Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Eiffel
- Membre : Detroit
 

 Le Site Officiel De Noir Désir (1057)
 Noir Désir Par Vince (917)

NOIR DéSIR - En Public (2005)
Par BARZ le 24 Octobre 2005          Consultée 6990 fois

Depuis Dies Irae en 1994, Noir Désir n'avait pas sorti d'album live. Chose logique si l'on accepte le fait que Tostaky (1992) mettait fin à une première période du groupe. Depuis, les bordelais portent bien haut l'étendard du rock français, influençant à tout va les nouveaux groupes en formation (combien de groupes n'ont pas commencé en reprenant "Un jour en France"?). Suite à leur surprenant et magnifique Des Visages Des Figures en 2001, le groupe donnait une série de concerts dans le monde. Des concerts qui devaient être adaptés à leur dernier bébé, pas du tout fabriqué pour la scène, à la base. De tous ces concerts, tous ont été enregistrés en prévision d'un double album live. Les évènements d'août 2003 stoppent brutalement le mixage de cet album. C'est après deux longues années de silence que sort En Public (frère jumeau d'un double DVD baptisé En Images) qui nous narre, pour ceux qui étaient encore ailleurs, qu'en plus de faire des bons disques, Noir Désir vivent leur musique comme personne sur scène.

Arrangements du dernier album obligent, le quatuor bordelais est accompagné sur cette tournée d'un cinquième membre, Christophe Perruchi. La transcription sur scène de leurs dernières compositions nécessitaient indéniablement cette nouvelle tête. Les anciens morceaux, les vieux de la vieille, les "Pyromane", "La Chaleur", "Le Fleuve" ou autre "Si rien ne bouge", sont alors dotés d'une nouvelle dimension. Remis au goût du jour, ces titres (dont le premier cité approche la vingtaine d'années) semblent comme neufs, évoluant avec le groupe, portés par la voix incantatoire de Bertrand.
Leurs nouveaux morceaux ont bien sûr leur place sur ce disque, du magnifique tube "Le vent nous portera" à l'adaptation bluffante et belle à pleurer du poème "Des Armes" de Ferré. "Le grand incendie" nous offre son lot de rock et de sensations fortes comme attendu, le riff de basse accrochant et hypnotique de Jean-Paul, l'aisance de Serge sur sa six cordes, le doigté de Denis sur ses cymbales, les cris démoniaques de Bertrand. Magnifique. Ces moments de bonheur pour les oreilles se retrouvent à chaque morceau, tous apportent leur lot de sensations uniques, parfois à pleurer, parfois à danser, mais jamais à s'ennuyer. Ne parlons pas du "Bouquet de Nerfs" qui, tout comme sur la version studio, scotche l'auditeur à la magnifique prestation vocale de Bertrand sur ce texte éblouissant de beauté.
Bien entendu leurs tubes intemporels des albums précédents sont présents à foison, l'incontournable "Tostaky" qui soulève depuis plus d'une décennie les coeurs et fait bouger les corps, tout comme son délicieux cousin "A l'arrière des taxis" joué dans la précipitation. "L'homme pressé" confirmant la diversité du chant de Bertrand qui tend ici vers un bon rap pur et dur, la musique s'appuyant sur des beats subtils et classes. Il y a bien sûr les morceaux moins volumineux mais tout aussi beaux comme "Septembre en attendant", "Lolita nie en bloc" et son toujours surprenant moment de paix lorsque que l'ange passe... Le second disque se terminant sur deux des plus beaux titres de 666.667 club : "Comme elle vient" et "A ton étoile".

Le sans faute dans la sélection des titres dans leur répertoire bien rempli (environ 70 chansons) leur permet même de s'offrir trois reprises, ou plutôt deux et demi...
Tout d'abord le très aisé "21st century schizoid man" du précieux King Crimson déjà repris par Emerson Lake and Palmer. On sent ici que nos français se font plaisir, et par conséquent, le plaisir est partagé. L'interprétation est tout simplement magistrale, et délicieusement personnelle.
Il y'a également cette reprise de Brel, "Ces gens là". Inutile de dire qu'on l'attendait celle-là. La prestance vocale de Bertrand suffit à elle seule à faire de ce morceau l'un des plus surprenants de l'album.
Enfin, l'adaptation du texte de Jozsef Attila, "Ce n'est pas moi qui clame", faisant forcément penser à "Nous n'avons fait que fuir", poème de Bertrand clamé à la foule un soir de juillet 2002 pendant un cérémonial de presque une heure. Bertrand Cantat, orateur de talent, captive les oreilles de sa diction émue et émouvante, accrochée et accrocheuse, inspirée et inspirante.

C'est accompagné d'un étrange vague à l'âme que se termine l'écoute de ce disque. Un disque qui m'a fait crier, danser, chanter, pleurer aussi. Un disque qui montre que la musique est un art majeur et qu'elle peut transporter tout type de sentiment. Vingt-quatre titres qui nous font oublier que d'autres morceaux auraient, eux aussi, été appréciés. Un live qui montre que Noir Désir est indétrônable, que ses musiciens et son interprète en font jusqu'à présent le meilleur groupe français sur scène. Un double album live suivi de trois points de suspension laissés là par erreur.

A lire aussi en ROCK par BARZ :


MATMATAH
La Ouache (1998)
Culte pour beaucoup...

(+ 2 kros-express)



EIFFEL
Abricotine (2001)
Adolescent, insolent, sexué


Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Denis Barthe (batterie, samples, choeurs)
- Bertrand Cantat (guitare, harmonica, chant)
- Jean-paul Roy (basse, clavier, choeurs)
- Serge Teyssot-gay (guitare, clavier, choeurs)
- Christophe Perruchi (claviers, samples, choeurs)


1. Si Rien Ne Bouge
2. Septembre En Attendant
3. One Trip One Noise
4. A L'envers A L'endroit
5. Les écorchés
6. Le Grand Incendie
7. Le Fleuve
8. La Chaleur
9. Des Armes
10. Ernestine
11. Tostaky
12. Lazy

1. Pyromane
2. A L'arrière Des Taxis
3. Lolita Nie En Bloc
4. L'homme Pressé
5. Des Visages Des Figures
6. Bouquet De Nerfs
7. Le Vent Nous Portera
8. 21st Century Shizoid Man
9. Ces Gens Là
10. Comme Elle Vient
11. A Ton étoile
12. Ce N'est Pas Moi Qui Clame



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod