Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Genesis, Brand X, Daryl Stuermer , Ronnie Caryl

Phil COLLINS - A Hot Night In Paris (1999)
Par MARCO STIVELL le 3 Décembre 2011          Consultée 1789 fois

Oyez oyez braves gens (le Retour)… J’ai le chic pour employer cette expression là où il ne faut pas. Rien n’est plus éloigné du Moyen-Âge (et de quelques morceaux du Genesis ancien) qu’Invisible Touch ou que ce A Hot Night in Paris. Au programme ce soir, du Phil COLLINS, mais pas celui qu’on connaît.

Du moins si, mais en partie seulement. The Phil Collins Big Band, c’est donc un big band (sans blague), un orchestre de jazz, avec une préférence marquée pour les cuivres en dehors de la section rythmique. Et donc au programme, c’est Phil uniquement derrière sa batterie - je reste songeur quant à la tête des fans à chaque fois qu'il annonçait "Je ne chanterai pas ce soir -, des reprises de Genesis, de lui tout seul, et surtout de la bonne humeur.

Car ce projet monté de toutes pièces entre 1996 et 98 par Phil et quelques uns de ses acolytes (monsieur Quincy Jones, John Clayton Jnr…) a été fait avant tout pour faire plaisir et SE faire plaisir. Faire plaisir, c'est sans doute moins évident car encore une fois, Phil ne chante pas et peu parmi les fans sont de réels amateurs de jazz. Restent ceux qui ont suivi Brand X vingt ans en arrière, et encore ! On pourra malgré tout toujours dire après cela que Phil ne pense qu’aux gros sous... Il est possible également que ces spectacles auront fait que plusieurs fans se sont décidés à se pencher un peu plus sur cette musique. D'ailleurs, il y a des amateurs de Phil COLLINS qui l'aiment bien ce disque, donc tout est loin d'être perdu ! On connaissait le Phil COLLINS amoureux de progressif, puis le Phil Collins amoureux de Motown, ce soir à Paris on découvre le Phil COLLINS amoureux de Duke Ellington, Count Basie et autres grands conducteurs de big bands anciens… Avec cette poignée de musiciens tous aussi excellents les uns que les autres (Gerald Albright, Brad Cole, George Duke, excusez du peu), ça joue fort et bien, c’est suave lors des slows et la plupart du temps ça groove, ça swingue comme dans les années 30-40 ! Certes, d’aucuns trouveront à redire comme quoi c’est Phil COLLINS, qu’il est pas aussi doué que Charlie Watts, pour rester dans le domaine des batteurs rock qui sont influencés par le jazz, et bla bla bla… Laissons-les dans leur médisance jalouse chronique.

Et puis pour les amoureux de Genesis et de Phil, cet album représente un petit jeu. Vous avez certainement regardé une ou deux fois la set-list, mais vous l’avez finalement oubliée, et c’est pas plus mal. Le jeu c’est de reconnaître les airs. Parfois c’est évident, d’autres fois pas du tout. On peut néanmoins dire que les slows ainsi arrangés sont ravissants, et que d’autres morceaux complètement inattendus ont été tournés (ou plutôt réarrangés) avec brio. Parfois, le fait de reconnaître une mélodie ne tient pas à grand-chose, l’indice peut-être donné par la trompette ou un solo de sax. Et en plus on découvre à loisir deux ou trois standards de jazz ("Milestones", "Pick Up the Pieces") aussi passionnants que le reste. Comprendre par cela que même sans être initié à cette musique, on passe un bien bon moment, et c’est prouvé !

Il est vrai que lorsqu’on est habitué à entendre Phil chanter, on peut ressentir une certaine frustration, mais le plaisir est quand même là, pour lui comme ses musiciens, et aussi pour nous. Manque peut-être ce bon vieux Chester Thompson, mais Phil est idéalement secondé par le grand Luis Conte, qui l’accompagne depuis la tournée Dance into the Light.

A lire aussi en JAZZ par MARCO STIVELL :


Joe JACKSON
Jumpin' Jive (1981)
Bel hommage au swing




John SURMAN
Rarum: Selected Recordings (ecm) (2004)
La compilation comme elle se doit d'être


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Phil Collins (batterie)
- Brad Cole (claviers, piano solo)
- Daryl Stuermer (guitares)
- Doug Richeson (basse)
- Luis Conte (percussions)
- Daniel Fornero (trompette, cor)
- Harry Kim (trompette, cor, direction musicale)
- Tito Carrillo (trompette, cor)
- Alan Hood (trompette, cor)
- Ron Modell (trompette, cor)
- Arturo Velasco (trombone)
- Scott Bliege (trombone)
- Mark Bettcher (trombone)
- Antonio Garcia (trombone basse)
- Gerald Albright (saxophone alto)
- Matt James (saxophone alto, instruments bois)
- Larry Panella (saxophone ténor, instruments bois)
- Chris Collins (saxophone ténor, instruments bois)
- Ian Nevins (saxophone ténor, instruments bois)
- James Carter (saxophone ténor)
- Kevin Sheehan (saxophone baryton, instruments bois)
- George Duke (piano solo)


1. Sussudio
2. That's All
3. Invisible Touch
4. Hold On My Heart
5. Chips & Salsa
6. I Don't Care Anymore
7. Milestones
8. Against All Odds
9. Pick Up The Pieces
10. The Los Endos Suite



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod