Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


ALBUMS STUDIO

1966 Yardbirds (Roger The Engineer)
1967 Little Games

E.P

1964 I Wish You Would

ALBUMS LIVE

1964 Five Live Yardbirds
 

1964 Five Live Yardbirds
 

- Style : The Purple Helmets , Les Variations, Cream, The Crawdaddys , The Shadows Of Knight , The Pretty Things , The Animals , Them, Led Zeppelin
- Membre : Jeff Beck , Eric Clapton
- Style + Membre : Pretty Things/yardbird Blues Band

The YARDBIRDS - I Wish You Would (1964)
Par LONG JOHN SILVER le 10 Mars 2015          Consultée 1871 fois

"Ces gosses anglais ne rêvent que de faire du blues – Ce n’est qu’un rêve." Sonny Boy WILLIAMSON

Sympa, l’employeur temporaire. Georgio Gomelsky, le manager/producteur des YARDBIRDS possède lui même quelques doutes. C’est pour ça qu’il les envoie faire leurs classes façon stage commando sous les ordres du croquemitaine susnommé. Car pour l’instant le plan est bien de déborder les STONES sur leur flanc gauche. Le même que celui des ANIMALS, des THEM, PRETTY THINGS. Ca commence à faire beaucoup de divisions dans le même club*. D’où la préparation avant de partir au front pour de bon. Mais pour assurer le remplissage en continu des salles, on a aussi besoin de munitions, donc de disque(s) à envoyer sur les ondes. Enfin pour provisionner le carburant nécessaire à la poursuite des opérations, il faut le(s) vendre. C’est le B.A.B.A. En explosant - si Dieu le peut - le Billboard.**

Ca passe par un single, deux chansons, rien de plus, on est début 1964 or les BEATLES et Bob DYLAN n’ont pas encore édicté "l’album" comme étant le format maître dans le domaine de la musique pop. Même s’ils sont déjà sur la voie. D’ailleurs la plupart des "albums" vendus sont en réalité des compilations de singles parfois augmentées de titres vite faits pour occuper l’espace. Sans oublier le calibre (devenu désuet) 25cm qui pouvait contenir une grosse moitié de LP. Clapton traine pourtant les pieds. Déjà Slowhand, pas encore God, voue un culte quasi-religieux au « Bluuuuueeees », or le-dit culte proscrirait la fabrication de musique enregistrée destinée à renforcer le nerf de la guerre. Il reconnaîtra cependant avoir plus craint la captation des limites des bleus blanc-becs du blues que sont les YARDBIRDS que la malédiction de Maître Robert JOHNSON en traversant le carrefour au sortir du QG des studios.

Crainte ou nécessité, Gomelsky devient donc lui-même producteur du single enregistré au début de l’année, lequel paraîtra au mois de mai. Après Five Live donc. L’objectif étant de dépasser les Stones à terme, "I Wish You Would" blues de Chicago s’en va en manœuvre sur un terrain déjà couvert par les pierres. Son riff vicelard provoque un déhanchement rythmique au balancement "BoDiddleysque" tout à fait efficace. De ce point de vue cette stratégie peut s’avérer être un excellent choix. Du moins à court terme. Au niveau du rendu, on est moins hargneux que les ANIMALS, pas aussi sauvage que ce que les PRETTY THINGS s'apprêtent à balancer, même si ça bastonne pas mal sur la fin de l’instrumental. Et ça ne sonne pas très blues. Plutôt pop augmentée par un court et frénétique passage. Lequel de surcroît dégoupille sévèrement.

Impression pop vérifiée en direct du swinging London avec "A Certain Girl", face B vraiment entraînante, très BEATLES finalement. Y’a même le premier solo/studio de Clapton dessus. Et il déjà est plein d’assurance. Mais les musiciens repartent avec un sentiment mitigé. C’est vrai qu’à cette époque les techniciens essuient encore les plâtres de l’arrivée fracassante du rock’n’roll devenu rock tout court. Et les producteurs outre leur absence de compétences, n’innovent pas encore à la mesure du défi qui il va leur falloir très vite relever. Car : public, musiciens, ingés-son... tout le monde est à cran. Et ça va de plus en plus vite.
Les Stones conservent leur avance, néanmoins ils perçoivent qu’ils ont entraîné de sacrées troupes dans leur sillage. Et pas uniquement dans le public. Raison de plus pour ne pas s’endormir sur ses lauriers.

Le titre, diffusé sur les ondes, sera reçu 5/5 par David Jones alors jeune fan de Little RICHARD mais aussi apprenti-saxophoniste, mime ou chanteur suivant son humeur. De la pop couleur blues… Avec peintures et fanfreluches de combat comme Little RICHARD. Vincent Furnier le prendra de vitesse*** mais BOWIE inscrira « I Wish You Would » dans ses récits de campagnes.

* l’inverse n’est pas incongru non plus
** Et ça n'a rien d'un hobbit
*** Au vu de la photo/finish

A lire aussi en BLUES-ROCK par LONG JOHN SILVER :


COTTON BELLY'S
Given (2015)
Saudade Nouvelle-Orléans : à saisir !




TASTE
On The Boards (1970)
The last of the independants.


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Eric Clapton (guitare)
- Keith Relf (chant)
- Chris Dreja (guitare)
- Paul Samwell-smith (basse)
- Jim Mccarthy (batterie)


1. I Wish You Would
2. A Certain Girl



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod