Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ATMOSPHéRIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Opeth
 

 Site Officiel (256)

ANATHEMA - Alternative 4 (1998)
Par KID66 le 3 Janvier 2013          Consultée 1903 fois

Avec une carrière aussi hétéroclite, désigner un album d’ANATHEMA qui serait leur meilleur relève de l’impossible. Chaque amateur des anglais a son petit préféré : les puristes ne jurent que pas The Silent Enigma ou Eternity, tandis que d’autres ne seront vraiment sensibles qu’au charme de Judgement ou Alternative 4. On doit même pouvoir trouver des gens pour qui A Fine Day To Exit ou A Natural Disaster furent des révélations. Chacun ses goûts en somme, et cette phrase habituellement convenue prend ici tout son sens. Et puis la démarche n’est peut être pas très intéressante finalement.

Si on tente d’analyser de façon objective (du moins le plus possible) la discographie d’ANATHEMA, on se rend vite compte que le groupe a souvent tendance à s’égarer dans des longueurs superflues, qu’il s’agisse de breaks interminables, de conclusions étirées ou même de morceaux entiers. Trop souvent malheureusement. Peut-être trop peu critiquée sur ce point, ou jouant simplement les autruches, la bande des Cavanagh ne corrigera jamais cette erreur : « Nocturnal Emission » ou « Presence », c’est du pareil au même, on jette. C’est sur cette idée que je distinguerais l’opus de 1998 des autres : Alternative 4 mérite le haut du podium des anglais parce qu’il est le seul de leurs albums à ne jamais tomber dans ce travers. C’est un argument très réducteur mais sa durée est de 45 minutes contre 55 pour toutes les autres galettes du groupe. Idéal. Mais Alternative 4 n’est pas seulement plus court parce que Danny et Duncan ont décidé de lui amputer une dizaine de minutes, il l’est parce qu’il est mieux pensé.

Alternative 4 se montre exigeant. Habilement construit, intelligemment composé, il est l’œuvre d’un groupe définitivement mature, sûr de ses choix, qui a su garder l’indispensable et jeter le reste. Plus d’intros à rallonge, pas d’instrumentaux foireux, pas d’égarements soporifiques. Mieux encore, l’épuration concerne la quantité mais également la qualité. Loin des boursouflures synthétiques d’Eternity, Alternative 4 ne laisse aucune place pour les fioritures, et il n’est nul doute que la beauté profonde de cet album tient entre autres à ce dépouillement, à cette sobriété classieuse. Alternative 4 est comme une gigantesque cathédrale romane, aux fondations solides et au charme authentique. ANATHEMA touche sans en faire trois tonnes. C’est évident dès les premières secondes de « Shroud Of False » : le piano, dont les notes résonnent dans un silence religieux, et la courte intervention d’un Vincent Cavanagh bien plus à l’aise que sur Eternity, suffisent à me faire vibrer. Le premier morceau n’a pas commencé et je suis déjà séduit.

Et puisqu’on en parle, « Fragile Dreams » est d’une splendeur à couper le souffle. J’en parlais déjà plus haut, mais ANATHEMA affiche sur cette valse angélique une aisance flagrante : la montée en puissance, majestueuse au possible, explose en une mélodie porteuse d’espoir et de confiance. Ce titre, devenu un classique, allie la puissance émotionnelle caractéristique du groupe avec un feeling rock redoutablement efficace. Une rampe de lancement parfaite pour un album remarquable. Montant d’un cran dans la surprise, le savoureux « Empty » accélère encore davantage le tempo pour un rock propre et élégant. ANATHEMA n’oublie pas d’y placer un magnifique break au piano, d’une simplicité à toute épreuve il est vrai, mais la magie opère sans peine. « Lost Control » rassurera un peu les fans de la première heure. ANATHEMA renoue avec son amour passé pour le désespoir apathique. Mais attention, point de lourdeur ici, le titre n’est que grâce et beauté tragique.

Après un premier quart d’heure touchant la perfection, on comprendra que le meilleur est derrière nous. La suite n’est pourtant pas inintéressante, loin s’en faut, et ne présente d’ailleurs aucune faille. Elle continue de cultiver une bipolarité faisant tout le charme de l’opus, partagé entre ombre et lumière. L’ombre, c’est un « Re-connect » intéressant, première composition de Vincent Cavanagh qui semble avoir gardé un pied en 1996, et les 6 minutes hypnotiques de l’incantation funeste « Alternative 4 », un excellent morceau. La lumière, c’est bien sûr la douceur du très beau « Inner Silence » et ses mélodies caressantes, ou encore ce « Regret », sursaut salvateur de grande allure. Encore un titre fort, oserais-je dire génial. Un qualificatif peu utilisé pour les anglais.

Alternative 4 est le véritable sommet discographique d’ANATHEMA, un magnifique diamant à l’état brut. Si le groupe quitte avec cet album le monde du metal, les guitares restent puissantes. Il faudra attendre encore un peu avant la baisse définitive de la distorsion. Définitivement décomplexé, ANATHEMA s’envole enfin, et nous offre ici une œuvre quasiment parfaite, où chaque titre trouve aisément sa place, son identité propre, et n’en devient que plus fort.

A lire aussi en ROCK par KID66 :


ASIA
Asia (1982)
Un chef d'oeuvre, une référence, un grand disque

(+ 1 kro-express)



ANATHEMA
We're Here Because We're Here (2010)
Retour en force


Marquez et partagez





 
   KID66

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitare)
- Danny Cavanagh (guitare, claviers)
- Duncan Patterson (basse)
- Shaun Steels (batterie)


1. Shroud Of False
2. Fragile Dreams
3. Empty
4. Lost Control
5. Re-connect
6. Inner Silence
7. Alternative 4
8. Regret
9. Feel
10. Destiny



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod