Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Chrissie Hynde

The PRETENDERS - Pretenders (1980)
Par ERWIN le 12 Septembre 2012          Consultée 1603 fois

C’est en 1973 que naissent les PRETENDERS, union contre nature entre une brunette Yankee en provenance d’Akron, cité des rives du Lac Ontario et 3 angliches "so british" dans les personnes du guitariste James Joneyman Scott, du Bassiste Pete Farndorn et du batteur Martin Chambers. Cela se passe bien entendu à Londres où Chrissie bosse dans le magasin de disques de la mère WESTWOOD et du père MCLAREN. Cette grande brunette à la frange arrogante et à l’attitude avantageuse sur scène est une vraie bête de scène. Pas forcément un canon, mais la rockeuse idéale, portant en elle les semailles d’une séduction chevillée à l’âme… Ouais, ça fait beaucoup pour une nana… La panthère a roulé sa bosse dans les protos versions du CLASH et des DAMNED, une belle carte de visite. On va donc très rapidement la prendre au sérieux. Quant à ranger dans un tiroir les compos qui sortent de la gratte de Chrissie… Un zeste de Punk, un chouia de New Wave, une pincée de Pop, et beaucoup d’originalité accompagnant une voix toute particulière, c’est la recette des prétendants.

C’est notre bon Nick LOWE qui va produire le premier single qu’on retrouve ici. Il s’agit d’une reprise des KINKS… A cette occase, soulignons que la coquine aura une relation extra conjugale avec Ray Davies -dont elle aura un enfant-, pour l’instant elle se contente de fricoter avec le bassiste Pete. "Stop your sobbing" est du coup leur premier hit, et présente le groupe sous un angle résolument Pop-Rock. Mais c’est avec leur composition "Brass in pocket" que nos artistes vont casser la baraque en atteignant la première place du billboard anglais. Le titre propose une rythmique très novatrice pour l’époque, que l’on peut rattacher au courant New Wave sans grande difficultés, c’est sympa, pas ramenard pour deux sous et Chrissie apparaît immédiatement en pleine lumière.

S’ensuit un "Private life" à la légère rythmique Reggae, assorti d’une basse sans équivoque. On commence à distinguer les pourtours des diverses influences de la leader du groupe au travers de ses compositions étonnantes et variées, on y notera un superbe solo de James. Le troisième single est "Kid" au traitement très proche des chansons de la copine BLONDIE. De la New Wave à tendance Pop, très sympa et fraîche, on retiendra le joli bridge et l’excellent boulot de Honeyman-Scott. Ces singles vont permettre aux PRETENDERS de déblayer le terrain avec une rapidité déconcertante.

Mais l’album n’est pas vide pour autant : "Precious" l'ouvre avec une identité carrément Punk, on se remémore les expériences de la belle, et on se prend rapido des envies de pogoter au milieu de jolies brunettes ! Un incontournable de leurs prestations live. Dans le même esprit "The phone call" est un titre à l’armature punk développant une constante agressive au travers d’une batterie monolithique et d’une guitare inéluctable. C’est tranchant et sobrement efficace.

A l’inverse la douceur du chant et la simplicité mélodique de "Up the neck" me rappellent certains titres des DICTATORS, c’est donc indéniablement Punk. "Tatooed love boys" est moins mémorable mais reste dans une veine appréciable, surtout en cette époque post punk. La basse mène le morceau "Space invaders" et introduit une judicieuse rythmique de gratte, c’est un instrumental mené de main de maître par nos musicos… En plus elle est bien entourée. Gageons que la qualité est donc omniprésente sur ce premier effort vinylique.

Il me reste à évoquer la consistante "The wait", où l’on perçoit pour la première fois les ingrédients quelque peu "irritants" de la voix de notre belle brunette. Un défaut ? A mon sens non, même si cet aspect lui sera souvent reproché. C’est un style de chant qui lui convient, tout simplement. Le slow "Lovers of today" permet d’apprécier à sa juste valeur cette voix si spéciale, vous avez le droit de ne pas l’apprécier… Mais ce serait dommage, car la donzelle est une séductrice de tout premier plan. Nous terminons avec la très rock "Mystery achievement" avec la même énergie qui a débuté le skeud. C’est gagné !

Le classement Rolling Stone le positionne en 155eme place des plus grands albums de tous les temps, une preuve de la qualité de ce tout nouveau groupe, qui n’est pas prêt d’abandonner le sommet des charts même si le destin prélèvera un tribut énorme sur ses membres. A mon sens, un grand album de Rock, et la découverte d’une personnalité attachante et profondément séduisante.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Huey LEWIS AND THE NEWS
Sports (1983)
Du Rock cool et sans prise de tête




Brian SETZER
The Knife Feels Like Justice (1986)
Matou en solo


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Martin Chambers (batterie)
- Pete Farndon (basse)
- James Honeyman-scott (guitare solo, claviers)
- Chrissie Hynde (guitare, chant)


1. Precious
2. The Phone Call
3. Up The Neck
4. Tatooed Love Boys
5. Space Invader
6. The Wait
7. Stop Your Sobbing
8. Kid
9. Private Life
10. Brass In Pocket
11. Lovers Of Today
12. Mystery Achievement



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod