Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Alan Parsons

The Alan PARSONS PROJECT - Pyramid (1978)
Par BUDDY le 27 Décembre 2005          Consultée 5313 fois

Alan Parsons Project's a déjà deux albums à son actif quand il sort « Pyramid » en 1978, et c’est tout bonnement un album somptueux. Avec un thème général qui tourne autour du mysticisme, Alan Parsons associé à Eric Woolfson, va créer une galette de rock-progressif déroutante et inventive.
« Pyramid » est comparable à un trésor enterré et oublié d'Egypte. L’homme a la recherche de la vie éternelle semble être au cœur de titres tels que « The Eagle Will Rise Again », « One More River », « Can't Take It With You », ou « In The Lap Of The Gods ». Vous avez également l’autre facette d’Alan Parsons, qui est délivrée avec «Voyager », « What Goes Up... », « Pyramania », et « Hyper-Gamma-Spaces », le côté plus « classique » du groupe anglais.
« Voyager » est un titre assez space avec toutes sortes de bruits et d’effets spéciaux, et cela jusqu'à l’intronisation de la guitare et de la batterie. Le titre suivant « What Goes Up » et son couplet ultra épuré est enchaîné directement après « Voyager » sans aucune coupure. « The Eagle Will Rise Again » est basé sur la mélodie et sur ses accords au clavecin. La lead voice est reposante, et les chœurs ici sont très importants, remarquablement interprétés et inspirés tout au long du titre.
« One More River » est un morceau un peu plus « rock » où la guitare est assez répétitive, mais la mélodie en fait suffisamement pour rendre ce titre attractif et ensorcelant. Son solo de saxo vient bien à propos pour repartir de plus belle sur le refrain. « Can't Take It With You » et son intro au « whistle » (sorte de son ressemblant à un sifflement humain ) est très pop dans son couplet, et il y a vraiment une grande différence entre le couplet et le refrain qui est joué très « space ». Le solo de guitare à 2 mn 57, n’est pas sans rappeler le style de David Gilmour, et on pourrait facilement dire que ce passage est interprété par les auteurs de « Wish You Were Here » et « Dark Side Of the Moon ». En tous cas, un bien beau morceau de bravoure que ce solo.

Ecoutez l’intro de « In The Lap Of The Gods » et vous m’en direz des nouvelles. Sa flûte orientale et sa cloche qui sonne sans discontinuer (cela donnera beaucoup d’idées à d’autres groupes, cette cloche qui tinte…). L’intro est basée sur le début de « Voyager » et fait un peu penser à une marche russe avec sa balalaïka. Et une fois encore ce titre se rapproche inévitablement de ce que peut produire Le Floyd à cette période. Ce titre est, n’ayons pas peur des mots, un pur joyau instrumental. La cassure musicale est radicale à 3 mn 20, tout le groupe se déchaîne et l’orchestre philarmonique est debout, toutes voiles dehors ! Une anthologie. Assurément, un des meilleurs titres de cet album.
« Pyramania » est plus classique dans sa conception : couplet pop et refrain entraînant. Un titre également qui possède un petit côté oriental dans son introduction. L’instrumental « Hyper-Gamma-Spaces », servira de modèle à bien d’autres morceaux d’Alan Parsons, qui seront calqués sur le même modèle, sans pour autant tomber dans la facilité et le plagiat simple. Avec ce son spécial de claviers qu’Alans Parsons, développera, tout au long de sa carrière. Pour terminer l’album, vient le sublime « Shadow Of A Lonely Man » qui est un joyau superbement interprété à l’intro magnifique. Une superbe ballade qui vient clôturer de fort belle manière cet album.
Somme toutes, une des principales forces de cet opus, réside à n’en pas douter, dans les orchestrations imposantes et incomparables, dont la majorité des titres sont flanqués. Les chœurs, magistralement dirigés sont souvent aussi très présents dans les titres. Ils font même parfois office de claviers et sont très peaufinés.

Un album de très bonne facture et d’une forte intensité. Alan Parsons en écrira d’autres tout aussi géniaux, mais celui-là fera date dans l’histoire du groupe.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BUDDY :


The Alan PARSONS PROJECT
Tales Of Mystery And Imagination - Edgar Allan Poe (1976)
Alan parsons a acquis une certaine notoriété...

(+ 1 kro-express)



GENESIS
We Can’t Dance (1991)
"No son of mine" démarre l’album du trio...

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
  N/A



- Alan Parsons. (guitare)
- Eric Woolfson. (claviers.chant)
- David Paton. (basse.guitare.chant)
- Colin Blunstone. (chant)
- Lenny Zakatek. (chant)
- Dean Ford. (chant)
- Jack Harris. (chant)
- John Miles. (chant)
- Stuart Elliott. (batterie et percussions)
- Ian Bairnson. (guitare)
- Duncan Mackay. (claviers)
- La Chorale Anglaise. (chœurs)


1. Voyager
2. What Goes Up...
3. The Eagle Will Rise Again
4. One More River
5. Can't Take It With You
6. In The Lap Of The Gods
7. Pyramania
8. Hyper-gamma-spaces
9. Shadow Of A Lonely Man



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod