Recherche avancée       Liste groupes



      
VRAI FAUX LIVE  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Zz Top's First Album
1975 Fandango
1983 Eliminator
1985 Afterburner
1990 Recycler
1996 Rhythmeen
1999 Xxx
2004 Rancho Texicano: The Ver...
 

- Style : Stocks, Jared James Nichols
 

 Site Officiel (404)
 Portrait Billy Gibbons (298)

ZZ TOP - Fandango (1975)
Par ERWIN le 25 Novembre 2009          Consultée 3908 fois

-Ah le Fandango! Tout un poème. Ses guitares hispanisantes, ses castagnettes… Son vrai faux live de ZZ TOP ! Mais quel est donc cet étrange ovni dans la carrière du « little old band from Texas » ? Après 4 albums du meilleur cru, nos cow-boys d’opérette se lancent dans la conception d’un album pour le moins différent.

Une face A comme sortie d’un bootleg de série B. L’époumonant « Thunderbird » ouvre le bal texan avec beaucoup de panache, le son est bien rugueux, presque crado. Un bon rock des familles, prélude au super classique « Jailhouse Rock » , reprise du King chanté par le bassiste Dusty Hill, un de ses plus grands fans, une version assez hard, avec un Billy qui se lance dans quelques considérations guatémaltèques bien embarrassantes pour la communauté des gratteux. S’ensuit le long medley « Back Door» qui m’a toujours un peu cassé les couilles, jamais compris pourquoi « Jesus » ou « Francine » ou même « La Grange » n’ont pas eu leur place sur ce skeud.

Alors en lieu et place d’un classique on a ce medley chiant à mourir…

Dieu merci la cause n’est pas encore entendue, et nos jolis cœurs aux habits fleuris vont se rattraper. La seconde face est un petit bijou, à l’image de cet improbable morceau qu’est « Nasty Dogs And Funky Kings » à l’étrange riff de guitare au charme certain et où les deux prospecteurs d’or se partagent le turbin du chant.

« Blue Jean Blues » est pour votre serviteur le chef d’œuvre de « Fandango », un blues fantomatique, ou la voix de Gibbons crée une atmosphère digne du plus glorieux des westerns, et où sa guitare , la légendaire « Pearly Gates », une Gibson Les Paul, seul amour du révérend Willie G, passe au tout premier plan. Des paroles d’anthologie, qui feraient frémir de bonheur tous les romantiques de la terre… - ouais la chanson parle d’un gonze qui cherche son blue jean, combien il est malheureux sans lui, et qui le retrouve accroché au popotin d’une super nana… La classe non ? - Enfin bref vous aurez compris le message, this is a fuckin masterpiece ! Et qui contient des solis à la hauteur du grand barbu, lents comme une cadillac roulant sous le chaud soleil tamisé d'une fin d'aprés midi entre Dallas et Austin, incisifs comme la morsure d'un crotale, dégoulinants d'un feeling issu d'une érudition gargantuesque... Bref ce "Blue Jean Blues" n'a de ridicule que le nom, et les versions live que nous livre le groupe de ce morceau sont autant de chefs d'oeuvre... Billy Gibbons est assurément un grand prêtre de la six cordes, il aurait indéniablement été un champion du six coups en son temps... Car, ne vous y trompez pas, sa technique n'a rien à envier à son feeling, Billy "choisit" d'être lent, comme il choisit ses notes au cordeau, en bon Texan qu'il est !

L’autre morceau de bravoure est l’indéboulonnable « Tush », pierre angulaire de toutes leurs fins de concert, rythme en béton, basse ronflante, guitare tranchante, c’est la recette que nos compères vont utiliser 8 ans plus tard sur Eliminator en 83. Là encore, le populaire bassiste au look de cow-boy bedonnant tient le micro.

Difficile d’être dur avec un tel monument, il a sa place parmi les mesas de Monument Valley, ou plus modestement parmi les étoiles d’Hollywwod Boulevard. Mais quelques temps faibles - le désastreux medley -, « Mexican Blackbird » ou « Balinese », chansons sympas mais pas des hymnes, handicapent la postérité du vrai faux live, ce qui m’oblige à une certaine sévérité.

Boum ! Je leur enlève une étoile, celle du « lone star state », le Texas !

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


BLACKFOOT
Highway Song Live (1982)
Spécial semaine boîte à demandes !




BLACKFOOT
Medicine Man (1990)
Crazy Horse is back


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- Billy Gibbons : Guitare, Chant
- Dusty Hill : Basse, Chant
- Frank Beard : Batterie


1. Thunderbird
2. Jailhouse Rock
3. Back Door Medley
4. Nasty Dogs And Funky Kings
5. Blue Jean Blues
6. Balinese
7. Mexican Blackbird
8. Heard It On The X
9. Tush



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod