Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Genesis, Malicorne, Manu Katché , Steve Gadd Band, The Purple Helmets

Peter GABRIEL - Growing Up Live (2003)
Par MARCO STIVELL le 28 Février 2011          Consultée 2159 fois

Peter GABRIEL est certes connu pour être un caméléon, mais c'est aussi une vraie cigale. Par périodes, il disparait, c'est pour mieux le retrouver ensuite. Et quand on le retrouve, on peut dire qu'il ne chôme pas. Ovo (2000) a été vite rangé au placard y compris par de nombreux fans (à cause d'un titre rap on va dire), malgré un projet important il n'était pas l'album du grand retour du chanteur après des années de silence musical. C'est bien Up, en 2002 qui le relance. Et pour célébrer ce retour, quoi de mieux qu'un DVD live pour accompagner la tournée triomphale qui s'en est suivi ? Peter fera mieux : pas un DVD, mais deux. On y reviendra.

Pour l'heure, nous avons ce Growing Up Live, premier DVD de Peter, avant la réédition du Secret World Live, et comme ce denier, enregistré en Italie du Nord, à Milan cette fois et toujours sur deux soirs. Le groupe n'est plus le même que pour la tournée 1994. Peter n'a gardé auprès de lui que les fidèles Tony Levin et David Rhodes, et engagé des musiciens plus ou moins nouveaux : Ged Lynch à la batterie, Richard Evans qui accompagnait le chanteur depuis un bon moment en studio, la pianiste-claviériste-chanteuse de jazz Rachel "Z" Nicolazzo, ainsi que et c'est un point fort, sa fille Melanie. Assez controversée dans le milieu fanistique car souvent décrite comme n'ayant pas de voix (ce qui est faux, elle chante juste et c'est déjà très bien), le point fort reste surtout le fait de savoir père et filles ensemble (Anna, l'aînée, n'est pas loin dans la réalisation) quand on connait les difficultés qui sont survenues autour de 1990 lorsque le chanteur s'est séparé de sa première femme Jill. Il est encore plus appréciable de les voir s'amuser, Peter et Melanie, sur "Downside-Up".

C'est que ce brave Peter, si lui-même a changé (presque vingt ans pris en moins de dix ans et une allure surprenante de vieux sage à l'embonpoint marqué), il n'a rien perdu de son talent musical et de son sens du spectacle. Les chansons de Up restent fidèles à leurs versions d'origine dans le fond comme dans la forme - avec on s'en doute, force overdubs -, elles sont, comme celles des albums précédents superbement servies durant tout le concert par des effets scéniques de haute volée. Je ne sais combien de millions tout cela a coûté, mais voir cette espèce de balle ovale géante apparaître sur "Secret World" (en plus des jeux de lumière), Peter et Melanie défier les lois de la gravité en marchant la tête en bas sur "Downside-Up", la veste lumineuse inspirée du clip de "Sledgehammer", la caméra folle sur "The Barry Williams Show", ainsi que la fameuse boule Zorb de "Growing Up" dans laquelle Peter s'amuse comme un fou, sans parler d'autres petits détails fort sympathiques (Melanie dans un bateau pour "Mercy Street", Peter qui fait du vélo sur scène pour "Solsbury Hill")... Tout cela vaut franchement le détour. Toujours dans le visuel, mais cela n'est qu'à demi accepté par les fans, il y a la volonté de mettre les roadies et techniciens en combiaison orange et de les filmer pendant les chansons.

Concernant la musique, peu de changements en ce qui concerne Up, les chansons bien que parfois éditées dans leur structure, restent fortement rallongées. Mais c'est aussi le cas des anciennes chansons, outre les tubes "Solsbury Hill" et "Sledgehammer" dont on sait que malgré le sourire durant leur interprétation, Peter en a marre de les chanter, ce dernier a respecté les structures originelles des "Secret World", "Digging in the Dirt" et même "Red Rain", au tempo pourtant ralenti comme sur le CD du Secret World Live (l'intérêt de ne pas l'avoir mise sur le DVD est qu'il n'y a pas de doublon ici, pas encore du moins...). "Secret World" reste magnifié par la cornemuse-synthé de Rachel Z, qui n'est pas souvent mise en avant dans le spectre sonore, mais que l'on reconait bien ici ainsi que lors de son magnifique solo de piano sur "In your Eyes". "In your Eyes" justement, est sublimé grâce à la présence de la chanteuse ouzbèke Savara Nazarkhan, qui porte la chanson encore plus haut que ne le faisait Paula Cole, et pourtant c'était mission difficile. Peter nous offre un inédit sous la forme de "Animal Nation", annonçant le fameux I/O qu'il nous promet depuis 2003, chanson sympathique, mais qui parait un peu passe-partout à côté du reste. "Father, Son" clôture le concert comme "Here Comes the Flood" l'a ouvert, en piano-voix (avec juste Tony Levin à la contrebasse). Les Blind Boys of Alabama font leur apparition sur le final vibrant de "Sky Blue". "Solsbury Hill" retrouve un peu de son aura folk de 1977 grâce à la 12 cordes de Richard Evans. Mais la véritable surprise reste sans doute "Mercy Street", belle à pleurer comme toujours, magnifiquement débutée a-cappella avec tous les chanteurs et choristes du groupe (soit avec seulement Ged Lynch pour absent) et contenant une splendide partie de flûte par Richard Evans.

Les bonus ne sont pas présents en pagaille pour ce DVD. Outre la galerie de photos habituelle de Tony Levin (sur fond de "More Than This"), on a juste un mini-documentaire très intéressant de la tournée, qui nous permet de mieux comprendre le choix du titre ("il y a un moment où il faut grandir", growing up donc), l'avis de Peter concernant ses musiciens (Rachel "dès l'audition on savait que ce serait elle", la sensibilité de David Rhodes...), ainsi que des détails concernant le spectacle, c'est-à-dire le Zorb de "Growing Up" qui devait rouler sur le public à la base ce qui eut été trop dangereux, la loi anti-gravité de "Downside-Up"...
Un DVD à posséder - tout comme les vidéos précédentes -, qui offre peu de surprises en dehors des chansons les plus récentes, mais qui a le mérite de montrer, lui aussi, tout le génie de l'artiste.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


MISSY HIGGINS
On A Clear Night (2007)
Pop et folk entre amour et évasion




I MUVRINI
...in Core (1990)
Premier live du groupe


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Peter Gabriel (chant, claviers, percussions)
- Ged Lynch (batterie, percussions)
- Tony Levin (basse, contrebasse, choeurs)
- David Rhodes (guitares, choeurs)
- Richard Evans (guitares, mandoline, flûtes, choeurs)
- Rachel Z (claviers, choeurs)
- Melanie Gabriel (chant, choeurs)
- + The Blind Boys Of Alabama (chant)
- Toir Kuziyev (saz)
- Sevara Nazarkhan (chant)


1. Here Comes The Flood
2. Darkness
3. Red Rain
4. Secret World
5. Sky Blue
6. Downside-up
7. The Barry Williams Show
8. More Than This
9. Mercy Street
10. Digging In The Dirt
11. Growing Up
12. Animal Nation
13. Solsbury Hill
14. Sledgehammer
15. Signal To Noise
16. In Your Eyes
17. Father, Son
18. + Documentaire : The Story Of Growing Up
19. Galerie De Photos



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod