Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Zz Top's First Album
1975 Fandango
1983 Eliminator
1985 Afterburner
1990 Recycler
1996 Rhythmeen
1999 Xxx
2004 Rancho Texicano: The Ver...
 

- Style : Stocks, Jared James Nichols
 

 Site Officiel (399)
 Portrait Billy Gibbons (291)

ZZ TOP - La Futura (2012)
Par ERWIN le 1er Octobre 2012          Consultée 6282 fois

Ouais, l’heure est grave ! Elle est aussi au recueillement, car le révérend Willie G s’apprête à reprendre du service ! On va être super sérieux les gars ! On va pas causer petites culottes ou grosses bagnoles ici. L’instant fatidique de la mise en bouche du quinzième tome des aventures des Cow-boys aux habits fleuris est arrivé. Si comme moi vous êtes un inconditionnel des texans, un admirateur éperdu du jeu de guitare extraterrestre de Billy Gibbons, bref, un amateur de bonne zique, vous voilà avec l’angoisse chevillée au cœur. Cela fait un paquet de temps que Billy, Franck et Dusty n’ont pas sorti un album potable… Depuis… Damned ! « Recycler » en 90 ? Dieu que la vie est dure ! Une petite prière avant d’écouter la messe… Un, deux, trois, bienvenue mes chers frères et sœurs.

Premier constat, la pochette est moins tartignole que ce à quoi nous étions habitués lors des précédentes livraisons. Il est vrai que lorsqu’on est dépositaire d’un look connu et respecté par delà la voie lactée, on a bien raison de mettre un chti autoportrait en couv du skeud, et la tof en jette bien. Je l’entends causer cette photo : elle dit : « c’est nous, ZZ top is back, les strings vont voler » -vous remarquerez que c’est pas moi qui le dit, mais bien la tof !- Les guitaristes de l’univers vont-ils à nouveau s’incliner avec déférence devant les licks, riffs, soli et autres coups de pattes magiques du révérend Gibbons ? Prions à nouveau pour que se soit le cas.

Une petite référence à ma kro de leur « Texicali » afin de vous remémorer les quatre titres que nous retrouvons dedans, il s’agit des quatre premiers, tous d’excellente tenue, et qui annonçaient un album fort prometteur : l’ex rap « Gotsta get paid », le pétulant « Chartreuse », le métallique « Consumption » et le joli slow « Over you », on était bien parti… Tous quatre positionnés en début de notre « La futura ». Drôle de titre tout de même.

Voyons donc ce que contiennent les 2/3 restants de notre cuvée topienne 2012.
Je vais tout d’abord vous conter les aventures d’une guitare sur « It’s too easy mañana », un lick d’anthologie et un chant bourru et détaché du révérend annonce une cartouche aux couleurs vives de la fiesta ! Vous allez voir, vous headbanguerez sur ce titre jouissif, d’autant que les soli de Billy enterrent toute la concurrence cosmique, on se croirait revenu aux plus beaux jours, ces jours que Jimi HENDRIX annonçait, la domination sans partage de Billy sur le reste de la communauté des gratteux; certes, Billy ne tente pas de shred, pas de descente supersonique de pentatoniques ou autres chromatiques, quelques notes simplistes qui mises bout à bout créent une ambiance propice à regarder la fille de vos rêves sans la moindre timidité. Le toucher magique et unique au monde du révérend fait le reste. C’est tellement bon qu’on en pleurerait de bonheur. Il y a un Dieu dans le ciel et son émissaire guitaristique est bien Billy Gibbons.
Passons sans autre préambule au riff de « Flyin high », qu’on jurerait tiré des œuvres complètes des poteaux aussies d’AC/DC, c’est super pêchu et diablement efficace.

Puis si vous voulez du Roots, le son rugueux de Pearly Gates retentit sur la chouette ritournelle de « I don’t wanna lose, lose you », titre totalement addictif qui saisira votre caboche et vous empêchera bientôt de dormir, écoutez notamment ce bridge de guitare de dingue qui n’en finit pas de me faire me retourner dans mon lit en fredonnant… Et un lavage de cerveau, un ! « Heartache in blue » est un vrai retour aux sources bienheureuses du trio, on se croirait sur « Deguello », voire sur le légendaire « Tejas » tant on est proche de l’ambiance d’un irréel « I’m bad, I’m nationwide » ou « Arrested while driving wild blind » des années 2010, qu’on retrouvera plus loin sur « Have a little mercy ». C’était donc possible, et la gratte sonne à l’unisson de l’harmonica, du feu de dieu. On en termine avec le Cyber « Big shiny nine », dans la veine de leurs opus de cyber boogie.

Pas besoin d’être Yngwye Malmsteen, Derek Trucks ou Steve Vai quand on est le seul et unique Billy Gibbons, prophète de la guitare sur cette terre. Il y a une justice pour tous les amateurs de guitare, de Blues rock et de liturgie texane… Enfin ! Nous l’avons tant attendu… Il est là ! Il est beau, il est frais, il va vous procurer bien du plaisir. Il y a peut-être un Dieu dans le ciel, finalement on s’en tamponne, car ici bas, nous avons l’inégalable William « Billy Frederick aka the Reverend Willie G. » Gibbons, et celui-ci est incontestablement son prêcheur sur terre.

Hallelujah !

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


BLACKFOOT
No Reservation (1975)
Légendaire




Popa CHUBBY
I'm Feelin' Lucky (2014)
Chanceux !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez







 
   ERWIN

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- Billy Gibbons (guitare-chant)
- Dusty Hill (basse)
- Franck Beard (batterie)


1. I Gotsta Get Paid
2. Chartreuse
3. Consumption
4. Over You
5. Heartache In Blue
6. I Don’t Wanna Lose, Lose You
7. Flyin High
8. It’s Too Easy Manana
9. Big Shiny Nine
10. Have A Little Mercy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod