Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nobuo Uematsu , Joe Hisaishi , Yuzo Koshiro
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Koichi SUGIYAMA - Dragon Quest Iii Symphonic Suite (1988)
Par CHIPSTOUILLE le 27 Août 2005          Consultée 2657 fois

Le japon est un pays assez particulier. A la barre, j'appelle "Dragon Quest III", un jeu totalement inconnu en France, qui s'est pourtant vendu la bagatelle de plus de 4 millions d'exemplaires au pays du soleil levant (pas loin de 6 je pense si on compte toutes les rééditions) ce qui le place dans les 10 jeux-vidéos les plus vendus de l'histoire (si on compte les ressorties et qu'on élude les différentes version de Pokémon, il se place dans le top 3 derrière Pokémon donc et Mario Bros, devant Tetris)
Ce jeu a déchaîné les foules, formant des files d'attentes impressionnantes devant les échoppes de jeux vidéos (digne de celle qu'on a pu constater pour la sortie de Star Wars épisode 1) l'absentéisme dans les écoles et dans les sociétés a été tellement important à sa sortie qu'une loi spéciale a été votée pour interdire la sortie de jeux vidéos durant la semaine.
Rayon musical, on retrouve donc des thèmes qui ont marqué toute une génération (de japonais), au même titre que les fameux thèmes de Mario Bros, Zelda ou encore Tetris. Petite différence près, Sugiyama s'en sort mieux que Koji Kondo (le compositeur des musiques de Mario et Zelda), et nous le prouve, sur ce CD de musiques réorchestrées.

Le thème musical abordé est l'aventure! Et quoi de plus symbolique pour l'exprimer que le magnifique thème "Adventure" qui figure dans cette suite. Rarement Sugiyama aura réussit à composer un thème qui parvienne à faire mouche aussi facilement, celui-ci étant droit au but, simpliste dans sa conception et rappelant quelque peu le thème final de Star Wars quatrième du nom (enfin le premier, "La guerre des étoiles" quoi) On retrouve ce même genre d'ambiance entraînante sur « Into the legend », en conclusion de cette suite.

D'un autre coté Sugiyama use et abuse d'une méthode qui reste un peu la même, et nous propose une suite symphonique directement calquée sur la structure des deux premières, un début baroque (« Rondo » rappelle Bach, dans une forme plus simple et plus accessible), voir romantique, quelques thèmes rafraîchissants, des thèmes plus menaçants fricotant avec le contemporain, et un finish un peu 'facile'.

Là où il se démarque de ses précédentes explorations, c'est sur le coté japonais de la chose. Sur « Around the world » (qui n'a absolument rien à voir avec le titre des Daft Punk, je précise au cas où) le début romantique et très mélodieux laisse place à un intermède de musique traditionnelle (japonaise), les deux s'accouplant par la suite, pour donner quelque chose d'assez frais. Sur le même morceau viennent ensuite des sonorités moyen-orientales, toujours mêlées au style romantique, le tour du monde est réellement garanti.

Sur les thèmes plus sombres, Sugiyama utilise volontiers une dynamique sonore plus évocatrice, les marches inquiétantes d'un donjon laissent place à une tour moins vertigineuse que sur la seconde suite, presque rassurante par moments, pour mieux éclater d'effroi lors d'une surprenante rencontre avec quelques monstres. Les sonorités japonaises traditionnelles ressurgissent pour laisser l'effroi nous envahir à bord d'un vaisseau fantôme tout en attaques de cordes et d'instruments à vent. Un fantôme s'évanouit et c'est la mort qui surgit (« Requiem »), un thème triste et ample qui évoque le deuil, rien de particulièrement original, mais celui-ci tombe à pic après l’atmosphère d’inquiétude qui planait. Finalement une lueur d'espoir renoue dans sur le tranquille « Small shrine ».

Passons la valse straussienne bien mais banale pour passer à une autre nouveauté, le thème du vol (« Heavenly flight »). Tout a ici été prévu pour faire léger, on passe donc de clarinettes susurrées en violons virevoltants, pour un thème touchant, presque triste, qui rappelle beaucoup ce que l'on trouve chez son compatriote Joe Hisaishi (auteur des musiques de Totoro, Porco Rosso, Princesse Mononoke...)

Sugiyama parvient donc à s'améliorer, au fil de ses oeuvres, et même si on peut lui reprocher plus que jamais une structure trop stricte qui ne laisse que peu de place à la nouveauté, cette troisième suite symphonique est sans doute l'une de ses meilleures, les thèmes étant tous bons, jamais sirupeux, l'évasion étant plus que jamais au rendez-vous. Contrairement à la majorité, je lui préfère tout de même la suite suivante, qui brasse plus d'influences (au même titre que le jeu, mais ça, c'est une autre histoire)

PS: comme à l'accoutumée, de nombreuses versions sont disponibles. Celle dont je dispose correspond à la réédition du jeu qui a été faite sur Game Boy color en 2001, la bande originale qui suit correspond donc au chipset de la Game Boy, et non de la NES. Bonne chance pour retrouver une version originale de 1988 en tous cas (celle dont la pochette figure sur cette chronique). Sachez qu'il existe également une version orchestrale qui est sortie à l'occasion de la réédition du jeu sur Super Nes en 1996, qui comprend 1 mouvement supplémentaire, mais je vous souhaite également bonne chance pour retrouver cette version. Attention également, une fois de plus, à ne pas confondre avec les versions originales ou 'on electone', si vous avez un doute, n'hésitez pas à demander via la partie questions.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Distant Worlds Ii (2010)
...Enfin!




Koichi SUGIYAMA
Dragon Quest Iv Symphonic Suite (1990)
Gambate!


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. Roto
2. Rondo
3. Around The World
4. Adventure
5. Dungeon ~ Tower ~ The Phantom Ship
6. Requiem ~ Small Shrine
7. Sailing
8. Heavenly Flight
9. Fighting Spirit
10. Into The Legend



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod