Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK AMBIANT & PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Opeth
 

 Site Officiel (264)

ANATHEMA - The Optimist (2017)
Par BAKER le 6 Octobre 2017          Consultée 572 fois

Que se serait-il passé si l’homme disparu dans A FINE DAY TO EXIT n’avait justement pas pris la sortie ? S’il était remonté dans sa bagnole, avait quitté la plage où il désirait en finir, et roulait dans la nuit à la recherche de... de lui ? D’elle ? De “ça” ? Tel est le départ du dernier ANATHEMA, groupe qui depuis 2010 n’a cessé de monter, monter encore, en puissance et en médiatisation. Et qui récemment semble avoir connu de mauvais jours. Se focaliser sur un concept était donc une façon maligne de se remettre au travail et se retrouver en tant que groupe, qu'entité soudée (autour de deux familles qui plus est), d’autant que le disque aurait été majoritairement enregistré en live (ce qui, entre nous, ne s’entend et se ressent absolument pas). On va tout de suite répondre à la question qui tue : oui, c’est un vrai album concept, il est même assez réussi en tant que tel, possède une trame narrative, et se laisse très facilement écouter. Il y a un savoir-faire indéniable, et donc oui, vous pouvez y aller, l’acheter les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes. Mais attention, les lunettes rose bonbon, ça n’a qu’un temps.

Le premier titre est une réussite totale. Il colle parfaitement à la pochette, à l’ambiance : malgré sa simplicité extrême, il y a ce rythme qui pousse au cul, qui en fait un morceau presque cinématographique, Lynchien dans son essence de road movie. Et l’album sera parsemé de titres plutôt bons et évocateurs : le joli "Endless Ways" avec son pont impeccable, qui rappelle l'album WHBWH : orchestral, émouvant, et simple. "Ghosts", de même, charme et enivre avec ses violons très mélodiques. Et ce titre de fin, incroyablement putassier mais rhââââ on aime ça ouiii ! Du bon boulot, du très bon boulot... mais déjà fait en 2010. Comme le morceau-titre trop calibré pour être honnête. De même pour d’autres plages plus electro, plus ambiant : "San Francisco" et son son de lead très JARRE de TIME MACHINE, qui aurait mérité d’être plus expansif, ou un "Springfield" hypnotique mais un poil fade. C’est joli mais ça rappelle 2012. Et 2014. Il y a aussi de vraies surprises, bonnes ("Can’t Let Go" qui est directement tirée du CURE des mid-80s) ou moins bonnes ("Close Your Eyes" dont le côté jazz est un peu raté, pas assez sensuel, ou encore la transition "Springfield" / "Ghosts" qui ne fonctionne pas, j’ignore totalement pourquoi). Mais chaque titre apporte sa pierre à l'édifice, fait avancer l'histoire. Seul "Wildfires" est raté de A à Z.

Vous retrouverez donc ce que vous aimez dans ce groupe depuis 2010 : les mélodies répétitives, les montées en puissance l’air de rien, les voix complémentaires, l’électro, tout. Tout pas mal, tout bien fait. Jusqu'à, dans sa version blu-ray, un mixage 5.1 parmi les meilleurs de l'année, précis, très fidèle et enveloppant. Mais prise dans son ensemble, l'oeuvre est un poil trop polie, parfois pas assez creusée pour prétendre se hisser au niveau des plus belles pages du groupe (et il y en a eu !). Le disque se finit très bien et dans son ensemble est croquignolet à souhait (“their darkest material” proclame crânement le dossier de presse ? à d’autres, ce n'est même pas leur album le plus dark depuis 2010 !), mais attention messieurs, la prochaine fois, le jury ne sera pas aussi indulgent. Même si vous amenez une belle pomme rouge à la fin du cours.

PS : L'édition limitée 2 CD comprend uniquement des chansons de cet album en versions demo ou live jouées en avant-première, versions à l'intérêt limité car déjà très proches du résultat final.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


PALLAS
The Sentinel (1984)
Un classique du neo qui mérite son aura




ASFALTO
Cronicas De Un Tiempo Raro (2017)
Du soleil plein les esgourdes !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitares, claviers, prog, basse)
- Daniel Cavanagh (guitares, claviers, basse, choeurs)
- Jamie Cavanagh (basse)
- Lee Douglas (chant)
- Daniel Cardoso (batterie, prog)
- John Douglas (prog, claviers, batterie)


1. 32.63n 117.14w
2. Leaving It Behind
3. Endless Ways
4. The Optimist
5. San Francisco
6. Springfield
7. Ghosts
8. Can’t Let Go
9. Close Your Eyes
10. Wildfires
11. Back To The Start



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod