Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nobuo Uematsu , Joe Hisaishi , Yuzo Koshiro
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Koichi SUGIYAMA - Dragon Quest Ix Symphonic Suite (2009)
Par CHIPSTOUILLE le 27 Mai 2014          Consultée 715 fois

Tollé est le mot qui désigne le mieux la réaction des fans japonais face à la sortie de Dragon Quest IX en 2009. Incompréhensible ? En occident, on se demande, encore aujourd’hui, comment après les épisodes VI et surtout VII un tel évènement ne s’est pas produit plus tôt… ou plus tard ? Le site Amazon japon porte encore les séquelles d’une bataille de commentaires acharnée. Qu’est ce qui, dans une mixture qui n’a finalement pas tant que ça évolué, a pu choquer le quidam moyen ? La « régression » que constitue le passage sur console portable ? Le côté Online pourtant facultatif mais bien présent ? Le personnage de Stella (Sandy en VO) est-il si irritant que ça ? Difficile d’expliquer ce genre d’effet de masse, aussi bien positif que négatif, qui d’un côté tolèrent une ignoble masse de défauts et de l’autre ne pardonne pas quelques couacs relativement mineurs. Au rang des défauts cités figurait la musique. Koichi SUGIYAMA fidèle au poste a bien répondu présent, mais entre des reprises de thèmes d’épisodes précédents trop évidentes et quelques thèmes horripilants et répétitifs, la pilule n’est semble-t-il pas passée.

Pourtant, à l’écoute de la traditionnelle suite symphonique crée à partir des musiques du jeu, on pourra s’étonner d’un jugement si lapidaire. Les emprunts ont été écartés, les quelques thèmes difficiles ont été emmitouflés dans des medleys généreux. Il semblerait que SUGIYAMA ait été à l’écoute des critiques formulées. Sur le fond, le jeu se voulait moins sérieux que son prédécesseur, comme un retour aux sources avec Dragon Quest III bien dans le viseur. Ce retour arrière se traduit également en musique. Finie la musique mystérieuse ou triste, Dragon Quest IX est à nouveau coloré et joyeux. En témoignent de nombreux thèmes ravissants et mélodiques comme "Angelic Land", l’excellent "Beckoning", "Hills and Meadows" ou "Village Bathed in Light". Le clou du spectacle de cette jovialité bon enfant est sans conteste "Tavern Polka", malheureusement cantonnée à un espace extraordinairement petit dans le jeu, elle ressort ici grandie.

La seconde moitié de la suite pourra étonner à plus d’un titre. Habituellement SUGIYAMA y range des thèmes plus sombres, à coups de donjons lugubres et autres tours infernales, ils sont généralement l’occasion de plus de dissonances, faites de pizzicatos à la contrebasse, d’échanges de bassons et de clarinettes inquiétantes. Le tout n'est jamais particulièrement difficile, l’esprit enfantin y étant toujours de rigueur, c’est encore plus vrai dans cette IXème suite. Ces thèmes plus contemporains qui déjouent les règles de la tonalité sont toujours présents, ils sont ici regroupés sur un seul medley qui passe au final relativement inaperçu. Tout ceci fait place nette pour un "Gathering Place" plus dans l’esprit du début de la suite, qui aboutit à un solo de violon inhabituellement technique, tel la cadence d’un concerto de PAGANINI, pour notre grand plaisir. On retrouvera plus tard un épisode aussi démonstratif au basson.

Avec les thèmes de Sandy, c'est à nouveau l’esprit jovial et bon enfant des débuts qui rejaillit. Si bien que la suite ne semble pas vraiment vouloir se détacher de cette formule. Les thèmes en question font partie de ceux qui ont horripilé les fans, ils ne sont pourtant pas si désagréables. Malheureusement emmitouflés dans une seconde moitié de suite moins avenante ou mélodique dans l’ensemble, ils contrastent même avantageusement. Si l’on excepte la fin qui possède une petite touche épique, sans grande originalité mais qui nous sort bel et bien de l’inattention, hélas cette suite ne tient pas franchement sur la longueur. Un défaut qu’elle partage finalement avec d'autres. Pour avoir partiellement réussi un joli retour aux sources, dans la lignée des IIIe et IVe suites, on ne lui en tiendra pas trop rigueur.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Distant Worlds Ii (2010)
...Enfin!




Kamran INCE
Symphonie N°2 The Fall Of Constantinople (miller) (1994)
Une musique ambitieuse à la hauteur de l'évènement


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra
- Koichi Sugiyama


1. Overture Ix
2. Angelic Land
3. Destiny ~ Prologue To Tragedy
4. Oboe Melody In The Castle
5. Beckoning ~ Dream Vision Of Our Town ~ Tavern Polk
6. Hills And Meadows ~ Together In The Fields ~ Soari
7. Village Bathed In Light ~ Village In Darkness
8. Build-up Victory ~ Confused Ambitions
9. Gloomy Cavern ~ Dungeon Waltz ~ Atmosphere Of Deat
10. Gathering Place ~ Altar Of Change ~ Sadness Of The
11. Sandy's Theme ~ Sandy's Tears ~ Sandy's Theme
12. Pathway To Good Fortune ~ Cathedral Of Emptiness
13. Final Battle
14. Journey To The Star-filled Skies ~ Defender Of The



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod