Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ATMOSPHéRIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Opeth
 

 Site Officiel (225)

ANATHEMA - A Fine Day To Exit (2001)
Par KID66 le 8 Janvier 2013          Consultée 1241 fois

Ca devait arriver. A naviguer systématiquement en eaux troubles, sans prendre ses repères, ANATHEMA allait bien finir par faire moins bien. Poursuivant inexorablement sa route allant d’un Metal torturé à une Pop relevée, le groupe pouvait aisément donner à ce disque des allures d’aboutissement mais il n’en est rien. S’éloignant encore largement de son prédécesseur, A Fine Day To Exit présente un visage Rock atmosphérique teinté d’une Pop rafraîchissante. Un domaine dans lequel le groupe finira par exceller (A Natural Disaster, We’re Here Because We’re Here), mais qui ici n’est pas tout à fait maîtrisé. En effet, ANATHEMA peine à mêler son ambition musicale avec son identité propre.

Cette introduction potentiellement énigmatique mérite peut être une clarification qui prendra la forme d’un exemple ! Décortiquons ensemble, « Pressure », single et premier titre de la galette : notes de piano, puis guitare sèche et batterie ; le trio gagnant pour ANATHEMA. S’y ajoute rapidement le chant raffiné de Vincent Cavanagh, qui prendra son envol sur un refrain particulièrement réussi et accrocheur. Outro plus ambiancée, subtile. Plaisant. Jusque là rien d’alarmant n’est-ce pas ? Mais regardez-y de plus près, où est ANATHEMA ici ? « Pressure » n’est qu’un titre de rock éthéré inspiré mais relativement banal. La patte du groupe y est absente, et surtout on n'y retrouve pas l’émotion que les anglais distillent d’habitude si bien. Là où on commence à grimacer, c’est quand on réalise que « Pressure » est l’un des meilleurs titres de la galette…

Ce constat s’étend en effet à peu près à l’ensemble de l’album qui malgré une certaine cohérence, une grande richesse et une réelle qualité d’exécution semble avoir sacrifié l’émotion pour un feeling Pop/Rock plus accessible et contemporain. Les aspérités charmantes de Judgement ont été polies à l’extrême et A Find Day To Exit n’a effectivement plus grand-chose de touchant. Même Vincent Cavanagh, d’ordinaire magistral, paraît mal à l’aise dans des morceaux Rock plus conventionnels : ce nouveau feeling ne semble pas lui correspondre et sa prestation laisse par moment à désirer. Pour exemple je citerai « Looking Outside Inside », qui commence de fort belle façon avec ce chant tout en finesse et ses mélodies envoûtantes, mais qui déroule rapidement une deuxième partie plus énervée mais terriblement bancale. Vraiment dommage. Dans la même veine, « Underworld » est également anecdotique, sans être désagréable bien sûr. A l’inverse « Leave No Trace » et sa tirade rêveuse paraît plus sincère (à noter un final nappé d’angoisse intéressant) et séduira facilement, mais souffrira de la comparaison avec ses aînés de Judgement.

A Fine Day To Exit a cependant son lot de pièces intéressantes : « Release » dont la trame mélodique accroche sans peine, est une petite perle ANATHEMiesque. « Barriers », ballade toute en nuance chantée en duo avec Lee Douglas, montre un visage plus mature sur un refrain empreint de mystère et de doute. Judicieusement placée dans l’album, la décharge soudaine de « Panic » sauvera certains de la somnolence. Un très bon morceau, prélude de ce que sera le grandiose « Pulled Under At 2000 Metres A Second » sur l’album suivant.

Dépassant l’aspect gentiment dépressif de l’ensemble, « A Fine Day To Exit » et sa mélodie lancinante renoue avec une mélancolie profonde héritée d’Alternative 4, tout en conservant la nouvelle direction du groupe (on sent ici une certaine influence de RADIOHEAD). Voilà le morceau qui servira de synthèse et bien qu’en premier lieu légèrement soporifique, il présente une progression véritablement prenante… Carton rouge par contre pour « Tempory Peace » dont les 13 dernières minutes sont à jeter. Je déteste vraiment le principe des ghosts tracks, qui faussent la durée d’un album et ruinent l’unité d’une chanson. C’est d’autant plus dommage que les 5 premières minutes, douces et belles, affichent d’ores et déjà une chaleur apaisante que le groupe cultivera sur We’re Here Because We’re Here. ANATHEMA perd donc un peu son identité et y laisse une partie de son émotion. Il n’est cependant pas question de devenir commercial, et A Fine Day To Exit ne l’est pas. Le groupe a conservé son âme et s’est juste égaré dans un domaine où il est encore peu à l’aise.

Certains auront sûrement adoré cet album et je ne peux pas dire qu'ils aient tort. En ce qui me concerne, A Fine Day To Exit fut lorsque je l’ai découvert et pendant longtemps l’une des pires douches froides musicales de ma vie. Aujourd’hui je cerne mieux cet album et reconnaît ses qualités : une démarche, un réel effort de la part du groupe, et surtout un travail certain. Car ANATHEMA n’a pas choisi ici la voie de la facilité, plutôt celle de la sophistication.

Morceaux préférés : « Pressure », « Release », « Barriers », « Panic », « A Fine Day To Exit »

A lire aussi en ROCK par KID66 :


ASIA
Astra (1985)
Rock fm méséstimé

(+ 1 kro-express)



ASIA
Asia (1982)
Un chef d'oeuvre, une référence, un grand disque

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   KID66

 
  N/A



- Vincent Cavanagh (chant, guitare)
- Danny Cavanagh (guitare, claviers)
- Dave Pybus (basse)
- John Douglas (batterie)


1. Pressure
2. Release
3. Looking Outside Inside
4. Leave No Trace
5. Underworld
6. Barriers
7. Panic
8. A Fine Day To Exit
9. Temporary Peace



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod