Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Fairport Convention

Richard THOMPSON - Shoot Out The Lights (avec Linda Thompson) (1982)
Par MARCO STIVELL le 19 Décembre 2015          Consultée 1095 fois

1982 est une année pleine de contrastes pour Richard et Linda THOMPSON. Faute de succès et sans contrat en ce début de décennie, ils collaborent pendant un temps avec Gerry RAFFERTY, monsieur "Baker Street" qui veut les produire. L'ambiance se détériore vite et bien, car le perfectionnisme de RAFFERTY étouffe trop la spontanéité de Richard. Un album est enregistré, mais aucun label ne veut le sortir et il tombe dans les oubliettes (un bootleg verra le jour).

En dehors de la rupture professionnelle et brutale avec l'ami Gerry, le bilan est encore plus négatif sur le plan sentimental, puisqu'au milieu de l'année 1981, les THOMPSON, dont le couple battait de l'aile depuis quelques temps, ont déjà divorcé. Richard est parti enregistrer un album instrumental (l'excellent Strict Tempo!), et il écrit des chansons gorgées d'amour désabusé. On retrouve la texture sombre des disques de la période 74-75, mais différemment.

Il faut dire que l'ami des premières heures de FAIRPORT CONVENTION, Joe Boyd, est là pour épauler les THOMPSON et les produire. Ce qui empêche Shoot Out the Lights de sonner aussi confiné que les premiers albums du couple ; la production est nettement plus claire, mais la qualité est -au moins !- pareillement présente que sur un Pour Down Like Silver ou un I Want to See the Bright Lights Tonight.

Nous sommes passés aux années 80, et que la guitare de THOMPSON, héritière du rockabilly et de Hank MARVIN, avec sa personnalité propre, n'est pas sans rappeler un autre musicien d'origine écossaise, étoile montant avec fulgurance. Sauf que Mark KNOPFLER vendra des millions de disques, lui. Néanmoins, cette dernière production des THOMPSON en commun obtiendra paradoxalement un succès inespéré...

Linda est enceinte de la petite Kami, mais elle et Richard ne peuvent plus se voir, alors que lui se réfugie dans les bras de leur collaboratrice Nancy Covey. C'est cette dernière qui organise les tournées des THOMPSON aux Etats-Unis où ils triompheront, accompagnés en mai 1982 par un groupe de rêve, rien moins que Dave Mattacks et Simon Nicol, les anciens collègues de FAIRPORT. Arrive également Pete Zorn, un acolyte qui se révèlera indispensable sur la longueur.

Difficile d'imaginer, en concert où tout semble aller bien et sur disque, ce qui se trame en coulisses. L'ambiance est électrique, Linda fait des croche-pattes à Richard avant de monter sur scène, et il l'enferme dans un petit tableau accroché au mur de leur chambre, avec un soulagement évident, sur une pochette pleine de cynisme... Shoot Out the Lights et son titre bien senti forment un album thérapeutique. L'auditeur témoin ne peut renier un pur plaisir coupable : il adore ça.

Les critiques seront élogieuses, et il y a de quoi. Dès les premières phrases chantées par Richard sur "Don't Renege on Our Love", on rentre dedans à fond et avec jouissance : "Remember when we were hand in hand..." ("souviens-toi lorsqu'on se tenait les mains")... Le rythme country cavalier est un pur délice, avec les choeurs, de même que le tempo sautillant de "Man in Need", autre chanson taillée sur mesure pour Richard.

À l'inverse, Linda chante le doux "Just the Motion", ballade introspective magnifique mais encore en deçà du classique "Walking on a Wire", avec une mélodie et un chant qui arracheraient des larmes à une pierre. "I'm walking on a wire, I'm walking on a wire, and I'm falling...". Si simple, si beau. Et que dire de "Wall of Death" et "Did She Jump or Was She Pushed?", tout aussi parlants et grandioses, repris par de nombreux amateurs du couple terrible du folk anglais ?

Un climax est atteint au milieu du disque, avec "Shoot Out the Lights" et son riff de Strat puissant, qui tout comme le chant de Richard contient avec peine une rage ambiante... "Back Street Slide" mêle une section de cuivres aux voix du duo et à un ton plus égayant mais pas moins hypnotique, grâce à l'accordéon de John Kirkpatrick et la batterie toujours brillante de Dave Mattacks.

Vraiment, une fois de plus, la qualité d'écriture rejoint l'interprétation. Shoot Out the Lights a ce quelque chose qui le rend plus recommandable au néophyte que les précédents. La dynamique ? La maturité ? Un producteur attitré qui sait ce qu'il a à faire ? L'idée qu'on n'entendra plus la voix de Linda aux côtés de Richard ? Tout ça en même temps sans doute. Ainsi se clôt l'un des plus beaux chapitres de l'histoire de la musique folk, mais notre ami Richard ne va pas s'arrêter là, oh non !

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Murray HEAD
Pipe Dreams (1995)
Son plus diversifié




Nikki MATHESON
Invisible Angel (2011)
De toute beauté...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Linda Thompson (chant)
- Richard Thompson (chant, guitare lead, accordéon, hammered dulcimer)
- Simon Nicol (guitare rythmique)
- Dave Pegg (basse)
- Pete Zorn (basse, choeurs)
- David Mattacks (batterie)
- + The Watersons (choeurs)
- Clive Gregson (choeurs)
- Stephen Corbett (cornet)
- Brian Jones (cornet)
- Phil Goodwin (tuba)
- Stephen Barnett (trombone)
- Mark Cutts (trombone)


1. Don't Renege On Our Love
2. Walking On A Wire
3. Man In Need
4. Just The Motion
5. Shoot Out The Lights
6. Back Street Slide
7. Did She Jump Or Was She Pushed?
8. Wall Of Death



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod