Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK SUDISTE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1973 Pronounced Leh-nerd S...
1974 Second Helping
1975 Nuthin' Fancy
1976 Gimme Back My Bullets
1977 Street Survivors
1988 Southern By The Grace Of...
1991 1991
1993 The Last Rebel
1994 Endangered Species
1997 Twenty
1999 Edge Of Forever
2003 Vicious Cycle
2012 Last Of A Dyin' Breed
 

- Style : Blackberry Smoke, Jared James Nichols , Doc Holliday, Ted Nugent
- Membre : Damn Yankees
- Style + Membre : Blackfoot, The Black Crowes
 

 Site Officiel (1308)

LYNYRD SKYNYRD - Second Helping (1974)
Par ERWIN le 28 Décembre 2023          Consultée 527 fois

Leonard Skinner, le fameux professeur d’éducation physique du lycée Lee à Jacksonville, n’en est toujours pas revenu : ces infâmes chevelus dégénérés avaient non seulement réussi à pondre un album, mais à en faire un succès incroyable, tout en utilisant son patronyme, pour se faire ! Le pauvre homme n’en peut plus du groupe et, malgré sa reconversion dans l’immobilier des années plus tard, sera toujours victime de nombreux canulars de la part des fans. Mais pour nous, peu importe, les jeunes rednecks ont percé direct la couche de l’anonymat avec ce premier opus, désormais un classique intemporel. Il convient maintenant d’enfoncer le clou avec une vigueur peu commune et d'achever de construire les fondations de l’immense LYNYRD SYNYRD. Nous sommes en 74, quelques mois avant l’éviction du président Nixon suite à l’affaire du Watergate.

Evidemment, l’immense classique qu’est "Sweet Home Alabama" permet à nos bouseux de continuer à truster le top des charts avec une qualité incroyable. C’est ce qui s’appelle doubler la mise : qui eût cru que ces jeunes couillons allaient être capables d’aligner un titre d’une telle aura après le flambard de "Free Bird" ? Il y a tout ce qu’il faut dans cette chanson, d’ailleurs tout le monde l’aime sans complexe, du rock simple tellement bien foutu que c’est un bonheur de l’écouter en boucle. Le blues lent qu’est "I Need You" présente une autre vision du groupe, qui garde cependant précieusement les longues interventions de ses tricoteurs de manche : Allen est à la manoeuvre avec Gary, alors que Ed King a switché vers la basse. L’ambiance flirte parfois vers une fusion country rock, mais n’est-ce pas là l’ingrédient essentiel du southern rock ?

Le grand Ed King s’est pointé avec deux titres : tout d’abord le "Workin For MCA". Nous sommes en plein southern rock avec un chant bien alcoolisé de Ronnie et des structures très bluesy. Le hammond virevoltant s’en donne d’ailleurs à coeur joie. On note certaines similitudes avec le solo de "Free bird" mais rien de grave. Comment pourrait-on reprocher une chose pareille ? Et puis diantre ! On est floridains ou on ne l’est pas, non ? Si on l’est, on chante des chansons boueuses à la gloire des marais du coin ! Ca nous donne le petit rock bien agréable qu’est le swinguant"Swamp Music", truffé de pleins de petits licks de gratte sympa.

Allen Collins a lui aussi le droit de proposer deux titres pour cette seconde offrande. On retrouve son style si particulier sur la fameuse "The Ballad Of Curtis Loew", qui convient si bien au chant de Ronnie Van Zant. Cette atmosphère folk si spécifique au groupe est tout de même une jolie petite merveille avec des solis superbes, chacun dans leur style. Hélas les membres du groupe, tout auréolés de leur succès, en sont aussi les victimes, et "The Needle And The Spoon" est une allégorie sur le fix. On pourra toujours se perdre en conjectures sur le pourquoi quand on a un tel succès, mais ce qui compte toutes ces années plus tard c’est le fait de tenir une si bonne chanson entre les mains : sa mélodie si spécifique à la Collins et son identité inmanquable.

En matière de rock’n’roll, le titre de J-J CALE "Call Me The Breeze" fait office de standard désormais, mais si tel est le cas, c’est car on l’entend dans toutes les set lists de LYNYRD SKYNYRD depuis près de cinquante ans, on y retrouve tous les trademarks du goupe qui l’a fait sienne avec une grâce déconcertante. Les solos sont magnifiques et les claps de bon aloi pour souligner une rock attitude qui a toujours été le point fort du groupe, c'est le second classique de cette livraison. Enfin, Gary Rossington ramène de sa besace de pêcheur "Don’t Ask Me No Questions", qui narre les pensées des gars lors d’une partie sur un de leurs chers lacs. Ca ne révolutionne pas le monde mais la bonne humeur est là.

Il y a dans cet opus une bonne partie des immenses qualités de l’entité qu’est aujourd’hui LYNYRD SKYNYRD pour tous les mélomanes du monde entier. Les guitares sont royales et les compositions toutes de qualité. Il est impensable de mettre autre chose qu’une bonne note à l’album qui contient le classique intemporel "Sweet Home Alabama". La carrière des chevelus se poursuit dans le meilleur des mondes, celui des cauchemars de Leonard Skinner. C’est donc un très joli quatre.

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


LYNYRD SKYNYRD
Street Survivors (1977)
Album funeste




ZZ TOP
Fandango (1975)
J'aurais voulu être prospecteur

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Ronnie Van Zant (chant)
- Gary Rossington (guitare)
- Allen Collins (guitare)
- Ed King (guitare-basse)
- Leon Wilkeson (basse)
- Billy Powell (claviers)
- Bob Burns (batterie)


1. Sweet Home Alabama
2. I Need You
3. Don’t Ask Me No Questions
4. Workin For Mca
5. The Ballad Of Curtis Loew
6. Swamp Music
7. The Needle And The Spoon
8. Call Me The Breeze



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod