Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/BREAKCORE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Bogdan Raczynski , Aphex Twin, Igorrr
 

 Site Officiel (325)
 Label Planet-mu (315)

VENETIAN SNARES - Horsey Noises (2009)
Par SASKATCHEWAN le 18 Février 2010          Consultée 1869 fois

Coup de tonnerre dans le monde du show-biz : Aaron FUNK s’est métamorphosé en princesse de la pop. Et comme toutes les princesses de la pop, le sexy FUNK gère sa carrière avec la minutie (et la rouerie) d’un banquier suisse. Après un album rempli à ras-bord d’une acid crasseuse, le bien nommé Filth, VENETIAN SNARES signe l’EP de la compromission sarcastique sur Planet-Mu. Car Horsey Noises est un virage pop aussi sincère et authentique qu’un plaidoyer d’Hu Jintao en faveur des droits de l’homme. En fait, digne héritier d’un APHEX TWIN ou d’un SQUAREPUSHER, VENETIAN SNARES détourne les codes de la chanson pop pour produire une bluette dégénérée.

La bluette en question, « Horsey Noises », est l’une des meilleures choses qui soient arrivées en 2009 (à défaut d’une baisse des prix sur les soufflés à la cacahouète). Aaron FUNK y susurre un refrain déviant, plein d’une fibre poétique zoophile, pour un résultat malsain ou hilarant, au choix. Les rythmiques se font moins agressives que d’habitude ; la mélodie est entêtante. VENETIAN SNARES ne s’est cependant pas transformé en Britney SPEARS l’espace d’un EP (dommage !) : le morceau reste assez déstructuré et les turpitudes de la boîte à rythmes condamnent ce titre aguicheur à errer éternellement dans l’antichambre des tops 50, le doigt sur le bouton de sonnette.

Un remix de « Horsey Noises », « Horsey Noisers », fait figure de cerise sur le gâteau. Un miracle se produit : le remix se paye le luxe d’être à la fois plus pop et plus déstructuré que l’original. Les assauts de la boîte à rythmes y prennent de l’ampleur, tandis que la voix distordue d’Aaron FUNK donne à ce titre un petit côté électro-pop complètement décalé.

Autre tour de force, sur « Pig Dync », un cochon grouine de manière mélodieuse, porté par une structure rythmique somme toute assez discrète en comparaison des percussions vandales de Filth. Pas de doute sur la marchandise : après un Filth très rave, Horsey Noises fait figure de lot de consolation pour la frange la plus exigeante des fans d’Aaron FUNK, celle qui ne se satisfait pas (ou peu) d’un délire régressif comme « Mongoloid Alien ».

Les expérimentations se poursuivent sur « Horsey Vag Island », où une pseudo-basse électrique et une pseudo-batterie succèdent efficacement aux sonorités plus synthétiques. Le thème répétitif, digne de Filth, s’illustre toutefois par un son relativement « propre » et par l’omniprésence des synthés.

Dans la lignée de l’EP Pink+Green, Horsey Noises et sa pochette renversante dévoilent le tempérament farceur du DJ canadien, qui, une fois de plus, prouve qu’il excelle dans les détournements. Quatre titres déviants, en attendant le prochain album, qui devrait pointer le bout de son nez en 2010 si VENETIAN SNARES reste fidèle à son rythme frénétique.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


Amon TOBIN
Bricolage (1997)
Premier opus d'amon tobin




POLYGON WINDOW
Quoth (1993)
Le polygone fenêtre contre-attaque


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Aaron 'venetian Snares' Funk


1. Horsey Noises
2. Horsey Vag Island
3. Pig Dync
4. Horsey Noisers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod