS a les moyens d’amener ce morceaux à un niveau encore supérieur.

Et c’est cette impression qui prédomine tout au long de l’écoute de Le syndrome de Göteborg. Il manque bien trop souvent ce petit supplément d’âme, cette petite étincelle qui fait la différence, qui faisait des FATALS PICARDS un groupe à part. Qui donnait le sentiment que, chez eux, la grâce, l’humour et la spiritualité s’exprimaient naturellement et sans effort. Mais là, le groupe semble tourner en rond en appliquant de manière un peu trop consciencieuse des recettes éprouvées : le chant est trop systématiquement ampoulé et maniéré. Les textes sont superficiels. Alors, soit, la musique est bien interprétée et bien arrangée, mais les thèmes musicaux sont bateaux…
Au final, nous avons là un album correct, bien construit et interprété, mais terriblement décevant venant de la part d’un groupe de cette trempe.

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


MADEMOISELLE K
Jouer Dehors (2011)
Le premier sommet du groupe




The CARDIGANS
Gran Turismo (1998)
Un des deux sommets des rois de la pop rock


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Paul Léger (chant, claviers)
- Laurent Honel (guitare, chant, claviers, banjo)
- Yves Giraud (basse, guitare, chœurs)
- Jean-marc Sauvagnargues (batterie, chant)
- Thomas Faure (saxophone)
- Linda Piquiot Léger (chant)


1. Le Syndrome De Göteborg
2. 9 Milliards
3. La Nouille à L'air
4. Le Chanteur Québécois
5. Les Playmobils Complotistes
6. Psycho Bunker
7. Le Pull Moche De Noël
8. Ton Portable
9. Sous Les Tilleuls De Barcelone
10. La Légende De La Forêt Domaniale Du Ban-duxegney
11. La Prophétie Des Vosges
12. La Poésie



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod