Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bat For Lashes, Kate Bush
 

 Tori's Maze (317)

Tori AMOS - Strange Little Girls (2001)
Par ERWIN le 16 Novembre 2010          Consultée 1655 fois

Pour son trente-huitième anniversaire, Tori Amos sort le grand jeu. Le concept est d’une originalité sans faille : des reprises, encore des reprises de chansons chantées par ses amis les hommes et destinées à des femmes. Elle a choisi de les interpréter de son point de vue. Avant toute chose, évoquons la très artistique pochette qui nous présente pas moins de personnages que de chansons. 12 femmes toutes jouées par Tori, ce qui laisse à chacun une chance raisonnable d’érection en cette dominicale journée. L’écrivain Neil Gaiman, un pote de la rouquine, a écrit une nouvelle sur chacune de ses Bonnie and Clyde femmes. Le ton de l’album est du coup très rock, foin de bidouillages éléctroniques, c’est une femme mure et sure d’elle-même qui se présente à nos yeux et nos oreilles, désormais Maman, ce qui (les femmes acquiesceront) change tout. Sa fascination pour la place de la femme dans le monde trouve ici toute sa force.

En grand A, nous allons regretter l'absence de « Smells like teen spirit ». Alors certes, elle est sortie il y a déjà longtemps mais tout de même, son absence est dommageable ; ne serait-ce que pour avoir sur un seul skeud les reprises classiques de Tori.

En tant que grand metalleux devant l’éternel, la lecture des chansons du skeud s’arrêta pour moi sur « Raining blood »… Il pleut du sang… Tori s’attaque à SLAYER, méga groupe de Thrash métal de la Bay area, aux antipodes de son rock pop sophistiqué et anarchique. Alors je fais tourner la rondelle, voyez-vous, et le résultat est incroyable : le titre, tout en dévers, tout en ambiance malsaine, en sourde violence chez Slayer prend une dimension dramatique hors compétition sous les doigts agiles de Tori Amos. Voila une performance hallucinante, exemple typique de ce qu’il faut montrer pour prouver l’étendue des talents de la sudiste. Lancinante, reptative, elle la fait sienne, la confisque et finit par la broyer sous le poids d’une sensibilité exacerbée que je qualifierai volontiers de « surnaturelle ».
Tom Araya , leader de Slayer, envoya une lettre admirative à Tori ainsi que des Tee-shirts au nom du dernier opus « Gods hates us all » à la belle Tori, le vieux filou… Quand on connait le passé de la jeune femme, on se dit qu’il n’y a pas de hasard.

La plus connue de ces reprises est sans aucun doute celle de Depeche Mode « Enjoy the silence », là encore, un traitement brut de brut lui donne un aspect lourd et angoissant, une véritable pépite de platine. Je gage que David Gahan, malgré sa voix, n’osera jamais la chanter en duo avec elle.

Tiens ya un Beatles « Happiness is a warm gun » issue des sessions de l’album blanc, soit en substance le plus grand album de tous les temps, pour peu que l’on soit un brin objectif. Elle a rajouté à la reprise des samples des deux Bush : le papa et le fiston, ainsi que quelques prêches de son papa à elle… J’me d’mande comment qu’il a pris ça, le truculent pasteur Edison Amos, du fond de sa Caroline bouseuse !

« Heart of gold » est agrémentée d’un passage « I wanna be your dog » -je l’aurais juré coquine !- des Stooges… Drole de mélange… On nage finalement dans la recette magique du succès de Tori. Une surprise permanente et un art consommé de la séduction.

La reprise des Stranglers “Strange little girl” se laisse taquiner, Tori y reprend avec justesse les lignes de synthés toujours naïves du grand Dave Greenfield. Aux antipodes, elle parvient à nous faire oublier la grosse voix de Tom Waits sur la classique « Time » jouée de manière époustouflante.
Damned, elle s’est même fendue d’une cover du rappeur blanc chéri de nos ménagères américaines, le scrofuleux Eminem sur la sulfureuse « 97 Bonnie and Clyde ». Entendre Tori slammer est une expérience ! Bah ne faut-il pas de tout pour faire un monde ?

Inutile d’en rajouter des tonnes, le message est clair : ne cherchez surtout pas à comprendre mais profitez ! je rajoute qu’Adrian Belew himself a fait les grattes, ce qui achèvera de vous situer le niveau !
Petit aparté sur le coté artiste engagée, puisque chacune des chansons est illustrée d’une photo de Tori, plus schizophrénique et belle que jamais.

Très, très convaincante.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Annie LENNOX
Diva (1993)
La diva prend son envol




Annie LENNOX
Medusa (1995)
Dieu qu'elle est belle


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. New Age
2. 97 Bonnie And Clyde
3. Strange Little Girls
4. Enjoy The Silence
5. I’m Not In Love
6. Rattlesnakes
7. Time
8. Heart Of Gold
9. I Don’t Like Mondays
10. Happiness Is A Warm Gun
11. Raining Blood
12. Real Men



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod