Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ATMOSPHéRIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Opeth
 

 Site Officiel (256)

ANATHEMA - Judgement (1999)
Par KID66 le 5 Janvier 2013          Consultée 1377 fois

Alternative 4 était l’envolée vers les cieux d’ANATHEMA, Judgement est l’album de la consécration. Marquant une nouvelle évolution depuis l’opus précédent, les anglais baissent encore la saturation, faisant du duo guitare sèche/piano les principaux éléments d’ossature des morceaux, avec une inclinaison marquée pour le premier. La recette fera très largement son effet, et le groupe l’adoptera définitivement. On peut y voir ou non un lien avec la démission de Duncan Patterson, bassiste mythique et surtout principal compositeur du groupe avec Danny Cavanagh. Les raisons de son départ restent relativement floues même si la question lui est souvent posée en interview… Quoi qu’il en soit, son absence n’aura pas de réel impact, principalement parce qu’il n’entraînera pas de baisse de niveau, loin de là (ce qui n’était pas couru d’avance vu le talent du bonhomme). C’est donc bien sûr Danny qui prendra la plume, mais il sera épaulé par les autres membres, que ce soient son frère Vincent, John Douglas ou Dave Pybus. Et tous s’en sortiront avec les honneurs, et pour exemple je citerais l’excellent « Make it Right », composé par Douglas qui livré à lui-même nous sort l’un des titres phares de Judgement. Une nouvelle fois très simple, la mélodie principale du morceau est saisissante de justesse, de pureté.

Et de façon générale, cette galette semble venir tout droit du ciel : il est sans aucun doute l’album d’ANATHEMA le plus touchant. Et pour y parvenir, point d’artifice. Judgement est une dose d’émotion à l’état pur. La sophistication qui sied si bien au groupe n’a alors pas encore pointé le bout de son nez et ANATHEMA, sans recourir à des couches d’orchestrations ostentatoires (Falling Deeper ou même We’re Here Because We’re Here) ou d’effets en tout genre (A Fine Day To Exit) parvient à séduire et surtout émouvoir avec son authenticité, sa sobriété, oserais-je dire sa sincérité pleine et entière (une démarche héritée d’Alternative 4). Et ce n’est pas l’extraordinaire « One Last Goodbye » qui me fera mentir. Preuve qu’il ne suffit pour toucher que d’une inspiration spontanée, ce titre est l’un des plus bouleversant qu’il m’ait été donné d’écouter. Vincent et Danny Cavanagh subliment littéralement cette pièce par leur talent. Magistral.

La beauté naturelle et fraîche de cet opus repose sur deux éléments. Premièrement, un travail mélodique d’orfèvre. Un exercice où les anglais excellent, on le sait déjà, et ils ne dérogent ici pas à la règle : l’album regorge de moment de pure grâce. J’ai déjà parlé de « Make It Right » mais la danse fantomatique de « Parisienne Moonlight », interlude bien trop court chanté par Lee Douglas ou encore les arpèges introductifs du PINK FLOYDien et très bon « Emotional Winter » témoignent une nouvelle fois du feeling incroyable dont peuvent faire preuve les anglais. Mais LA force de Judgement est incontestablement Vincent Cavanagh. Affichant encore un immense progrès par rapport à l’album précédent, le jeune frère nous offre là sa meilleure performance vocale et transcende littéralement la galette. Le morceau le plus représentatif du disque sera alors « Deep », que les deux frères se partagent en donnant le meilleur d’eux-même. Un titre excellent et surtout lumineux. En effet, pour la première fois chez ANATHEMA, on sent une certaine chaleur, drapant discrètement la mélancolie générale qui reste dominante. Danny Cavanagh n’est donc pas en reste, et signe là plusieurs soli mémorables comme sur « Deep », « One last Goodbye » ou évidemment le très bon « Wings Of God », sur lequel il se fait plaisir (et on ne demande que ça !). On note aussi quelques riffs fédérateurs comme sur « Deep » ou le furieux « Judgement », qui sonne comme une véritable sentence.

Bien que la moitié des titres qui composent l’album figurent parmi les meilleurs du groupe (!), le tableau est légèrement assombri par quelques faiblesses. Le surestimé « Pitiless » me semble trop brouillon, je lui préfère largement « Empty » (sur Alternative 4) ou encore « Judgement » dans le style plus énervé. « Forgotten Hopes », malgré un côté apaisant agréable et surtout « Dont’ Look Too Far » me paraissent anecdotiques. On oubliera bien sûr l’inutile « Destiny Is Dead ». Quant au sympathique instrumental « 2000 & Gone », il ne me paraît pas indispensable. On aurait aimé que l’album s’achève sur le piano habité du divin « Anyone, Anywhere », composition une nouvelle fois exceptionnelle, voilée d’une profonde tristesse.

Ovni dans la discographie du groupe, difficilement classable, Judgement développe tout comme Eternity une ambiance unique et profonde. Considéré par beaucoup comme le chef-d’œuvre d’ANATHEMA, il ferme une trilogie devenue mythique. La suite sera bien différente.

A lire aussi en ROCK par KID66 :


ASIA
Asia (1982)
Un chef d'oeuvre, une référence, un grand disque

(+ 1 kro-express)



ANATHEMA
A Natural Disaster (2003)
Très bon cru de rock atmosphérique


Marquez et partagez





 
   KID66

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitare)
- Danny Cavanagh (guitare, claviers)
- John Douglas (batterie)
- Dave Pybus (basse)


1. Deep
2. Pitiless
3. Forgotten Hopes
4. Destiny Is Dead
5. Make It Right
6. One Last Goodbye
7. Parisienne Moonlight
8. Judgement
9. Don't Look Too Far
10. Emotional Winter
11. Wings Of God
12. Anyone, Anywhere
13. 2000 & Gone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod