Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Gilles Servat , Pibrock, Bernard Benoit
- Membre : Alan Stivell , Pierre De Grenoble, Mor, Glenmor, Yann Fañch Kemener
- Style + Membre : Nuit Celtique
 

 Musique Progressive Bretonne (221)

Dan AR BRAZ - Les Perches Du Nil (2007)
Par MARCO STIVELL le 12 Janvier 2011          Consultée 2187 fois

Un son de didjeridoo, et nous voici dans l'ambiance, l'univers de ce nouvel album. Pas besoin d'un dessin, on comprend vite de quoi il est question...

Après un A Toi et Ceux très réussi moyennement - ça veut dire que très réussi, il l'était, mais pour la moitié des morceaux seulement -, Dan a voulu prendre quelques années pour tourner avec son groupe et peaufiner l'enregistrement de son nouveau projet. Celui-ci sort donc au bout d'un certain temps sans réelle surprise, sauf bien évidemment pour ceux qui comme moi n'étaient pas au courant, et je pense qu'ils étaient nombreux... Tout comme ceux qui comme moi n'auront pas aimé ce nouveau disque. Bien sûr ce n'est qu'une supposition.

Je vais paraître un brin sévère, mais tant pis : je n'aime pas cet album. Les écoutes multiples et à différentes époques, séparées par de grandes intervalles, n'y ont rien changé. La démarche est intéressante mais ça ne fait pas tout. Passé ces considérations globales que je m'efforce de ne pas rendre trop lapidaires, voyons l'oeuvre plus en détail.

Le didjeridoo est donc formel, tout comme le seront le chant et les percussions, ce disque marque un virage dans la carrière de Dan AR BRAZ, beaucoup plus orienté "world music". Ce terme un peu bateau et souvent considéré comme incorrect me sert juste ici à caractériser ce qui n'est pas pop-rock, ni celtique, ce dernier qualificatif étant en passant souvent estampilé "world". Mais les Perches du Nil n'est pas un album de musique celtique, ou du moins contrairement à tous les albums précédents, les traces en sont toutes petites, l'emploi des ingrédients est plus subtil, beaucoup plus. On trouve ça et là quelques éléments comme une cornemuse irlandaise ou un whistle discret, mais rien de plus. Il y a parfois un côté folk un peu plus marqué par un passage aux guitares slide... Bon disons-le tel qu'il le faut, Les Perches du Nil est une volonté et une tentative de métissage entre les influences folk-rock de Dan (mais pas forcément celtiques) et des éléments "venus d'ailleurs" - comme j'aime le dire pour ne pas mentionner les musiques européennes -, et en particulier d'Afrique. On peut observer sur la pochette une vue de ces continents les plus proches, qui tente quand même de nous faire croire que la part de celtisme est fort, en rendant fertiles les pays issus de cette mouvance.

Ce genre de démarche est toujours intéressant et même pourra sembler sympathique, dans le cas où l'on est éclectique et que ce genre d'alliage ne nous fait pas peur. Les Perches du Nil l'est en effet... Sympathique. Mais à vrai dire, il l'est uniquement... Sympathique. La magie de la musique celtique et en partie celle d'être une main tendue à n'importe qui pour rentrer dans la danse ou un message porteur d'espoir - ici il est toujours fort, à la fois humaniste et contemplatif. Cela concerne donc tout le monde, y compris les peuples africains, asiatiques... et de nombreux artistes auront réussi à faire de très belles choses à partir de cette formule. Mais dans le cas de Dan, il y a un os, un os que l'on n'arrive pas à savourer aussi bien que ce qu'il promettait, ou du moins semblait annoncer. C'est tellement dommage...

Un certain manque de saveur donc. Ceci est dû à une certaine uniformité des mélodies, des chansons qui paraissent similaires, une forte homogénéité qui ne joue pas en la faveur de l'ensemble, étant donné que si l'un de ces airs ne vous a pas frappé, la plupart des autres fera difficilement mieux. De plus, Dan chante sur un ton légèrement monotone, et les arrangements sonnent d'une manière quelque peu aseptisée. A part peut-être les rares interventions de la cornemuse et une ou deux parties de guitare, on ne se sent pas vraiment interpelé, à aucun moment. En parlant du chant, on rencontre deux duos : l'un avec la chanteuse camerounaise Sally Nyolo (ancienne membre du groupe Zap Mama, sur "Terres Vertes Unies Verts"), l'autre avec le chanteur Guizmo du groupe français de reggae acoustique Tryo (pour "Pleure"). Tout deux participent également à tous les choeurs de l'album. L'exercice du featuring est toujours intéressant, souvent surprenant, mais pas forcément réussi, comme la manière dont je ressens ces deux-là. Guizmo avec sa félure n'est pas la voix que l'on pouvait attendre le plus pour un duo avec maître Dan, et la chanson n'est pas franchement passionnante une fois de plus. Quant au duo avec Sally Nyolo, il est basiquement reggae, avec un refrain répété ad-eternam et desservi par une trop grande longueur (six minutes).

On peut également noter que Les Perches du Nil est un de ces albums où le meilleur est situé au début. "Qu'ai-Je Fait Pour en Arriver Là ?" est l'une des (très) rares chansons qui se détachent, mais ce n'est pas énorme non plus. Et je n'en citerai pas d'autre car, qu'on aime ou pas, le résultat est le même : les chansons sont difficiles à reconnaître les unes des autres. On trouve tout de même des reprises de Dan himself, lui-même par lui-même (sauf pour les textes qui sont de Mélaine Favennec), à savoir les sympathiques "Regarde Autour" et "De la Lune à la Lune" auxquelles je préfère amplement les versions intimistes de Borders of Salt / Frontières de Sel (1991).

Je pense qu'il n'est pas nécessaire que je continue plus longtemps. Pour le premier album de Dan que j'ai acheté au moment de sa sortie, l'enthousiasme est vite retombé. Heureusement, pour son album suivant, le guitariste est revenu à quelque chose de plus personnel, un concept un peu plus en accord avec ses goûts de base.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Blanche-neige Et Les Sept Nains (1938)
Classique, que dire d'autre ?




Katie MELUA
The House (2010)
La chanteuse ne ferait-elle que du grand ?


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Dan Ar Braz (chant, guitares)
- Marcel Aubé (basse)
- Matthieu Rabaté (batterie)
- Patrick Péron (claviers)
- Ronan Le Bars (cornemuse et flûtes irlandaises)
- Guizmo (chant, choeurs)
- Sally Nyolo (chant, choeurs, percussions)
- Emmanuel Soubiran (didjeridoo)
- Didier Billet (doums, bambous)
- Thierry Leest (doums, bambous)
- Adrien Hermann (doums, bambous)


1. Qu'ai-je Fait Pour En Arriver Là ?
2. Burkina Faso
3. Regarde Autour
4. Pleure
5. Les Perches Du Nil
6. Terres Vertes Unies Vertes
7. Ces Instants
8. Ce Mal Qui Vient
9. Le Nom Du Vent
10. De La Lune à La Lune
11. J'ai Tant Besoin De Toit
12. Ivre Ensemble



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod