Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Ez3kiel.com (521)

EZ3KIEL - Battlefield (2010)
Par HEART OF STEELE le 17 Juin 2015          Consultée 652 fois

La vie est un combat où se livrent bataille des religions causant des quantités de morts inutiles et injustes, les grands groupes industriels, les lobbies de toutes sortes, hommes voulant être libres, se battant pour fuir la guerre, femmes voulant récupérer leur dignité et leur indépendance. Des combats innombrables dans tous les domaines de la vie. Aussi bien dans le domaine culturel, encore plus en danger aujourd’hui. Il n’y a qu’à voir le nombre de festivals annulés cette année… Des combats à mener. Et des victoires à obtenir. Difficile actuellement quand on est artiste en France.

Il y a 5 ans, pour la culture c’était sensiblement la même chose, sauf que dans notre monde musical, il y a eu quelques grosses sorties. En effet, en 2010 sortait le très bon Disconnect From Desire de School of 7 Bells (chroniqué ici même), l’éponyme d’Annihilator, le gothique Great Fleet of Echoes de Throes of Dawn, le chef d’œuvre pop de Katie Melua et le plus barré album de Unkle. Du coté de l’electro français sortait le Outback de High Tone et… quoi ? Ben oui quoi alors zut et saperlipopette de crévindieu (de bon sang de bois) ?!?

Et bien il y a eu l’immense Battlefield du groupe Ez3kiel. Nous ne ferons d’ailleurs pas l’affront insolent de présenter ce groupe phare de la scène electro française depuis 15 bonnes années maintenant. Et ne dirons point que ces tourangeaux de Tours sortent ici leur 4e album. Ni que les 3 précédents méritent tous une écoute plus qu’attentive. Nul besoin d’ajouter que tous les albums de ce groupe sont issus d’une recherche constante du son d’une époque uchronique, de trips sonores machiavéliques et puissants, de breaks et montées mélodiques dans des ambiances singulières. Un maëlstrom de vibes toutes nouvelles à chaque écoute. Et comme nous l'avons dit lors d’une précédente chronique de ce groupe unique, la mutation du groupe s’est approfondie encore et encore… le Son d’Ez3kiel étant ici plus Rock que jamais pour notre plus grand plaisir. Le premier titre Adamantium en est la preuve éclatante, les instruments passent au premier plan et ce tout au long de l’album.

Le concept d’Ez3kiel étant de faire la musique qu’il aime en faisant abstraction d’un style propre. Réveiller des mélodies enfouies sous des effets electro puissants sans être trop présents, ravager l’auditeur de ses vibrations perpétuelles, libres et implacables, portées par des compositions issues d’un travail colossal. Un génie qui ne peut sortir de sa lampe que lorsque nous lui prêtons attention. Tel est Ez3kiel, un génie plus qu’un prophète. Sa musique étant marquée par le Sceau de son époque, multi influencée et liée de façon parfois douce (Naphtaline) et presque harmonieuse, parfois syncopée et brute à la haute technologie comme sur les 2 premiers opus. Une technologie présente mais au service de musiciens qui posent leur patte experte pour 11 titres mutants, qui osent mettre en évidence un style plus massif, plus orchestral dans son approche. Seuls 2 titres ont un véritable chanteur, on en demandait pas tant. L’album s’écoute ainsi d’une traite, nous plongeant dans cette ambiance biomécanique et paradoxalement assez mélancholique (Lull).
Certains titres ont aussi une facette résolument post rock très racée (Wagma), comme un prélude à Lux, futur chef d’œuvre lui aussi.

Rodé à l’évolution des époques terriennes, à la mutation musicale, et soumis à l’envie d’aventure, Ez3kiel nous donne ici son premier chef d’œuvre. Plus obscur que jamais et parfois lorgnant même du coté d’un rock martial assumé au son electro puissant (Indus or not Indus ?) mélangeant instruments et machines qui fusionnent, il n’y a aucun doute que feu H.R. Giger apprécierait cette offrande atypique.

Comme dit Jacques Deval : « Une moitié de la victoire est dans le choix du champ de bataille, l’autre moitié dans le choix du moment ». Ez3kiel a surpris tout le monde en 2010 et a été classé durant 7 semaines au top albums français et Battlefield arrive au bon moment dans leur discographie.
En effet, l’après-Naphtaline ne pouvait poser que bon nombre de questions pour les amateurs sur l'orientation sonore à venir et le groupe a su rebondir en faisant muter une fois de plus son style vers des horizons nouveaux sans aucun compromis artistique. C’est aussi la force de ce groupe. Créer les plus grands albums d’electro français sans se soucier de la fange médiatique.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par HEART OF STEELE :


SCHOOL OF SEVEN BELLS
Sviib (2016)
Life has killed them




EZ3KIEL
Lux Live (2016)
Light Club


Marquez et partagez





 
   HEART OF STEELE

 
  N/A



- Johann Guillon (guitare, programmation, claviers)
- Stéphane Babiaud (batterie, vibraphone, percussions, claviers, chant)
- Yann Nguema (basse, arrangements, visuels)


1. Adamantium,
2. Volfoni’s Revenge
3. Spit On The Ashes (feat Narrow Terence)
4. Coal Flake
5. The Wedding
6. Break Or Die
7. Alignment (feat Blurum)
8. Lull
9. Firedamp
10. The Montagues And The Capulets (feat Daau)
11. Wagma



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod