Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Marshall Tucker Band , The Outlaws
- Membre : Dickey Betts , The Derek Trucks Band , Duane Allman
- Style + Membre : Gregg Allman
 

 Guide Allman Brothers Band (333)

The ALLMAN BROTHERS BAND - At Fillmore East (1971)
Par MANIAC BLUES le 24 Novembre 2010          Consultée 3599 fois

New York, mars 1971, le Fillmore East. Dans ce lieu et à cette date précise va se dérouler l'un des concerts les plus célèbres de l'histoire du blues-rock. Le Fillmore East, salle mythique appartenant à Bill Graham, est l’équivalent sur la côte est du Fillmore West à San Francisco. Véritable lieu saint du rock, les plus grands groupes du genre tels les Who ou les Doors s'y sont produits au moins une fois. Mais s'il y a bien un groupe qui incarne à lui seul ce sanctuaire, c'est indéniablement le ALLMAN BROTHERS BAND. Les Allman, véritables habitués de la maison, ont joué au Fillmore tellement souvent qu'on les a surnommé inévitablement le « Bill Graham's House Band ».

Formé en 1969, le ABB devient rapidement le fer de lance de la scène blues-rock américaine du début des années soixante-dix. Avec les Canned Heat ou Johnny Winter, les Allman donnent en effet ses lettres de noblesse à un genre qui jusque là était la chasse gardée des Britanniques. Accompagnés par une section rythmique qui comporte pas moins de deux batteurs, Duane et Gregg Allman ont imposé un style de blues-rock très fin. Si l'on peut déjà apprécier tout leur talent sur les deux premiers albums studio, c'est incontestablement en live que la qualité exceptionnelle du groupe prend toute sa dimension. Parmi les sept titres qui composent ce disque d’une durée approximative d'une heure et presque vingt minutes, les Allman revisitent et interprètent avec brio des standards du blues et des compositions phares de leur propre cru.

La première partie du live est consacrée à des reprises de blues. Loin d'adopter un ton rock dans son interprétation, le ABB joue toute en retenue et justesse. « Statesboro Blues », en guise d'ouverture, permet d'emblée d'apprécier l'adresse magistrale de Duane Allman au bottleneck. Les improvisations ont indéniablement la part belle, mais le groupe fait preuve d’une certaine sobriété. Sur « Done Somebody Wrong », l’harmonica de Thom Doucette illumine la performance du groupe qui n’a pas grand chose à envier à l’illustre Elmore James.

Tantôt flamboyante, tantôt intimiste, l’atmosphère de ce live est unique. « Stormy Monday », classique incontournable de T-Bone Walker, résume à lui seul toute la souplesse et la subtilité de l'interprétation des Allman. Le timbre de voix de Gregg Allman se marie alors parfaitement à la guitare incandescente de son frère. Mais en terme d’improvisations, c’est avec « You Don't Love Me » que les choses sérieuses commencent réellement. Le groupe ne recule devant rien et métamorphose la composition de Willie Cobbs en un formidable morceau de bravoure de près de vingt minutes. Dans ce genre d’exercice de style, on ne peut pas dire que les frères Allman soient maladroits. Il est difficile d'intéresser son auditoire en jouant un même blues pendant vingt minutes. Pourtant, le ABB réussit ce tour de force grâce à d’habiles ruptures de tempo et de rythmes, et à une progressive montée en puissance. Véritables joutes musicales entre harmonica, guitares et orgue, les soli virevoltent dans tous les sens. Vite rejoint par Dicky Betts, Duane Allman donne alors un superbe récital avec sa Les Paul particulièrement bien affutée cette nuit là.

Ils sont encore plus ambitieux sur « Whipping Post », final décapant de vingt trois minutes composé par Gregg Allman devenu un titre incontournable de leur répertoire. L'intensité brûlante qui se dégage du premier quart d'heure de ce morceau permet d'admirer toute la maestria de Dicky Betts et de Duane Allman, qui s'impose définitivement comme l'un des meilleurs guitaristes de sa génération. Enfin, la forme instrumentale est particulièrement adaptée à leur style en live qui repose sur des improvisations gargantuesques. La bande des frangins Allman le prouve avec les deux perles que sont « Hot 'Lanta » et « In Memory of Elisabeth Reed » composé par le guitariste Dicky Betts qui interprète ici une brillante introduction.

Album testament de Duane Allman qui meurt tragiquement quelques mois plus tard dans un accident de moto, ce live magique, l'un des plus intéressants et fascinants de l'histoire du rock, est l'apothéose de la carrière du ABB. L'interprétation est indéniablement transcendée par la virtuosité et le génie de Duane Allman épaulé par des musiciens d'exception. A l'écoute de concert, comment ne pas être transporté par ce brin de folie, de spontanéité qui anime le groupe? Ce live au Fillmore East est définitivement LA référence du genre.

A lire aussi en BLUES-ROCK par MANIAC BLUES :


TEN YEARS AFTER
Stonedhenge (1969)
Un ovni dans la discographie du TYA




Stevie Ray VAUGHAN
Couldn't Stand The Weather (1984)
Un coup de maître de la part de srv!!


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Duane Allman (guitare)
- Gregg Allman (orgue, piano, chant)
- Dicky Betts (guitare)
- Berry Oakley (basse)
- Jai Johanny Johanson (batterie, percussions)
- Butch Trucks (batterie)


1. Statesboro Blues
2. Sone Somebody Wrong
3. Stormy Monday
4. You Don't Love Me
5. Hot'lanta
6. In Memory Of Elizabeth Reed
7. Whipping Post



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod