Recherche avancée       Liste groupes



      
CROSSOVER THRASH  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Discharge, The Exploited , Bad Brains
 

 Site Officiel (556)

GBH - From Here To Reality (1990)
Par RED ONE le 22 Août 2013          Consultée 990 fois

Eeeh oui, ça devait arriver ! Grande révolution en 1990 chez les punks de Birmingham : GBH se convertit ENFIN au crossover thrash, cette étrange religion musicale mélangeant punk et thrash metal, venue toute droit des Etats Unis, et dont les plus dignes représentants sont des prophètes aux noms apocalyptiques tels que SUICIDAL TENDENCIES, CORROSION OF CONFORMITY ou encore DIRTY ROTTEN IMBECILES... Pourquoi une si longue résistance à la conversion, me direz vous, frères inquisiteurs ? Le phénomène ne semble pas réellement explicable : volonté de s'accrocher indéfiniment à un style vieillissant par fidélité à ses racines, désir de demeurer intègre auprès de son public et de ne faire aucune concession commerciale ? Peut être. Ou peut être pas. Quoi qu'il en soit, après deux albums très médiocres en 1987 et 1989, qui clôturaient assez tristement les années 1980 pour le groupe de Colin Abrahal, GBH tente de se ressaisir et de prouver qu'il en a encore dans le ventre.

Le résultat, donc, le voici : From Here To Reality, premier album des années 1990 pour GBH. La pochette, bien évidemment, est toujours aussi laide que de coutume, résultat improbable des délires alcooliques d'un graphiste sous valium. Mais bon, les pochettes ne seront jamais le point fort de la discographie de GBH, c'est devenu une habitude, donc on s'en moquera.

Dès le premier morceau, GBH annonce clairement la tournure que prendront les hostilités : "New Decade", aux sonorités thrash metal très marquées, s'impose comme une brillante entrée en matière. "Trust Me I'm A Doctor" et "B.M.T" continuent dans cette veine, avec un son metal très poussé, une basse très bien produite (et audible !) et une batterie peu avare en double pédale. L'aspect "crossover" est encore plus présent sur "Mass Production", véritable titre de hardcore à l'américaine. GBH veut convaincre du bien-fondé de cette nouvelle orientation et met le paquet : un peu comme un fidèle d'une nouvelle secte qui chercherait à prouver sa foi par une action d'éclat. On en sort assez retourné, et on se dit que si tout l'album est comme ça, alors ça va être du tout bon. Et effectivement, la suite ne déçoit pas : des titres mastoc, du punk speed très très bourrin ("The Old School Of Self Destruction", "From Here To Reality", "Destroy", "Just In Time For The Epilogue"), sans perte de rythme.

Evidemment, tout n'est pas parfait : certains titres sont assez ennuyeux, tels que "You Don't Do Enough", "Dirty Too Long", "Don't Leave Your Honey Down The Pits" (un titre inutilement "romantique"), sans parler de "Moonshine Song", titre de pseudo-country assez nul... Mais bon, on ne pouvait pas décemment attendre de GBH qu'ils rééditent l'exploit de leur album de 1982, même avec un son nouveau. Et GBH restera toujours GBH, à savoir un groupe aux compositions bordéliques, aux albums souvent torchés à la truelle à parpaings, mais souvent sauvés de justesse par un niveau de déconne efficace et sympathique...

Alors, concluant, ce premier véritable essai crossover de GBH ? Eh bien presque : certes le groupe a durci ses sonorités, mais conserve encore un petit pied dans le punk hardcore des familles, et on se demande si nos petits gars de Birmingham se sentent réellement à l'aise dans leurs toutes nouvelles rangers. Au final, est-ce réellement grave, monseigneur ? Pas tellement en définitive, car faisons un peu le bilan : nous sommes en 1990, et des trois groupes majeurs de la scène UK 82, GBH demeure celui ayant sorti le plus d'albums studio depuis ses débuts. Si depuis 1986, la qualité n'était plus tellement au rendez vous, force est d'admettre que From Here To Reality constitue un indéniable regain d'inspiration, frais et enthousiasmant de bout en bout malgré quelques longueurs.

À déguster frappé, comme toujours avec GBH.

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


DISCHARGE
Discharge (2002)
La reformation que l'on n'espérait plus...




GBH
Perfume And Piss (2010)
GBH, plus massif que jamais...


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Colin Abrahal (chant)
- Colin Blyth (guitare)
- Ross Lomas (basse)
- Kai Reder (batterie)


1. New Decade
2. Trust Me I'm A Doctor
3. B.m.t.
4. Mass Production
5. The Old School Of Self-destruction
6. You Don't Do Enough
7. From Here To Reality
8. Dirty Too Long
9. Destroy
10. Just In Time For The Epilogue
11. Don't Leave Your Honey Down The Pits
12. Moonshine Song



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod