Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (369)
 Myspace Du Groupe (324)

GENTLE GIANT - The Missing Piece (1977)
Par JOVIAL le 7 Mai 2012          Consultée 1418 fois

Ne me mentez pas, vous détestez GENTLE GIANT ! Allons, je sais que vous n’avez jamais pu encadrer ce groupe, cette bande d’intellos binoclards prétentieux, laids et barbus. Ho et puis cette musique, putain qu’est-ce que c’est compliqué ! Ses violons, ses flûtes et ses xylophones, non mais ils se prennent pour qui ces types là ? Et des albums chiants à crever, des digressions inécoutables, des improvisations sans queues ni têtes … Allons, calmez-vous, asseyez-vous et rassurez-vous, car enfin nos cinq Anglais nous proposent un album écoutable. Et oui! Ils se mettent à la pop.

À la pop … y’a des fois je regrette que la machine à remonter le temps ne soit qu’un fantasme. Parce que vous pouvez être sûr que je rêve de me payer un aller-retour pour 1977. Juste après avoir craché sur Johnny Rotten, j’aurais fait un petit détour par la Hollande, pays choisi par notre bon vieux Doux Géant pour enregistrer son neuvième album, The Missing Piece. Et vous pouvez être sûr que les tartes dans la gueule auraient volé. GENTLE GIANT qui fait de la pop, non mais franchement, c‘est comme si Yes se mettait au hard FM, c‘est n‘importe quoi.

« Et alors, la bonne pop ça existe. »

Je n’ai jamais dit le contraire, mais disons qu’avec The Missing Piece c’est loin d’être le cas. À vouloir trop dénuder et décomplexifier leurs compositions dans le but de se rapprocher des canons de l’époque, GENTLE GIANT se plante méchamment. De plus, les musiciens ne semblent dans le même temps pas forcément vouloir directement renoncer à leurs anciennes sonorités progressives, et continuent malgré tout à tenter ça et là quelques expérimentations (« Winning » en particulier). Le résultat est un album tout d’abord inégal et hétérogène, le groupe voulant absolument toucher à tout, et ensuite des morceaux dénués de tout intérêt musical. Les mélodies horripilantes (« Two Weeks In Spain », « Winning ») se succèdent, lorsqu’au contraire elles ne s’avèrent pas totalement plates (« Who Do We Think We Are ? »). Si Derek Shulman n’a jamais été un bon chanteur, sa voix avait auparavant le mérite de parfaitement savoir répondre aux instruments de ses comparses, ce qui absolument pas le cas ici. Soit en décalage avec la musique, soit d’une naïveté navrante, il n’apporte rien à des compositions déjà très faibles. « I’m Turning Around », on dirait tout simplement du mauvais Toto. « Betcha Thought We Couldn’t Do It », qui s’essaye au hard rock le plus basique, est désolante. Les compositions sont formatées, ne s’aventurent jamais bien loin, et lorsque qu’elles tentent de nous prouver le contraire (« For Nobody » par exemple), elles tournent rapidement en rond. Gary Green et Kerry Minnear ne nous proposent aucun soli, les instruments médiévaux ont été remis au placard, on évite toutes digressions trop barrées qui pourraient empêcher le groupe d’espérer un passage en radio.
Et parmi les quelques rares moments que je pourrais sauver - l’entraînant rock de « Mountain Time » ou la nostalgique « Memories Of Old Days » - aucun n’est susceptible d’atteindre la qualité qu’un album plus ancien pouvait encore nous fournir.

Free Hand et Interview avait beau nous avoir mis la puce à l’oreille, il était inimaginable que GENTLE GIANT se mange le mur à ce point. The Missing Piece, en plus de son cruel manque d’originalité, n’est même pas agréable à écouter. Pire que de l’ennui, c’est du dégoût que je ressens. En somme, le groupe n’a fait que suivre le mouvement : le feu rock progressif a depuis deux ans déjà compris que le vent avait tourné et qu’il fallait désormais faire ce que les radios voulaient entendre. Mais qu’il semble loin désormais le serment d’Acquiring The Taste, et le renoncement au « mercantilisme musical » …

À éviter.

A lire aussi en POP :


SPARKS
N°1 In Heaven (1979)
Mael mael moroder




Sarah BRIGHTMAN
Symphony (2007)
L'album metal symphonique avorté


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Gary Green (guitare)
- Kerry Minnear (claviers)
- Derek Shulman (chant)
- Ray Shulman (basse)
- John Weathers (batterie)


1. 'two Weeks In Spain
2. I'm Turning Around
3. Betcha Thought We Couldn't Do It
4. Who Do You Think You Are?
5. Mountain Time
6. As Old As You're Young
7. Memories Of Old Days
8. Winning
9. For Nobody



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod