Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SADE - Soldier Of Love (2010)
Par STREETCLEANER le 27 Février 2010          Consultée 2054 fois

S’il y a bien une chanteuse (il s’agit d’un groupe anglais en fait, mais construit autour de la chanteuse Sade Adu) qu’on n’attendait plus c’est bien SADE puisque celle-ci n’avait rien produit de neuf depuis dix ans, dix longues années qui séparent ce Soldier of Love, sixième album au compteur, du précédent Lovers Rock sorti lors de l’année 2000. Il faut dire aussi que la belle (ah la photo de l’album Stronger Than Pride !) ne donne généralement ni interviews, ni nouvelles.

On ne peut pas avoir vécu pendant les années 80 sans se souvenir de SADE. La jolie chanteuse d’origine nigériane, à la voix sensuelle ou lascive, avait régulièrement trusté les charts et les ondes radio avec des tubes pop/soul/RnB/jazzy/funky aussi imparables que « Your Love Is King », « Hang on to Your Love », « The Sweetest Taboo », « Paradise » ou l’entêtant « Smooth Operator » et puis s’était faite plus discrète pendant les années 90 puisqu’elle n’avait sorti qu’un seul album durant cette décennie (Love Deluxe avec notamment un « No Ordinary Love » de toute beauté), se rattrapant toutefois avec un best of qui s’était très bien vendu puisque cette compilation fut certifiée quatre fois album de platine.

On oublie souvent de parler des textes du groupe. On n’écoute pas SADE pour ses paroles. Eh bien c’est en partie vrai, mais aussi, pourquoi pas, en partie faux. SADE (1) a, malgré ce que l’on pense, toujours apporté un certain soin aux textes de ses chansons. Dans cet album on ne parle pas immigration, esclavage, exclusion ou guerre (cela a été abordé avant) mais Soldier of Love est l’occasion d’aborder ici encore des circonvolutions autour du thème de l’amour, la ligne directrice de l’album, avec un message qui revient toujours, qui se veut globalement positif, un message selon lequel les vicissitudes de la vie, les doutes, les pertes de confiance, les combats inévitables de la vie en commun (« Soldier of Love »), la douleur, les drames, peuvent être combattus et vaincus malgré tout par l’amour. La chanteuse dit même avoir vu l’œil du diable (« Bring Me Home »), mais que finalement la force de l’amour l’a ramené chez elle… Ainsi tout se termine bien, même si quelques dommages résiduels semblent être visibles. Bon, il est vrai que ces thèmes d’apparence légère ne sont pas non plus d'une originalité folle…

Côté musique, là où on l’attend plus, eh bien je ne cache pas ma déception. Sans être un gros fan du groupe SADE, j’ai toujours apprécié leurs albums chaleureux, sucrés, aux ambiances claires/obscures, ou colorées du soleil africain par de petites touches de percussions tribales, toujours douces, jamais agressives. Leur musique est un peu comme une caresse sur la peau, une expérience sensuelle, presque érotique aussi grâce à la voix de Sade Adu. Et puis chaque album contenait son lot de petites bombes qui restaient bien en tête, entre ambiances feutrées et titres qui balançaient légèrement et parlaient plus au corps.

Et là ? Eh bien on a perdu certains de ces éléments qui me plaisaient dans cette musique. Un manque se fait sentir. Mis à part le single « Soldier of Love » aux rythmes quasi militaires (compréhensible s’agissant d’une chanson qui aborde la vie commune comme un terrain d'affrontement) mâtinés de hip-hop ou trip-hop, cet album est entièrement calme, très calme, trop calme même, et j’aurais tendance à employer le mot « mou » tellement j’aurais aimé retrouver ces titres d’antan plus énergiques ou parsemés de percussions africaines, qui sont absents ici. Indéniablement, ce single « Soldier of Love » n’est pas représentatif de l’album et pourrait sembler trompeur. Car Soldier of Love, l’album, ne balance pas assez, ne parle pas au corps. Mais surtout les titres manquent globalement d’accroche. Bien lisses, ils s’écoutent facilement sans spécialement retenir véritablement l’attention. Où sont les « Paradise », « Smooth Operator » et autres « Is It A crime » ? Bon sang, ces chansons étaient de véritables petites bombes mélodiques qui restaient bien en tête, des chansons qu’on n’oubliait pas malgré les années… Même les morceaux moins connus, ou jamais radiodiffusés, avaient souvent un charme évident… Finalement, les titres les plus rapidement accrocheurs de ce nouvel album sont ceux qui sont les plus rythmés comme « Soldier of Love », ou « Bring Me Home » aux accents latins, et qui transportent immédiatement les émotions : SADE est encore largement capable de nous charmer, c’est évident.

Mais c'est avec un titre comme « In Another Time », aux arrangements soignés nous rappelant parfois les grands du trip-hop, que la beauté de certaines compositions se dévoile. Un titre calme et enchanteur, aux atmosphères douces et élégantes, dans lequel interviennent saxo, piano et instruments à cordes. Peut-être le plus joli titre de cet album et je retrouve là le SADE que j’aime. Mais le groupe avait fait tellement mieux avant… C'en est presque dommage de se réjouir d'un tel morceau ! « Skin », quant à lui, n’a pas grand-chose à lui envier question charme avec son refrain parfaitement servi par la voix sucrée et sereine de Sade. « Babyfather » n’est pas mauvais lui non plus avec ses influences reggæ, gospel ou RnB, sans être toutefois un titre très marquant. Tout comme le mélancolique « The Safest Place » rehaussé de jolies cordes. Il n'y a toutefois aucune surprise véritable dans ces chansons. Et comme je le disais précédemment, beaucoup d’autres morceaux me semblent plus faibles comme « The Moon and the Sky », « Morning Bird » et « Long Hard Road », ou un « Be That Easy » mélangeant également des génétiques diverses : jazzy, soul, blues et country.

Finalement je ressors de cet album avec un sentiment très mitigé. Si on retrouve la voix toujours chaleureuse de Sade Adu, cela ne suffit pas. Une attente de dix ans c’est long. On aurait pu espérer quand même des chansons plus marquantes, aux mélodies plus évidentes, surtout que le groupe n'est censé sortir généralement un disque uniquement pour faire passer un message. Ici les atmosphères - trop calmes et mélancoliques (l'introspection semble dominer) - sont privilégiées au détriment des mélodies, et l’équilibre qui prédominait sur les albums précédents me semble rompu. Où est passée l'inspiration ? Où sont passées les chansons aux basses groovy "Hang on to Your Love" ou aux rythmes funky "Cherry Pie" ? Et je renvoie aussi le lecteur à mon interrogation première : Où sont les tueries comme « Paradise », « Smooth Operator » et autres « Is It A crime » ? Pour ma part, déçu que je suis, j'en resterai encore aux quatre premiers albums...

Titres préférés : In Another Time, Skin
Titres sympathiques : Soldier of Love, The Safest Place, Bring Me Home

(1) les textes sont uniquement rédigés par la chanteuse, à la différence de la composition de la musique qui est partagée entre les membres du groupe

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE :


Sara BAREILLES
Between The Lines : Live At The Fillmore (2008)
Sara en live, c'est génial !




Gilles SERVAT
L'albatros Fou (avec Triskell) (1990)
Magnifique album de pop celtique


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Sade Adu (chant)
- Stuart Matthewman (guitare, saxophone)
- Andrew Hale (claviers)
- Paul S. Denman (basse)
- Invités :
- Joseph Robinson (batterie)
- Martin Ditcham (batterie, percussions)
- Everton Nelson (violon)
- Ian Burdge (violoncelle)
- Gordon Matthewman (trompette)
- Noel Langley (trompette)
- Ila Adu (chant sur babyfather)
- Clay Matthewman (chant sur babyfather)
- Juan Janes (guitare sur long hard road)
- Sophie Muller (ukulele)
- Leroy Osbourne (choeurs/chant)
- Tony Momrelle (choeurs/chant)


1. The Moon And The Sky
2. Soldier Of Love
3. Morning Bird
4. Babyfather
5. Long Hard Road
6. Be That Easy
7. Bring Me Home
8. In Another Time
9. Skin
10. The Safest Place



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod