Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL, DOOM ATMOS  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Opeth
 

 Site Officiel (261)

ANATHEMA - A Vision Of A Dying Embrace (dvd) (1996)
Par BAKER le 30 Octobre 2017          Consultée 121 fois

ANATHEMA et PARADISE LOST ont vraiment eu beaucoup de choses en commun, surtout la première moitié de leurs carrières respectives. En 1995, les deux formations étaient les piliers incontournables du doom anglais, et ils allaient tous deux élargir leur paysage musical bien au-delà - mais aucun d'eux ne le savait alors. Et l'un comme l'autre proposaient à priori la même formule : synthés ténébreux, rythmes très lents, guitares saturées l'une morbide et l'autre stridente, et au milieu un homme désespéré hurlant tel un ours des cavernes des textes qui feraient passer Baudelaire pour LaREINE et Houellebecq pour Collaro. Les deux formations ont eu la "chance" d'être filmées pendant un concert période rheu, et chacune des vidéos, comme vous pourrez le voir, n'a aucune chance de briller en société. Mais il existe une différence fondamentale entre le groupe de Greg Mackintosh et celui des frères Cavanagh : en 95, alors que le premier se renforçait, le second en était déjà à son premier d'une longue série de drames.

Après deux albums très doom et un peu brouillons, mais déjà plus matures que les autres doomeux britons, le gueuleur en chef Darren White mit les voiles, et le groupe décida de continuer en assurant une transition en douceur vers le chant clair. Trop en douceur. Vinnie Cavanagh prit les rênes du groupe et décida de remplacer Darren sans vraiment savoir chanter, ni en growl ni en chant clair. Le résultat fut donc moyen sur "THE SILENT ENIGMA" (avec des barrissements à peine nubiles), et catastrophique sur "ETERNITY" (chant ultra-clair n'aidant pas). Ce live, sorti sans le consentement du groupe (tu m'étonnes Haudebierre), fut enregistré juste après la sortie de SILENT ENIGMA, soit au pinacle de la déchéance vocale du groupe. Du reste, ne soyons pas dupes : pendant leur première partie de carrière, ANATHEMA n'a jamais, ou très rarement ébloui par son excellence scénique (il leur a toujours manqué un petit quelque chose, et quand ils ont tout, il leur manque le public en retard parce que des crétins ouvrent la salle une demi-heure après le début, histoire vraie) et ce n'est certainement pas cette Vision d'un Enlacement Mourant qui va donner le change.

Vous avez donc sur scène (très jolie surtout vu le budget, et étonnamment bien filmée) un groupe extrêmement approximatif. Outre qu'ils ne créditent pas leur pianiste, pourtant le plus doué de tous techniquement, il leur manque cruellement de la finition. Le bassiste est un peu éteint et aux fraises, le batteur souffre les mille colombes, pardon, martyrs pour garder le tempo, chaque changement de rythme (il y a pléthore) est raté ou pataud, les guitares sont parfois fausses (Vinnie nous balance à un moment une pure horreur) mais surtout, le même Vinnie n'arrive à aucun moment à nous convaincre. En chant clair, il est comme on l'a vu faux de A à Z (pas une ligne juste), mais c'est surtout quand il s'aventure sur le terrain grogné de Nick HOLMES qu'il est pathétique : avec son look de bel étudiant en poésie du XVIIème, ses yeux de nounours et sa voix fluette, il pousse ce qui est censé ressembler à un hurlement de plantigrade blessé, et sonne comme le feulement d'un chaton d'appartement qui veut ses croquettes. Pauvre, pauvre Vinnie ! Comme on comprend qu'il haïsse ce DVD ! Au lieu de faire frémir, ou pleurer, il fait rire. Seul bon point, mais quel bon point : son frère, Danny, fait pleurer ET frémir... Les guitaristes ! Car en guitare solo, bien qu'encore très approximatif, il a déjà une maîtrise GILMOURienne à faire baver bien des soi-disant dieux de la gratte. Le potentiel est là, sous-jacent, bouillonnant, et c'est lui qui hissera ce produit aux deux étoiles tant espérées.

Car non, il est impossible de donner le zéro pointé que tant aimeraient décerner, si possible en envoyant à l'éditeur une tête de cheval coupée ou un lapin ébouillanté. Car (malheureusement) ce concert raté reste malgré tout le précieux témoignage de l'époque d'or du doom metal. On y voit que le groupe est encore mauvais, mais aussi que le public s'en moque : il est transporté par les chansons. C'est la naissance de quelque chose, une tranche d'Histoire musicale qui se met en place, donc dans la salle on en profite. Vous, dans votre canapé, vous aurez d'autant plus de mal que le DVD ne vous gâte pas. Au niveau de l'image, c'est de la vidéo pâle, terne, voilée. Est-ce étonnant ? Mais Metal Mind oblige, la réalisation est très pro, les cadrages sont soignés. Les demoiselles apprécieront les gros plans sur Vincent. Nous, côté Polonaises, on devra se contenter d'un clône de Joan Cusack. Mais bordel, est-ce qu'un jour Ines Cudna apparaîtra sur un DVD Metal Mind ?!? Bon, fin du HS, parlons plutôt du son. Et parlons-en très fort de manière à le couvrir, car il est hideux. Ca, on ne se plaindra pas que le groupe a eu recours à des overdubs (ah non, ça non, non non non) : la prise de son c'est de l'ultra-brute que plus crade que ça, tu sautes du ravin avec la fleur entre les dents. Larsens, claviers mono, balance des deux guitares franchement pas à l'avantage de Vinnie (et les pains se remarquent deux fois plus. C'est Dieu qui se venge des textes athéistes en multipliant les pains). Franchement, un son indigne.

Et côté bonus ? Un clip. Si si, un seul, "Silent Enigma". Pas trop mauvais, un peu cliché mais ça passe très bien. Vous avez aussi trois autres euh... programmes (dont une reprise de Roy HARPER écrite par... David GILMOUR) qu'on passera par charité tant leur amateurisme est confondant. Un concert court et clairement mal joué, des clips bidon, on comprend que l'éditeur ait tenté son coup vu qu'à sa sortie, ce DVD était le seul disponible sur ANATHEMA. Depuis, ils ont fait beaucoup mieux... Ohhhh, BEAUCOUP mieux ! Mais rien n'y change : certains vieux fans n'auront que ces bribes de talent comme souvenir du temps passé. A ces nobles âmes, ces 2 étoiles je dédie. Puissent-elles reposer en paix. Les étoiles, voyons, je n'irai pas plus loin : vous avez déjà rencontré des fans de doom ? Alors pas question de se frotter aux bestiaux.


Fiche technique
---------------
Date : Mars 1996 - Cracovie (Pologne)
Image : 1.33 4/3 PAL
Son : DD 2.0
Durée totale : 73 minutes
Bonus : clips de Sweet tears, Mine is yours, The silent enigma et Hope (17 min)

A lire aussi en HARD ROCK par BAKER :


ALICE IN CHAINS
Music Bank (2001)
Clips glauques, musique fantastique




EVERGREY
A Night To Remember (dvd) (2004)
Un beau best-of et un record du monde.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitare)
- Danny Cavanagh (guitare)
- Duncan Patterson (basse)
- John Douglas (batterie)
- On Fait Pas Du Métal De Tapettes Alors O (claviers)


1. Restless Oblivion
2. Shroud Of Frost
3. We The Gods
4. Sunset Of Age
5. Mine Is Yours
6. Sleepless
7. The Silent Enigma
8. A Dying Wish



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod