Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  REMIX

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nobuo Uematsu , Joe Hisaishi , Yuzo Koshiro
- Membre : Divers Compositeurs Jeux Video

Koichi SUGIYAMA - Dragon Quest Vi Symphonic Suite (1995)
Par CHIPSTOUILLE le 4 Septembre 2006          Consultée 2621 fois

Dragon Quest VI fut un projet de taille, à la fantaisie finale s'opposait encore et toujours une série suivant un parcours dont les exigences ont toujours été rigoureusement balisées. Chaque épisode de la série Dragon Quest se voit reprendre exactement, à peu de variations près, les mêmes traits de caractères que les épisodes précédents. Dans les années 80, ceci fut gage d'une qualité manifeste, mais au tournant des années 90, plus exactement en 1994 il s'avérera qu’être conservateur dans le monde des jeux vidéo n'augurait rien de réellement bon. Alors que Final Fantasy voyait grâce à un amoncellement d'idées novatrices son succès grandissant, Dragon Quest restera un étalon du domaine "old-school" (ce qui n’empêchera pas les derniers épisodes de pulvériser à chaque fois les records de ventes).

Ce traditionalisme parfois exacerbant se miroite malheureusement trait pour trait dans l'environnement musical du jeu. Koichi SUGIYAMA réitère sa musique fantaisiste, bon enfant, reprenant les grandes lignes de ses précédents travaux. Les trois dernières suites pouvaient s'enorgueillir de proposer une direction d'ensemble fraîche, quand bien même le style du compositeur n'était jamais réellement renouvelé. On acceptait également, sous couvert de mélodies accrocheuses, de retrouver diverses influences très prononcées chez le compositeur.

Malheureusement cette "Dragon Quest VI Symphonic Suite" n'aura pour seule nouvelle ambition que de reprendre un thème principal ("In the town") pour le cuisiner à une sauce différente sur "Frightening dungeon". Sans doute le compositeur a-t-il voulu suivre la tendance de ses contemporains, ou bien était-ce dans un souci d'unité de sa suite, dans la continuité du travail qui avait été effectué sur la cinquième?

Il reste que l'ensemble de cette suite manque cruellement d'imagination (mis à part au détour d'utilisations de Xylophone, sur un "Flying bed" étonnant), à quelques influences marquées se substitue un auto-plagiat d'un goût subtilement cruel, surtout lorsqu'il s'agit d'un compositeur qui n'avait jusque là jamais vraiment brillé pour son originalité. Ce défaut n'est pas réellement nouveau, mais se voit amplifié par un manque de mélodies mémorables, malgré quelques morceaux de bravoure.

Le thème principal sous forme de marche ou le thème des combats ("Brave fight") rappellera une nouvelle fois le vol du bourdon de RIMSKY-KORSAKOV, lequel évolue au final vers un style très proche de ce que John WILLIAMS nous a resservi sur 6 épisodes d'une fameuse saga étoilée. Dans la même veine, on apprécie un "Demon Combat" structurellement aventureux, sur lequel on pourra reconnaître l'influence d'une certaine nuit sur le mont chauve, de MOUSSORGSKI. Enfin, on pourra applaudir (pour une fois) une fin de suite digne de ce nom sous les traits d'un "Eternal Lullaby" très émouvant. Dans l'ensemble, on baillera tout de même régulièrement, le compositeur s'étalant en longueur (l'opération d'arrangement orchestral condense tout de même 100 heures de jeu sur un seul CD).

Bien sûr, certains pourront s'étonner d'un jugement sévère, surtout lorsque l'on découvre SUGIYAMA à partir de cette suite, somme toute très agréable à l'oreille. L'équilibre au niveau des instruments n'a jamais été aussi bien dosé (les erreurs de jeunesse des premières suites sont loin), et on sent très bien que SUGIYAMA maîtrise mieux que jamais son orchestre, passant de registre romantique en contemporain, alignant les mélodies sucrées sur des phases de dissonances grandiloquentes (notamment le réussi "Monsters") avec une aisance déconcertante. Le tout reste malheureusement bien terne pour qui connaît déjà le compositeur, peu de choses restant gravées dans nos mémoires. Le cahier des charges de la quête du dragon est bel et bien rempli, mais on se recueillera cette fois-ci devant une autre chapelle si l'on souhaite voir nos rêves musicaux se réaliser...

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par CHIPSTOUILLE :


Nobuo UEMATSU
Final Fantasy Symphonic Suite (1989)
Prémices du john williams des jeux-vidéo




Kamran INCE
Symphonie N°2 The Fall Of Constantinople (miller) (1994)
Une musique ambitieuse à la hauteur de l'évènement


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. Overture
2. At The Palace
3. In The Town ~ Happy Humming ~inviting Village ~fol
4. Through The Fields ~ Wadering Through ~ The Silenc
5. Ocean Waves
6. Flying Bed
7. Pegasus ~ Saint's Wreath
8. Evil World ~ Satan's Castle ~ Frightening Dungeon
9. Brave Fight
10. Melancholy
11. Ocarina ~ The Saint
12. Devil's Tower
13. Dungeons ~ Last Dungeon
14. Monsters ~ Demon Combat
15. Eternal Lullaby



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod