Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Grateful Dead, Cotton Belly's
- Membre : Jefferson Airplane, Jorma Kaukonen , Jack Casady

HOT TUNA - Yellow Fever (1975)
Par LONG JOHN SILVER le 13 Août 2016          Consultée 1063 fois

America’s Choice enfonçait un coin supplémentaire vers « l’électrisation » de la musique de HOT TUNA, Yellow Fever pousse plus loin le bouchon. C’est la même équipe restreinte au groupe, assisté par son ingénieur du son habituel Mallory Earl, qui produit le disque au même endroit à San Francisco, autant dire à la maison. Du Home made, voilà ce que proposent Jorma et Jack.

L’album débute par une de ses deux covers (placées au début), Jorma prend aussitôt le pouvoir sur « Baby What You Want Me To Do »* de Jimmy Reed, s’impose en leader à la manière d’un Jeff BECK ou d’un HENDRIX. Le titre est enregistré live avec l’apport d’un guitariste rythmique. On connaît l’obsession ou la volonté de certains groupes pour parvenir à retranscrire en studio l’énergie du live et surtout les difficultés qu’ils ont rencontrées pour y parvenir, ou non. On sent que HOT TUNA, qui est connu pour ses longues digressions instrumentales sur les planches, tente le coup de sonner aussi fort en studio qu’en vrai. Le chant, mixé très en avant sur America's Choice est ici mieux intégré à l’ensemble. Comme le précédent, ce disque compte huit titres pour environ 40 minutes, les chansons sont entrecoupées et/ou prolongées de passages instrumentaux dominés par la guitare lead en fusion de Kaukonen. Yellow Fever, enregistré six mois après l’opus précédent compte deux reprises, cependant Jorma reçoit trois fois l’appui de collaborateurs, soutenir pareille cadence relevant de la gageure quand on est soucieux de qualité.

Question qualité, on est servis, l’album reste solide même si sa deuxième face est en deçà de sa première moitié, il contient de sacrés moments, dont certains laissent bouche bée d’admiration. Comme quand Jorma va chercher une pépite obscure, la très champêtre et charmante « Hot Jelly Roll Blues », instant rural planté en mégapole électrique. Plus surprenante, « Sunrise Dance With The Devil », avec ses riffs lourds, flirte avec le hard rock. Elle est contrebalancée par une mélodie irrésistible appuyée sur un groove soul rock et comme « Baby What Do You Want Me To Do », elle s’achève en jam, cette fois interrompue par un fade out. Après le flirt, la concrétisation, « Song For The Fire Maiden » c’est du hard rock pur et dur. Déjà, rien que dans le titre, y’a « Fire » et « Maiden ». C’est même le morceau le plus hard publié par HOT TUNA, les riffs bastonnent comme bastonneront ceux de Kansas sur « Carry On Waiward Son », un an plus tard. L’effet est dévastateur, que c’est bon !!!

Les autres moments sont plutôt sympas, même si « Bar Room Crystal Ball » a un peu tendance à déborder sans franchement emballer. « Free Rein » est une power pop song façon Kaukonen, pas une grande chanson mais tout de même habile, efficace, qui finit très fort. « Half/Time Saturation » est signé par les trois membres du thon chaud, à la limite du hard rock, ce titre touffu vaut surtout pour l’énergie qu’il dégage. « Surphase Tension », morceau instrumental plaisant et plutôt malin, dont le titre résume pas mal la philosophie générale, clôt l’album sur un registre qui rappelle les grandes heures psychés avec ses motifs de guitares inspirés par l’orient mystique.

Plus qu’auparavant la musique de HOT TUNA laisse la place aux aspérités, avec le même degré d’exigence et d’intégrité qu’habituellement. La tension est encore montée d’un cran, d’où cette fièvre jaune illustrée avec humour sur la pochette. L’album – toujours édité chez Grunt - paraît en novembre, six mois après America’s Choice, il s’en va même faire une petite visite tout en bas du top 100 dans les charts.

* Aussi « You Got Me Runnin’ », dont il existe une foule de versions

A lire aussi en BLUES-ROCK par LONG JOHN SILVER :


CREAM
Fresh Cream (1966)
Les prémices du bouleversement




HOT TUNA
Double Dose (1978)
Le meilleur du thon chaud


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Jorma Kaukonen (chant, guitare)
- Jack Casady (basse)
- Bob Steeler (batterie)
- +
- Nick Buck (synthé sur 6)
- John Sherman (2e guitare sur 1)


1. Baby What Do You Want Me To Do
2. Hot Jelly Roll Blues
3. Free Rein
4. Sunrise Dance With The Devil
5. Song For The Fire Maiden
6. Bar Room Crystal Ball
7. Half/time Saturation
8. Surphase Tension



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod