Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Koichi Sugiyama
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Joe HISAISHI - Ni No Kuni Wrath Of The White Witch Ost (2011)
Par CHIPSTOUILLE le 12 Juin 2013          Consultée 1131 fois

Depuis une bonne dizaine d’années désormais, Level 5 (prononcez à l’anglaise « faiveuh »), développeur perfectionniste de jeux-vidéo, pose les pierres, une par une, d’un magnifique édifice. Les connaisseurs ont été séduits dès les débuts avec Dark Chronicles ou Rogue Galaxy. Le studio gagne ses lettres de noblesse avec le huitième épisode de la saga Dragon Quest, donnant enfin lieu à une sortie Européenne. Les très populaires séries Professeur Layton et Inazuma Eleven ne font que renforcer l’aura du studio. Fort de cette expérience grandissante, notamment dans le cadre de licences fortement imprégnées d’une certaine aura traditionnelle et d’un goût très prononcé pour le dessin animé, Level-5 tente le tout pour le tout. Ni No Kuni (« Le pays de deux »), ouvre les portes d’une collaboration avec le prestigieux Studio Ghibli (ai-je besoin de citer des noms ?). Après un essai sur console portable qui n’a, à ce jour, toujours pas quitté l’archipel nippon, la transformation au niveau mondial eu lieu sur console de salon en ce début d’année 2013. C’est une telle réussite technique que la copie « temps réel » gomme même le principal défaut de Ghibli, la qualité de l’animation. Côté musical, la collaboration est totale, car c’est l’illustre Joe HISAISHI en personne qui compose la bande son. Lorsque l’on sait qu’il a très fortement influencé Koichi SUGIYAMA dès ses débuts sur la série Dragon Quest, la boucle est d’une certaine manière bouclée.

Sur le papier, tout est là, et pas seulement d’ailleurs. Manette en main, tout fonctionne, de Totoro au château Ambulant en passant par celui dans le ciel, on s’y croit, la mixture fait des merveilles. Dès que le jeu tourne, à la manière de Dragon Quest VIII, c’est tout un orchestre qui nous accueille, et avec des thèmes mélodiques s’il vous plait ! Loin des travers occidentaux qui misent tout ou presque sur les effets, codes de genres à l’appui, HISAISHI est aérien. Volutes infantiles et bouffées de nostalgie, la musique est une invitation permanente au voyage ou à la rêverie. HISAISHI que l’on pouvait potentiellement craindre creux, incapable de composer autre chose que pour des scènes écrites, se révèle fin mélodiste. Dès la deuxième écoute du thème de l’écran titre, que l’on retrouvera à maintes occasions, on se surprend à le fredonner. L’orchestration est impressionnante de par son équilibrage, de par la richesse des textures sonores ou de par la pertinence d’interventions plus exotiques. HISAISHI vient d’enterrer toute la concurrence vidéo-ludique sur l’archipel, qui n’a d’ailleurs jamais fait que courir plus ou moins loin derrière lui, tout du moins en ce qui concerne la musique d’influence classique. Loin des balbutiements dans le domaine, le maître s’impose.

Sur disque, toutefois, on pourra émettre des réserves. L’excellente impression que laisse le jeu sur un plan musical, est faussée par l’utilisation judicieuse des meilleurs thèmes de façon répétée. Finalement, l’ensemble tourne autour d’une petite poignée de choses magnifiques, reprises ou réarrangées. L’OST contient deux CD, dont la répartition pourra surprendre. Alors que le premier est plein à craquer et atteint largement les 70 minutes, le second n’atteint pas la demi-heure. L’agencement des pistes n’a strictement rien d’original et suit simplement, à peu de choses près, l’ordre d’apparition dans le jeu. L’ensemble s’écoute facilement, sans discontinuer. On peut toutefois s’étonner qu’il n’y ait pas eu d’équilibrage, soit en toute logique au niveau des durées. Soit, ce qui aurait été certainement la grande idée, en excluant d’un disque principal toutes les reprises de thèmes sur le second. Rien de cela malheureusement, l’OST est une ressource brute, exhaustive et donc répétitive, pour les fans du jeu, point.

Ce qui justifie avant tout l’appréciation finale, bonne, mais sans éclat, c’est que Joe HISAISHI a depuis longtemps abandonné toute forme de recherche. Nous n’avons ici pas affaire à une œuvre d’art, mais à un travail d’artisan expérimenté et sûr de lui. Pas de grosses surprises à l’horizon, pas plus que de déconvenue, HISAISHI applique une formule éprouvée mais qui fonctionne. Les claviers industriels de Nausica sont de l’histoire ancienne, 30 ans ce sont presque écoulés. Le compositeur ne nous afflige pas non plus de copie honteuse des Valkyries de WAGNER, comme dans Ponyo sur la falaise. HISAISHI fait du SUGIYAMA qui faisait de toute façon du HISAISHI. Boucle bouclée. Moi-même d’ailleurs, je me répète.

PS: a noter que l'album est donc sorti en France en ce début 2013 et ...était tout du moins disponible à l'achat directement sur le site du distributeur Wayo Records http://shop.wayorecords.net/index.php
Ce qui à l'heure où j'écris ces lignes semble ne déjà plus être le cas. En espérant qu'il ne s'agisse que d'une rupture de stock temporaire, malédiction terriblement banale en ce qui concerne les OST de jeux.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Distant Worlds Ii (2010)
...Enfin!




Nobuo UEMATSU
Final Fantasy Symphonic Suite (1989)
Prémices du john williams des jeux-vidéo


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Tokyo Philharmonic Orchestra
- Joe Hisaishi (direction)
- Febian Reza Pane (piano)
- Hiroshi Kaneko (luth)
- Masahiro Itami (sitar)
- Hideyo Takakuwa (sifflet)
- Ikuo Kakehashi (tabla bãyãñ)


1. Ni No Kuni: Dominion Of The Dark Djinn - Main Them
2. One Fine Morning
3. Motorville
4. The Accident
5. In Loving Memory Of Allie
6. Drippy
7. Magic With Oomph
8. World Map
9. Ding Dong Dell - The Cat King's Castle
10. Al Mamoon - Court Of The Cowlipha
11. Imperial March
12. Crisis
13. Tension
14. Battle
15. Shadar, The Dark Djinn
16. A Battle With Creatures
17. Labyrinth
18. The Lead-up To The Decisive Battle
19. The Showdown With Shadar
20. Miracle - Reunion
21. Kokoro No Kakera (japanese Version)

1. Ni No Luni: Wrath Of The White Witch Main Theme
2. The Fairyground
3. Mummy's Tummy
4. Battle Ii
5. The Horror Of Manna
6. Unrest
7. Blithe
8. Sorrow
9. The Zodiarchs
10. The Final Battle Against The White Witch
11. The Wrath Of The White Witch
12. Kokora No Kakera - Pieces Of Broken Heart (english



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod