Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Alan Parsons

The Alan PARSONS PROJECT - Stereotomy (1985)
Par BUDDY le 4 Février 2006          Consultée 3566 fois

Un an à peine sépare « Vulture Culture » de « Stereotomy ». Monsieur Alan Parsons a mis un an pour donner vie à sa nouvelle mouture et a puisé son inspiration dans une nouvelle d’Edgar Allan Poe, « Meurtres dans la Rue Morgue ». La couleur de la pochette n’est pas sans rappeler celle de leur premier opus «Tales of Mystery and Imagination » qui lui aussi s’inspirait directement de l’univers d’Allan Poe .

Le titre « Stereotomy » qui donne le feu vert, nous montre un Alan Parsons incisif, rugueux et direct. Ce titre est résolument rock. Son riff guitare dans le couplet sonne très « Police » et son refrain est très rock. Mais notre homme ne peut s’empêcher à 5 min 12, de revenir à son style musical de prédilection. Celui avec lequel il a forgé son succès sur ses galettes précédentes. Un titre bien gras, pour un Alan Parsons surprenant. « Beaujolais » et son intro légère est assez syncopé dans l’ensemble. Son couplet reste moins accrocheur que son refrain enjoué et rieur.
L’instrumental « Urbania » est une des réussites de cet album avec le son typique « Alan Parsons ». Celui-ci excelle vraiment dans les instrumentaux depuis quelques années déjà. Il en rajoute même une couche avec l’autre titre « Where's The Walrus ? » qui est un peu dans la lignée de « Mammagamma » pour les connaisseurs.
« Limelight » est une ballade bien agréable à entendre. Assez éloignée d’ailleurs du reste de l’album.
« In The Real World » fait très « Rock-Fm » et ce n’est pas cette facette d’Alan Parsons que l’on retiendra au fil des ans et des albums. « Light Of The World » démarre avec une intro piano très douce et la voix de Graham Dye qui flirte avec les accords de piano. Une bien jolie ballade que les « Fab Four » auraient très bien pu interpréter. « Chinese Whispers » et sa guitare acoustique jouée avec une consonnance espagnole est un titre assez surprenant.

L’album est clôturé par le « Stereotomy II » qui est le complément idéal de l’introduction où le groupe se lâche et tire la salve finale sur un album qui est loin d’être une surprise. Alan Parsons nous a vraiment habitué à beaucoup mieux, et il est dommage de rester sur sa faim avec cet album.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BUDDY :


The Alan PARSONS PROJECT
Tales Of Mystery And Imagination - Edgar Allan Poe (1976)
Alan parsons a acquis une certaine notoriété...

(+ 1 kro-express)



GENESIS
We Can’t Dance (1991)
"No son of mine" démarre l’album du trio...

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
  N/A



- David Paton. (basse)
- Stuart Elliott. (batterie et percussions)
- Ian Bairnson. (guitares)
- Richard 'trix' Cottle. (synthés and saxophones)
- Eric Woolfson. Alan Parsons. (pianos & claviers)
- Steve Dye. (voix additionnelle)
- Andrew Powell. ( direction philharmonia orchestra)
- John Miles. (chant)
- Chris Rainbow. (chant)
- Gary Brooker. (chant)
- Graham Dye. (chant)


1. Stereotomy
2. Beaujolais
3. Urbania.(instrumental)
4. Limelight
5. In The Real World
6. Where's The Walrus ?.(instrumental)
7. Light Of The World
8. Chinese Whispers
9. Stereotomy Ii



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod