Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO / ROCK / TRIP HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Unkle
- Style + Membre : Birdpen
 

 Site Officiel (254)

ARCHIVE - Controlling Crowds - Part I, Ii & Iii (2009)
Par SUNTORY TIME le 18 Mars 2010          Consultée 4008 fois

Une sorte de virus semble avoir infecté le fameux logo d’ARCHIVE. Tandis qu’une forme hybride, mi animal mi machine semble surgir d'on ne sait quel monde inconnu, hideuse et effrayante. Qu’est-il arrivé au combos KEELER/GRIFFITH ? Alors que Lights avait permis au groupe de retrouver un peu de lumière (logique), ce nouvel album semble, à la simple vue de sa pochette, baigner dans l’angoisse, le froid et la tristesse. Et ce titre, Controlling Crowds (« Contrôler les Foules »), n’indique rien d’optimiste non plus. C’est donc avec appréhension et peur de l’inconnu que l’on place le CD dans le lecteur…

Merde, le disque saute ? Ha non, c’est normal, ouf ! Quelques notes de synthés se répètent inlassablement, comme si le disque était rayé. Puis une rythmique monte, de plus en plus forte, et laisse place à la batterie. Puis Pollard BERRIER surgit de nul part avec sa voie si caractéristique, chantant de manière quasi mécanique. La rythmique lourde rappelle celle de « Waste » sur Noise, et la mélodie répétitive nous ramène à celle de « Lights ». Une sorte de mix entre les deux qu’est ce « Controlling Crowds » glacial et grandiose, avec ses gémissements fantomatiques et ses synthés ambients…

Ce morceau éponyme de 10 minutes confirme nos premières impressions à la vue de la pochette. ARCHIVE a décidé de faire dans le dark, le pessimisme le plus profond. Controlling Crowds est une sorte d’album à thèmes plus qu’un concept album; tournant autour des peines d’amour, de la douleur, de la société aliénée et de Big Brother si avide de vouloir « Contrôler les Foules ». L’album de 13 titres est composé de trois parties, chacune coupée par un court silence. Le lien entre les titres est davantage lié à la musique même qu’au thème de chaque morceau. Il en ressort une parfaite cohérence musicale du début à la fin du disque, très long (78 minutes, autrement dit rempli à ras bord !).

Si l’album parait très homogène au niveau de l’ambiance (sombre, très sombre…), il ne l’est pas au niveau du style des morceaux. Outre « Controlling Crowds », mélange classique d’électro et de progressif, on retrouve des morceaux beaucoup plus rock comme l’excellent « Bullets » , « King of Speed » ou encore le redoutable « Dangervisit ». « Le sublime « Collapse / Collide » chanté par Maria Q. est poignant tout au long de ses 9 minutes, dans une veine entre New Age et électro, idem pour « Funeral » et le poignant « Words on Signs ». Et puis on note un grand retour au Trip Hop originel, avec – la grande surprise de l’album – le retour de Rosko JOHN ! L’ex rappeur d’ARCHIVE sur Londinium est venu rejoindre le collectif 13 ans après son départ ! Il chante sur trois morceaux, « Quiet Time », « Bastardized Ink. » et « Razed to the Ground », subtils mélanges entre Trip Hop et ambiance dark. Un régal !

Parmi les grands moments de bravoure du disque, citons “Controlling Crowds” bien sûr, mais aussi « Bullets » et ses sublimes envolées rock, « Dangervisit » partagé entre passages calme et triste, et bad trip de guitares et de batteries particulièrement violents, ainsi que « Collapse / Collide » terriblement mélancolique. Sans compter la noirceur de « Quiet Time » et « Razed to the Ground ». Quand à « Funeral », elle achève le disque avec une pointe d’espoir (malgré son titre), mais demeure un peu frustrante pour un vrai final.

Autre particularité du disque, c’est la nouvelle collaboration avec le compositeur Graham PRESKETT, qui était déjà présent sur la B.O de Michel Vaillant (2003). Il se charge des orchestrations des morceaux comme « Quiet Time », « Words on Signs » et « Chaos » construit tout en crescendo.

Controlling Crowds est donc très varié, c’est ce qui fait sa particularité dans la discographie d’ARCHIVE qui commence à s’étoffer. Cet album est une parfaite synthèse de tout les efforts de Darius KEELER et Danny GRIFFITH, de Londinium à Lights. Controlling Crowds tient de Londinium les morceaux les plus trip hop, surtout ceux chantés pas Rosko JOHN. Il tient de la période WALKER les longs passages instrumentaux et les parties de rock enragé, puis de Lights le groupe tel qu’on le connait aujourd’hui avec une sonorité plus pop. On retrouve quelques sons propres à l’album Take My Head aussi. Quand aux orchestrations, elles rappellent les meilleurs moments de la B.O de Michel Vaillant.

Controlling Crowds est une réussite, et reflète toute l’étendue du talent d’ARCHIVE et de ses nombreux membres. Il peut paraitre, par sa longueur, un poil étouffe-chrétien, mais cela valait la peine d’attendre 3 ans pour voir arriver le successeur de Lights. Mais ce n’est pas fini ! Car, comme l’on expliqué les membres d’ARCHIVE, Controlling Crowds est séparé en quatre parties, et seulement les trois premières sont présentes sur ce skeud… Quid de la partie IV ?! Elle paraitra sur un second Controlling Crowds, un peu plus tard dans l’année.

Chronique à suivre !

A lire aussi en TRIP-HOP par SUNTORY TIME :


ARCHIVE
With Us Until You're Dead (2012)
Archive se transforme mais reste le même !




ARCHIVE
Live Ep (2012)
Quand Archive joue au Père Noël


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Darius Keeler (claviers)
- Danny Griffiths (claviers, effets, samples, basse)
- Pollard Berrier (chant, guitare)
- David Penney (guitare, chant)
- Rosko John (rap)
- Maria Q (chant, chœurs)
- Steeve Harris (guitare)
- Jonathan Noyce (basse, claviers additionnels)
- Steve Barnard Dit Smiley (batterie)


1. Controlling Crowds
2. Bullets
3. Words On Signs
4. Dangervisit
5. Quiet Time
6. Collapse / Collide
7. Clones
8. Bastardized Ink
9. King Of Speed
10. Whore
11. Chaos
12. Razed To The Ground
13. Funeral



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod