Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Déportivo
- Membre : Gaëtan Roussel , Tarmac

LOUISE ATTAQUE - En Concert - Y'a T'il Quelqu'un Ici ? (2006)
Par GEGERS le 18 Avril 2011          Consultée 2316 fois

Il aura fallu du temps à LOUISE ATTAQUE pour appréhender peu à peu, année après année, concert après concert, ce public qui lui a tant donné à ses débuts, lui permettant de devenir un des plus gros vendeurs d'albums du rock français. Gagnant en assurance et en présence scénique, le groupe de Gaëtan Roussel, est parvenu, chemin faisant, à dompter ces scènes démesurées, assoiffées de rock énergique et débridé, marque de fabrique du combo. Après une pause bien méritée au début des années 2000, à laquelle succéda l'album mitigé A Plus Tard Crocodile en 2005, LOUISE ATTAQUE décide d'immortaliser son concert donné au Zénith de Paris le 25 Avril 2006. Bien lui en a pris, car ce DVD, réalisé par le réputé David Carruthers (Oasis, Portishead...) constitue une véritable immersion dans le délectable univers rock du groupe francilien.

Ne cherchez pas ici de scène captée backstage ou de bonus quelconque. Y'a t'il Quelqu'un Ici présente uniquement le concert parisien, dans son intégralité cependant, soit plus de deux heures de show. Néanmoins, la réalisation, au plus proche du groupe, vaut tous les bonus du monde. Gros plans récurrents sur le visage des musiciens, enchaînements brusques et nombreux, LOUISE ATTAQUE ne nous a jamais semblé aussi proche que sur ces images qui montrent un groupe accompli et reconnaissant. Le son a certes tendance à étouffer légèrement (au profit du groupe) un public qui, conquis et participatif, offre pourtant l'impression de donner de la voix, plus que ce que ce DVD peut le laisser paraître. Mais ce léger défaut ne nuit en rien à l'appréciation du concert en lui-même.

C'est en effet uniquement sur la prestation du groupe que repose l'intérêt de ce DVD. 30 titres, et aucune faute de goût, ou presque. Conduit par un fil rouge récurrent (« Est-ce que tu m'aimes encore », joué de diverses manières, rock, pop ou punk), le concert offre le compromis parfait entre le rock enragé du premier album, celui plus réflexif du deuxième, et celui « américanisé » et plus surprenant du troisième opus. Les tubes sont là, et recueillent bien évidemment tous les suffrages. Dénués de chœurs, les morceaux se font encore plus bruts et rugueux que sur album, et montrent un groupe éminemment motivé : « Amours », « Léa », « Tu dis rien », J't'emmène au vent », « D'amour en amour » s'enchaînent et constituent autant de preuves de la vitalité de LOUISE ATTAQUE. Peut bavard mais constamment le sourire aux lèvres, Gaëtan Roussel éclabousse le public de son aura envoûtante et multi-facettes, saute et virevolte, sans pour autant éviter les minauderies vocales et faciales qui font son originalité. Et l'on ne peut rester insensible aux charmes de ces titres plus calmes, issus du deuxième album, qui apportent une substance considérable à l'ensemble : « La plume », « L'intranquilité », agrémentés du délicat violon d'Arnaud Samuel, s'imposent d'eux-mêmes parmi les meilleurs moments du concert, au même titre que l'intrigant et envoûtant « La valse », seul titre issu du troisième album se faisant véritablement convaincant ici, les autres (« Revolver », « Si l'on marchait jusqu'à demain », « Shibuya station », etc) ayant du mal à s'insérer convenablement dans une setlist qui souffre de leur présence.

Profitant de l'événement, LOUISE ATTAQUE décide d'inviter les copains à venir faire un tour sur scène. On retrouve avec plaisir Dionysos sur « Song 2 », célèbre titre de Blur, ainsi que les insupportables Wampas pour un massacre dans les règles de l'ignoble « Chirac en prison », seul véritable ratage du concert.

Après deux heures de show, exténué et heureux, le quatuor délaisse la scène pour retourner dans l'ombre, qu'il n'a depuis plus quitté, chaque membre s'investissant dans une carrière personnelle plus ou moins fructueuse. On apprécie donc d'autant plus ce témoignage live, représentatif d'un groupe alors au sommet de son art, et chef de file d'une scène rock française qui peine à se remettre de son absence. Un must-have, en dépit des défauts sus-mentionnés.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


The SEER
Wide Eyed Walker (2012)
Les yeux grand ouverts...




RUNRIG
The Stamping Ground (2001)
Runrig de nouveau au sommet


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Gaëtan Roussel (chant, guitare)
- Arnaud Samuel (violon, piano)
- Robin Feix (basse)
- Alexandre Margraff (batterie)


1. Est-ce Que Tu M’aimes Encore ?
2. Amours
3. Si C’etait Hier
4. La Plume
5. Les Nuits Parisiennes
6. Revolver
7. Oui Non Encore
8. Si L’on Marchait Jusqu’à Demain
9. Chirac En Prison (avec Les Wampas)
10. Tu Dis Rien
11. Arrache Moi
12. L’intranquillite
13. Savoir
14. Manhattan
15. Toute Cette Histoire
16. Sean Penn, Mitchum
17. Je T’emmene Au Vent
18. Depuis Toujours
19. Léa
20. La Valse
21. Crocodile
22. D’amour En Amour
23. Pour Un Oui, Pour Un Non
24. Oui Non Encore
25. Ton Invitation
26. Shibuya Station
27. La Brune
28. Song 2 (avec Dionysos)
29. Vous Avez L’heure
30. Nos Sourires



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod