Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Genesis, Brand X, Daryl Stuermer , Ronnie Caryl

Phil COLLINS - Serious Hits Live In Berlin Dvd (2003)
Par MARCO STIVELL le 25 Avril 2011          Consultée 3878 fois

Les convenues et déconvenues de la vie... Adorateur de Phil COLLINS depuis mon enfance, et ayant découvert le Serious Hits Live en CD (pourtant depuis toujours dans la discothèque de mes parents) à un moment précis de ma vie, celui où je me suis "ouvert" en fait, je fus heureux un beau jour de la fin de l'année 2002, en furetant chez un disquaire d'occasion, de trouver ô suprise !, une version vidéo de cette tournée. Je rentrai chez moi avec et comblé, sûr de tenir là un collector, je n'entendais même pas les sarcasmes de mon père à l'encontre de la musique. Quelle ne fut pas ma déception de voir quelques mois plus tard que cette vidéo allait être rééditée en DVD (un mot que je ne connaissais que de très loin auparavant) ! Remarque, ça m'a bien arrangé au final, car c'est à cette même époque que notre magnétoscope familial est tombé gravement malade, pour finalement décéder. Serious Hits Live est resté tout autant que But Seriously... (le disque de Phil qui précède le live) un objet ayant une place particulière dans mon coeur, même si je sais aujourd'hui que mon père ne l'écoutait vraiment que pour faire plaisir à ma mère... et à moi aussi.

Serious Hits Live en CD est un aperçu de la tournée, les chansons étant prélevées sur diverses dates et mises bout à bout. La vidéo elle a capté l'ensemble du concert donné à Berlin en plein air durant cette fameuse tournée But Seriously, et seulement ce concert. Ce qui fait qu'on a ENFIN un concert officiel entier de cette tournée, certes qui existait déjà en vidéo, mais qui offre la possibilité d'être écouté avec les technologies actuelles, incluant le 5.1. Et puis la vidéo s'était faite rare, donc c'est du tout gagné.

Et bien sûr un concert de Phil fait toujours sensation. Là on doit profiter du fait que c'est la fin de son apogée, mais le batteur-chanteur prenait alors le parti de jouer tous ses hits en y incorporant des chansons moins connues. C'était l'époque où il s'amusait à faire des décors (le fameux manège qui s'ouvre et se ferme au début et à la fin du concert), où il jouait du piano sur scène - du Yamaha CP-80 s'il vous plait -, où il ne baissait pas forcément les tonalités des chansons par souci vocal, où il prenait du temps à la fin des concerts pour écouter les bandes de ceux-ci enregistrées et faisait circuler sous les portes des chambres d'hôtels des musiciens des feuilles avec les modifications à apporter... Bref, une époque faste et qui témoigne pleinement de sa gloire, ainsi que du talent que contrairement à ce que l'on peut dire, il n'a pas volé. But Seriously... n'est pas tant défendu que cela sur scène, la moitié des titres seulement sont joués et les hits sont mis en valeur, tout comme pour No Jacket Required qui est représenté de manière égale. De Hello, I Must Be Going, Phil n'a sauvé que deux morceaux dont le fiévreux "The West Side" joué avec une variation bluesy et un solo de batterie, et qui tient à rappeler qu'un concert de Phil COLLINS n'est pas qu'un concert de bonne variété. Quant aux amateurs de Face Value, Phil ne leur a accordé "que" "Hand in Hand" (intro d'un concert chanté avec le chanteur à la batterie) et le mythique "In the Air Tonight" qui est vraiment... spectaculaire. Pendant la tournée, Phil et le groupe jouaient aussi une version rock de "The Roof is Leaking" absolument magnifique et dont on ne peut que regretter l'absence à Berlin.


Que dire sinon que ces chansons, dépouillées de leurs artifices de studio (sauf la boite à rythmes) sont toujours aussi géniales à écouter, et à voir cette fois-ci ? Je ne reviendrai pas sur mon analyse du CD, simplement au niveau des différences ici, on note principalement un "Who Said I Would" démarrant immédiatement avec la batterie, une partie vocale légèrement modifiée pour l'éblouissante Bridgette Bryant sur "Separate Lives", "A Groovy Kind of Love" est joué sans boîte à rythmes et Daryl fait toujours sa petite impro variable sur "Don't Lose my Number", avant sa remontée vers le refrain (qui elle ne change jamais). Quant aux chansons laissées de côté pour le CD (et il y en a encore un paquet en dehors de Berlin), "Inside Out" reste très fidèle à sa version album, les plus mémorables restent "The West Side", la superbe reprise "Always", les vibrants (chacun dans leur style) "Colours" - et le drum duet à la fin ! - et "That's Just the Way it is" ainsi qu'une version dépouillée calme de "Doesn't Anybody Stay Together Anymore" à ne pas manquer.

Côté scène, on a affaire à un gros orchestre, groupe rock, choeurs et cuivres, mais les musiciens bien que souvent dans leur propre jeu, le vivent (Brad Cole surtout) n'hésitent pas à interagir. Les choristes amènent leur petite chorégraphie, Phil fait le pitre avec un peu tout le monde, tous sourient facilement... Le concert commence solennellement avec de beaux costumes, puis chacun tombe la veste, surtout l'impressionnant prophète Leland Sklar avec son allure de prophète, qui finit tut cmme Chester en marcel rose... Quel plaisir de voir Daryl et Chester en particulier, et quelle émotion de savourer pour la dernière fois la présence de l'excellent Don Myrick qui décèdera de manière tragique trois ans plus tard (bavure policière pendant un contrôle de stupéfiants). Et le public, mon dieu ce public je crois que tous les artistes en rêvent. Berlin en 1989-90, c'est une page d'histoire difficile qui se tourne, et les gens sont à l'avenant. Ils sont heureux, applaudissent de (très) très bon coeur à chaque annonce, intro ou fin de chanson, allume les briquets à la moindre ballade... Et Phil, l'un des artistes qui pouvait le mieux célébrer cette libération, leur parle en allemand avec son système de phonétiques écrites. Deux grands moments à retenir : l'ovation à la fin de "Something Happened on the Way to Heaven" (Phil est obligé d'arrêter le public car ce dernier ne s'arrête plus d'applaudir !) et la fameuse (bien connue des fans) vague "Two Hearts", où tout le public sans exception lève les bras et les balance de gauche à droite. Un moment qui est resté gravé, si bien que durant les tournées suivantes de Phil, les gens reprendront cette idée sur la même chanson ! Preuve que l'artiste reste un grand maître ne serait-ce que pour rassembler les gens qui ont fait l'effort de le comprendre.

Que dire de plus sinon que le concert est idéalement filmé, sans rien à reprocher concernant l'image (et alors le son, n'en parlons pas), chaque musicien est bien mis à l'avant, et pas que quand c'est nécessaire... Que d'éléments qui font de ce concert un régal pour les yeux et les oreilles. On a en prime un petit documentaire qui, outre le fait de nous repasser des extraits du concert (ce qui n'était pas complètement indispensable), offre des bouts d'interview de Phil, faisant part de son émotion à jouer "One More Night" ainsi que "Always" (qu'il dédie à deux amis perdus dans le même accident d'avion qu'ont connu Eric Clapton et Stevie Ray Vaughan), comparant les publics entre eux-mêmes (les européens plus compréhensifs envers les chansons douces que les américains) et parlant un peu de Genesis d'un air optimiste (le futur d'alors s'appelant We Can't Dance).

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Andrea CORR
Lifelines (2011)
Andrea, marquise des anges




Phil COLLINS
Testify (2002)
Sous-estimé


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Collins (chant, claviers, batterie, percussions)
- Daryl Stuermer (guitares)
- Leland Sklar (basse, pédalier basse)
- Chester Thompson (batterie, percussions)
- Brad Cole (claviers, vocoder)
- Arnold Mcculler (choeurs, chant)
- Bridgette Bryant (choeurs, chant)
- Fred White (choeurs, chant)
- Rahmlee Michael Davis (trompette)
- Louis Satterfield (trombone)
- Harry Kim (trompette)
- Don Myrick (saxophone alto)


- disc 1
1. Hand In Hand
2. Hang In Long Enough
3. Against All Odds (take A Look At Me Now)
4. Don't Lose My Number
5. Inside Out
6. Do You Remember ?
7. Who Said I Would
8. Another Day In Paradise
9. Separate Lives
10. Saturday Night And Sunday Morning
11. The West Side
12. That's Just The Way It Is
13. Something Happened On The Way To Heaven

- disc 2
1. Doesn't Anybody Stay Together Anymore
2. One More Night
3. Colours
4. In The Air Tonight
5. Présentation Des Musiciens
6. You Can't Hurry Love
7. Two Hearts
8. Sussudio
9. A Groovy Kind Of Love
10. Easy Lover
11. Always
12. Take Me Home
13. + Documentaire



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod