Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Merzhin, Daviken
 

 Site Officiel (475)

EPSYLON - 40èmes Rugissants (2011)
Par GEGERS le 19 Août 2011          Consultée 1661 fois

« Mince, trop tard » est la première idée qui fuse à l'esprit à l'écoute de 40èmes Rugissants, le deuxième album d'EPSYLON. Trop tard, car en matière de rock celtique, tout semble avoir été dit ou presque. La hargne du rock ? Vous la trouvez sur le premier album de Matmatah. Les bombardes ? Elles sont à l'œuvre, et de fort belle manière, sur les albums de Merzhin. Les textes mordants à vocation sociale ? Daviken en a fait sa spécialité. Difficile donc pour le groupe de se faire une place au soleil, dans un style qui peine à se renouveler. Et si les Ramoneurs de Menhirs y sont parvenus, grâce au passé glorieux de ses membres et une rugosité punk originale, EPSYLON, bien ancré dans un ska-rock des plus mélodiques, semble bien en peine de faire oublier ses glorieux ainés.

« Rien ne sert de courir », nous dit le groupe sur son premier album, paru en 2008. Certes, et c'est ainsi que, trois ans plus tard, le groupe propose un album à forte teneur en énergie mais ne sortant pas d'un poil des sentiers balisés par les groupes précités. Comme un goût de déjà entendu s'échappe donc de ces 10 morceaux. Néanmoins, il faut accorder au crédit du groupe un véritable sens de la mélodie et de la composition, ainsi qu'un surprenant sentiment de mélancolie qui n'est pas sans rappeler, étrangement d'ailleurs, le dernier album de Luke, D'Autre Part. Pondre des mélodies qui font mouche semble être la spécialité du groupe. Riffs rugueux et lignes à la bombarde habillent la plupart des morceaux de l'album, et provoquent, malgré leur apparente simplicité, une adhésion sans concessions de l'auditeur. « Robotisé », boosté par une guitare acoustique débridée, est l'un des moteurs de l'album, au même titre que la flamboyante « Jeté dans l'arène » qui, malgré un goût de trop peu, s'impose comme un titre délectable, et n'aurait pas dépareillé sur un album de Merzhin. Entre énergie de tous les instants et délicatesse ponctuelle, EPSYLON est parvenu à trouver un juste dosage et surtout, a réussi à ne proposer aucun titre de remplissage. Entre le formidable morceau titre « 40èmes rugissants », un « Vielle à roue » plus festif ou les plus mélancoliques « Étoile filante » et surtout « Landerama », il n'y a certainement pas matière ici à bouder son plaisir.

Seul petit regret, outre la redondance du propos avec les groupes susnommés, l'approximation vocale ainsi que la naïveté quasiment infantile des paroles, qui peinent à rendre crédibles les titres abordant des thématiques plus sérieuses (« J'ai reconnu », « Landerama »), la palme étant sans doute à attribuer à « Robotisé », dont la critique du metro-boulot-dodo fait passer les nombreux textes de Daviken consacrés au sujet pour de véritables pamphlets dignes du talent d'un nègre d'Alexandre Dumas.

Afin de s'installer durablement dans une scène rock celtique qui accueille sa présence avec bonheur et bienveillance, EPSYLON a tout intérêt à prendre des risques et innover sur son prochain opus, sous peine de se condamner. Alors que Matmatah et Daviken ne sont plus, et que Merzhin semble décidé à s'envoler vers des cieux moins celtiques, il y a là un créneau vacant que le groupe, j'en suis sûr, rêve de combler. Un beau défi à relever.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Maxime LE FORESTIER
Passer Ma Route (1994)
Du monde au balcon.




Les FATALS PICARDS
Septième Ciel (2013)
Allons donc faire un tour du côté de chez slam


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Intro
2. J'ai Reconnu
3. Robotisé
4. Brune Ou Blonde
5. Jeté Dans L'arène
6. Etoile Filante
7. 40èmes Rugissants
8. Pile Ou Face
9. Vielle A Roue
10. Landerama



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod