Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK BRETON  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


MARIPOL - Les Oiseaux (1975)
Par MARCO STIVELL le 10 Octobre 2015          Consultée 694 fois

Le milieu des années 70 est une période d'activité intense pour MARIPOL, on peut même dire la plus prolifique de sa carrière musicale. Avec son mari et compagnon de route Jean-Paul Graffard, elle nous propose des albums splendides, remplis de poésie, baignant dans une musique folk lumineuse. Néanmoins, ces oeuvres sont parfois plus sombres que l'on pourrait s'y attendre.

Le troisième opus en est la preuve. Déjà, nous sommes en contact avec une splendide pochette ouvrante triple conçue par Thierry Jeffroy et Jean-Pierre Subié (dessins), ainsi qu'Anne-Marie Rechner pour la mise en page. Cet univers pictural celtique qui rappelle parfois l'art précolombien s'étend sur un fond noir. On remarque que la chanteuse, après une signature éphémère chez Kelenn, le label de Gilles SERVAT, est retournée au Chant du Monde, le label de son premier album.

Ce diamant noir est parfois nommé Les Oiseaux, pour pallier l'absence de titre et en faisant un choix aisé, puisque c'est celui de la première chanson. D'autres fois, on le renomme Les Ethers Bleutés, en écho au troisième morceau cette fois, une chanson magnifique et très personnelle, puisque MARIPOL évoque rêveusement son passé, ses déambulations de fille de la campagne et nostalgique dans un Paris froid et de plus en plus agité par les évènements de mai 68...

En 1975, le folk hippie n'est pas mort, on le sait grâce à de nombreuses formations américaines qui ont cependant abandonné leur propos militant. Ce n'est pas le cas en Bretagne, et surtout pas au sein du couple Graffard ! Les deux faces du vinyle se terminent chacune avec un titre rapide aux accords de guitare saccadés, où la poétesse durcit le ton, clame son engagement et son soutien pour le réveil de son pays et sa résistance face aux pouvoirs centralistes.

"Incendiaire" et "Liberté, Egalité, Laissez-moi Rigoler..." agissent comme des crachats, mais sans renier l'élégance féminine et poétique dévoilée sur toutes les autres chansons de l'album. Celles-ci sont beaucoup plus calmes, rêveuses, préfèrent une forme de second degré tout en étant saupoudrées de formules réalistes et contestataires, dédiées d'abord aux paysans qui souffrent de l'exode et de l'urbanisation massive.

Sur fond d'arpèges de guitare acoustique délicats et bucoliques, c'est tout un univers qui s'installe à travers la voix claire de MARIPOL. Elle récite et entonne des textes splendides. Le premier, dédié aux oiseaux sauvages, est un hommage à une ancienne époque en voie de disparition, comme le splendide "Lumière de la Graine", une pensée tendre pour les mains usées des travailleurs de la terre.

Fidèle à elle-même, la bardesse emploie des allégories et n'hésite pas à rajouter un argot naturel, des images abstraites, des tournures mystiques et en relation étroite avec la cosmogonie celtique. On peut parler ainsi de merveilles à l'écoute des "Agrès Violines", des "Ethers Bleutés", des "Maisons Vert de Grisées", de "La Nuit en Pays de Mer"... Cette même mer qu'on prend avec Saint Brendan qui ne fait désormais plus qu'un avec elle ("Voyage Avec Mor-Bran"), ou que l'on survole en compagnie d'une fille du vent...

Ces "rivages où la matière n'a plus corps", ces "odeurs étranges de bruyère éclatées", ces "mains de porcelaine" nous sont décrites avec un raffinement certain, beaucoup plus que sur l'album précédent qui sonne parfois légèrement sec en comparaison. Les arpèges en picking sont entremêlés de choeurs en vocalises et de mélodies à la flûte irlandaise (jouée par Jean-Paul Graffard), les chansons parfois très courtes s'insèrent entre les plus méditatives. Cet ensemble nous fait apprécier le soin particulier apporté au troisième disque d'une grande artiste bretonne méconnue. Inoubliable, de même que le suivant...

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


FAIRPORT CONVENTION
Jewel In The Crown (1995)
Album varié, très bien produit et inspiré.




TREES
The Garden Of Jane Delawney (1970)
Folk-rock psychédélique anglais


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Maripol (chant, récitation)
- Jean-paul Graffard (guitare, flûtes, choeurs)
- Thierry Jeffroy (guitares, violon, banjoline, mandoline)
- Patrick Lebrun (basse)
- Joël Caruana (percussions)


1. Les Oiseaux
2. Voyage Avec Mor-bran
3. Les éthers Bleutés
4. Tu Voudrais
5. Fille Du Vent
6. Les Agrès Violines
7. Liberté, égalité, Laissez-moi Rigoler
8. Les Maisons Vert De Grisées
9. Petit Enfant
10. Lumière De La Graine
11. Les Yeux
12. La Nuit En Pays De Mer
13. Incendiaire



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod