Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Joe Jackson (2127)
 The Joe Jackson Archive (1433)

Joe JACKSON - Live 1980 / 86 (1988)
Par A.T.N. le 31 Mai 2010          Consultée 2950 fois

« J’ai toujours détesté les albums ‘live’ », dit Joe JACKSON dans les pages du livret. « Ce sont juste des albums identiques aux originaux, un peu accélérés, et avec de l’écho. » Dès la lecture de ces notes et avant même d’écouter le disque, je savais que j’avais trouvé un CD qui me réconcilierait avec les ‘live’. Car j’ai, moi aussi, souvent boudé ces disques, pour les mêmes raisons.

Le Britannique regroupe ici sur deux LP des extraits de concerts enregistrés en Europe, en Australie, au Canada et au Japon entre 1980 et 1986, avec quatre formations différentes. Le bonheur se situe à tous les niveaux : réinterprétation des titres, énergie des groupes, authenticité de la prise de son (l’électricité statique qui émerge quand Gary SANFORD branche sa guitare à la fin de « One To One »), complicité avec le public (qui parfois ne reconnaît pas les titres, puis s’enthousiasme au moment où les paroles arrivent), et diversité musicale de l’ensemble.

Ces quatre formations permettent de suivre l’évolution des orientations musicales de JACKSON : assez punk et nerveux pour le premier combo, davantage pop/rock/latino/jazz ensuite (claviers et percussions supplémentaires), puis avec un gang plus serré, plus rock (sans l’indéboulonnable Graham MABY, exception notable dans sa carrière) en 1986.

Dans les notes du livret que j’évoquais, le chanteur parle de son plaisir de se donner à fond, de ne pas tricher, que l’audience fasse 10 personnes ou 5000 ; il parle surtout de cette envie de garder ce plaisir intact en changeant de musiciens et d’arrangements régulièrement, persuadé que cette joie de réinventer ses morceaux sera communicative. On ne peut qu’approuver, et au passage se demander comment Keith RICHARDS peut jouer le riff de « Satisfaction » pour la cent millième fois de sa vie, de la même façon, sans sombrer dans la profonde dépression typique d’un fonctionnaire qui ne supporte plus de pointer.

Banco, donc, pour le grand dégarni : la plupart des morceaux sont des moments de vérité brute, exécutés avec brio. Pour ceux qui ont découvert ce live en connaissant les albums précédents, les sources d’émerveillement sont nombreuses : la montée de basse majestueuse de « Fools in Love », transformée en puissant slow (élégant feeling de l’immense MABY, dont le solo est progressivement repris par le groupe pour un final splendide) ; le duel batterie/percussions d’un « Look Sharp! » survitaminé aux claviers ludiques ; la section de cuivres pêchue ajoutée sur « Sunday Papers » ; la guitare sèche dont les accords plaqués remplacent les petits arpèges électriques de « It’s Different for Girls » ; le tube « Steppin’ Out » totalement ralenti, métamorphosé en grandiloquente séance d’hypnose nocturne, sans se départir de l’excellente mélodie originale ; ou encore « Is She Really Going Out With Him? » présenté sous trois versions différentes, l’artiste n’ayant pas su choisir celle qu’il préférait.

Le meilleur morceau, d’après mes royales oreilles, est également mon favori en studio : le fameux « You Can’t Get What You Want (‘til you Know What You Want)» de l’album Body and Soul. Ici, les formidables cuivres de la version d’origine sont remplacés par la guitare de Tom TEELEY (guitariste surtout connu pour avoir été un excellent George HARRISON dans le show Beatlemania à Broadway). Par sa technique et quelques effets, TEELEY parvient à remplir l’espace de façon époustouflante, diffusant une nappe électrique emplie d’échos au sein d’un power trio qui déménage tout sur son passage, avant que JACKSON effectue un solo de synthé portable qui vire à la démence. Gary BURKE est d’une précision et d’une perforation assez énormes, ma sensibilité (davantage rock que latino/jazz) y trouve ici un contentement rare. Je ne sais pas si une version intégrale de ce concert de Tokyo existe, elle doit valoir son pesant de yens.

Je ne trouve pas tous les morceaux forcément extraordinaires, mais il s’agit à chaque fois d’un excellent travail. Si les artistes pouvaient nous livrer, de temps en temps, des enregistrements publics aussi surprenants, exigeants, énergiques et variés, le monde de la musique ne s’en porterait que mieux.

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


The KOOKS
Inside In The Inside Out (2006)
Supergrass peut mourir tranquille...




SUPERGRASS
In It For The Money (1997)
Condensé de fraîcheur, énergie, talent !


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Joe Jackson (chant, piano, saxophone alto,)
- Joy Askew (claviers, chant, percussions)
- Ed Roynesdal (claviers, violon, percussions)
- Sue Hadjopoulos (percussions)
- Vinnie Zummo (guitare, accordéon, claviers)
- Tom Teeley (guitare)
- Tony Aiello (saxophones, piccolo)
- Micheal Morreale (trompette)
- Graham Maby (basse, percussions, chant)
- Rick Ford (basse)
- Gary Sanford (guitare)
- Dave Houghton (batterie)
- Larry Tolfree (batterie, percussions)
- Gary Burke (batterie)


1. One To One
2. I'm The Man
3. Beat Crazy
4. Is She Really Going Out With Him?
5. Don't Wanna Be Like That
6. Got The Time
7. On Your Radio
8. Fools In Love
9. Cancer
10. Is She Really Going Out With Him? (acapp
11. Look Sharp!

1. Sunday Papers
2. Real Men
3. Is She Really Going Out With Him (acoust
4. Memphis
5. A Slow Song
6. Be My Number Two
7. Breaking Us In Two
8. It's Different For Girls
9. You Can't Get What You Want
10. Jumpin' Jive
11. Steppin' Out



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod