Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (13)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bat For Lashes, Tori Amos , The Gentle Storm

Kate BUSH - Hounds Of Love (1985)
Par MARCO STIVELL le 23 Octobre 2010          Consultée 3372 fois

Il n'y a pas si longtemps de cela, je me faisais une petite réflexion concernant les publics de la plupart des groupes rock et de leur considération des femmes dans cette musique, dans la musique en général. Je constatais avec désastre que beaucoup de gens, hommes surtout, disent ne pas aimer les voix féminines. Je n'en connais pas la raison (et eux non plus), je sais juste qu'ils n'aiment pas. La voix féminine est souvent rattachée à celle des interprètes à voix que l'on (surtout ce fameux public) appelle avec dédain les "hurleuses". Par contre, il y a une chose qui reste encore plus difficile à comprendre, c'est le fait que Kate BUSH soit citée comme les seules artistes féminins "valables", elle est même carrément adulée par certaines de ces personnes-là, elle qui possède pourtant une voix suraigüe et qu'elle met pour le moins bien en valeur... Ceci dit on ne va pas s'en plaindre, et pour parler d'une oeuvre globale (ou discographie si vous préférez) qui met (presque) tout le monde d'accord, je me suis rendu compte du génie de cette fille petit à petit grâce aux albums dont le fameux The Dreaming, même si Hounds of Love va encore plus loin, bien plus loin dans la qualité...

1985. L'année du Live Aid. Phil Collins, Marillion et Kate BUSH, sans être forcément au sommet de leur art, explosent dans les charts, avec des albums tous hyper-enrichissants. Et celui de Kate n'est pas le moindre. Non contente d'être celle qui possède le plus d'albums en nombre, la période années 80 reste sa meilleure. Et ce Hounds of Love qui épouse tant le son de ces années-là (Never For Ever et The Dreaming c'était un peu hésitant... là on sait, on y est !) et qu'elle a produit tout seule comme une grande, reste son chef-d'oeuvre certes typé, mais intemporel.

La première face de l'ancien vinyle, soit les cinq premières chansons, est celle qui a permis le succès de l'album en termes de vente. Sur les cinq, quatre super tubes, hits, ritournelles que l'on n'oubliera jamais. Cela étant, "Mother Stands For Comfort" reste une petite perle insoupçonnée, dont même la boîte à rythmes très présente ne peut enlever la... suaveur (?), suavité (??) Mais ce sont évidemment les tubes qui retiennent le plus l'attention, que l'on aime ou pas. Les trois-quatre notes qui constituent le riff de guitare par Alan Murphy sur le très ambiancé "Running Up That Hill" font, de la même manière que ces ambiances, toujours mouche. Evidemment, les allergiques au son années 80 feront de l'urticaire. Les américains eux, n'ont pas laissé passer cette petite merveille (pour une fois... nooooon je rigole ! Quoique...) De même pour "Hounds of Love" avec toujours ces arrangements vocaux - "tou tou tou tou tou tou tou", "ouh ouh ouh ouh ouh ouh ouh" - à la fois d'une drôlerie et d'une très grande efficacité. Et que dire alors de ce "The Big Sky" grandiose et déjanté, avec tout juste le début de calme et toute une partie formidable riche en voix (cris même) et percussions diverses. "Cloudbusting" reprend cette idée de multiples batteries mais de manière plus soft et avec un apport de cordes ulltra bienvenu. Si "The Big Sky" n'était pas aussi spectaculaire, c'est "Cloudbusting" qui monterait sans problème et seule sur le haut du podium des meilleures chansons de l'opus, ou du moins de cette première partie.

La seconde face de l'ancien vinyle est celle qui a permis le succès de l'album en termes de haute opinion venant de tous les fans et bien plus encore. Il s'agit d'une suite baptisée "The Ninth Wave", hommage à un poème d'Alfred Tennyson : "The Holy Grail". C'est cette suite qui intéresse particulièrement les amateurs de musiques progressives, mais tout bon public est invité à faire partie du voyage. Un voyage presque sans cahots ou gros rouleaux, presque car il y a tout de même ce "Waking the Witch" plus bruitiste (passé l'intro) que réellement musical et qui représente le seul vrai bémol de Hounds of Love. En dehors de ça, que du génie à l'état pur. D'abord les subimes chansons au piano "And Dream of Sheep" ainsi qu'un "Hello Earth" au firmament de la magie notamment grâce à la présence d'un choeur grégorien. "Under Ice" possède une ambiance très forte et torturée, c'est d'ailleurs le seul titre de l'album où Kate fait tout d'elle-même musicalement, et je peux vous dire qu'elle sait y faire avec son Fairlight. "Watching you Without me" se présente comme une petite pause idéale, idéalement ponctuée par la géniale contrebasse de Danny Thompson. On termine avec les deux morceaux les plus réjouissants de l'ensemble, "The Morning Fog" et la parenthèse celtique "Jig of Life" qui devait bien arriver un jour ou l'autre étant donné le talent mélodique et celui de composition de Kate, même s'il s'agit plus ici d'un arrangement. La présence de Donal Lunny et Liam O'Flynn, tout deux ex-Planxty ne passe pas inaperçue...

Album essentiel de Kate BUSH mais aussi des années 80, Hounds of Love se révèle une expérience réussie de bout en bout (oui bon, presque... mais le morceau/bémol n'altère en rien le tout !) et l'une des plus belles aventures qu'une artiste féminine - et pas n'importe laquelle ! - peut vous offrir.

A lire aussi en NEW-WAVE :


TOYAH
Anthem (1981)
Un disque important de new wave.




The CURE
Faith (1981)
Pile un an après la sortie de seventeen seconds...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Kate Bush (chant, choeurs, fairlight, piano)
- Michael Kamen (arrangements orchestraux)
- Del Palmer (programmation linn, basse, claps, choeurs, basse f)
- Stuart Elliott (batterie)
- Alan Murphy (guitares)
- Paddy Bush (balalaïka, didjeridoo, choeurs, violons, fujara)
- Charlie Morgan (batterie, claps)
- Jonathan Williams (violoncelle)
- Youth (basse)
- Morris Pert (percussions)
- Eberhard Weber (basse)
- The Medicci Sextet (cordes)
- Dave Lawson (arrangements des cordes)
- John Carder Bush (choeurs, narration)
- Brian Bath (choeurs, guitare)
- Kevin Mcalea (séquences, synthétiseur)
- Danny Thompson (contrebasse)
- Donal Lunny (bouzouki, bodhran)
- John Sheahan (fiddles, whistles)
- Liam O'flynn (cornemuse irlandaise)
- The Richard Hickox Singers (voix)
- Michael Berkeley (arrangements des voix)
- John Williams (guitare)


1. Running Up That Hill (a Deal With God)
2. Hounds Of Love
3. The Big Sky
4. Mother Stands For Comfort
5. Cloudbusting
- the Ninth Wave
6. And Dream Of Sheep
7. Under Ice
8. Waking The Witch
9. Watching You Without Me
10. Jig Of Life
11. Hello Earth
12. The Morning Fog



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod