Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO / ROCK / TRIP HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Unkle
- Style + Membre : Birdpen
 

 Site Officiel (273)

ARCHIVE - Controlling Crowds - Part Iv (2009)
Par SUNTORY TIME le 22 Mars 2010          Consultée 2750 fois

Voilà la suite tant attendue de Controlling Crowds, dernier né du collectif ARCHIVE, qui réalise-là son album le plus complexe, le plus long et le plus ambitieux.

On était restés un peu sur notre faim avec le beau mais frustrant « Funeral », qui clôt la partie III de Controlling Crowds, soit la fin du premier disque. La partie IV, ici présente, a droit à un seul disque rien que pour elle. D’où cet impression de déséquilibre... j'y reviendrai.

Les deux premiers morceaux nous ramènent dans l’ambiance des trois premières parties. « Pills » est rapide et puissant, c’est aussi le seul titre chanté par Maria Q. sur la partie IV. « Lines » est probablement l’un des meilleurs morceaux des quatre parties réunies : violent, glauque, avec un Rosko JOHN plus virulent que jamais et un Pollard BERRIER qui se déchaîne sur le refrain. C’est la seul chanson de rap où Rosko partage le chant de manière équitable avec un autre membre du groupe ; une symbiose parfaite entre le ARCHIVE de Londinium et le ARCHIVE de Lights. On retrouve l’ambiance très pessimiste et détonante du premier opus du Contrôle des Foules avec ces deux superbes titres.

Puis la lumière semble revenir dès les premières notes de « The Empty Bottle », chanté par Dave PENNEY. On reproche souvent à PENNEY son chant assez approximatif, mais il faut admettre qu’il s’est beaucoup amélioré sur ce long morceau, très pop et émouvant. « Remove » est lui aussi léger, mais néanmoins le titre le plus faible du disque, où Pollard BERRIER arrive à chanter de manière assez agaçante (ça arrive même aux bons…). Heureusement il se rattrape sur « Come On Get High » qui nous ramène sous une météo assombrie. « Though Conditioning » est le dernier morceau « rappé » par Rosko JOHN, on y retrouve les gémissements de « Controlling Crowds », le long morceau titre.

L’ambiance reste pesante sur le sublime et planant « The Feeling of Losing Everything », ainsi que sur le glaçant « Blood in Numbers » qui monte en intensité brutalement avant de s’arrêter net de la même manière. Une mélodie au piano reposante prend directement la relève sur « To the End », morceau acoustique où toute la troupe chante en chœur. C’est une chanson optimiste qui contraste avec celle qui la précède.

Mais ne vous fiez pas au titre « To the End », ce n’est pas encore la fin ! Voici « Pictures », dans une veine trip hop, paisible et émouvant. Les synthés montent en intensité dans le sublime final avant de transiter sur « Lunar Bender » (drôle de titre …) très calme et poignant. Les claviers et les guitares achèvent tout en douceur la partie IV, et Controlling Crowds dans sa totalité.

Ce Controlling Crowds Part IV est dans la parfaite lignée de Controlling Crowds Part I, II & III, normal puisqu’ils ont été enregistrés au même moment. Ambiances complexes, riches et glauques, même si l’espoir est présent contrairement à ce qu’annonce la couleur rouge-sang de la pochette. Les morceaux sont plus courts aussi, ce qui est dommage quand on sait que les compositions du premier opus prennent leur temps. Des titres comme « Blood in Numbers » ou « Pictures » mériteraient d’être rallongés, moins précipités.

Pour donner une critique à l’ensemble, je dois dire que Controlling Crowds (les quatre parties réunies) souffre d’un déséquilibre due à son partage en deux disques. Les quatre parties ne sont en plus pas de tailles équivalentes : cinq titres pour les parties I et II, trois pour la partie III … et onze pour la partie IV ! En toute honnêteté, ce partage en quatre parties est abstrait, mais du point de vue de l’album à proprement parler le deuxième disque parait bien court par rapport au premier, gonflé à bloc. Là aussi il y a déséquilibre. Bon ces défauts sont surtout dus aux limites du support CD, mais on ressent tout de même une frustration à l’écoute des deux disques.

Il n’empêche que Controlling Crowds est l’album le plus aboutit du combo KEELER/GRIFFITH, une réussite proche de la perfection, et nous prouve une fois de plus qu’ARCHIVE est l’un des meilleurs groupes de notre temps.

P.S. : Controlling Crowds Part I, II, III & IV est désormais disponible en format double album, ce qui n’est pas plus mal si on veut profiter des 24 titres en un seul achat.

A lire aussi en TRIP-HOP par SUNTORY TIME :


ARCHIVE
Controlling Crowds - Part I, Ii & Iii (2009)
Tout Archive en un album !




ARCHIVE
Axiom (2014)
Musique de film ? non, film pour musique !


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Darius Keeler (claviers)
- Danny Griffiths (claviers, effets, samples, basse)
- Pollard Berrier (chant, guitare)
- David Penney (guitare, chant)
- Rosko John (rap)
- Maria Q (chant, chœurs)
- Steeve Harris (guitare)
- Jonathan Noyce (basse, claviers additionnels)
- Steve Barnard Dit Smiley (batterie)


1. Pills
2. Lines
3. The Empty Bottle
4. Remove
5. Come On Get High
6. Though Conditioning
7. The Feeling Of Losing Everything
8. Blood In Numbers
9. To The End
10. Pictures
11. Lunar Bender



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod