Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Cream, The Yardbirds

Les VARIATIONS - Take It Or Leave It (1973)
Par LONG JOHN SILVER le 4 Novembre 2015          Consultée 1525 fois

À l’intérieur de la pochette ouvrante* du 33t original de Take It Or Leave It, on pouvait découvrir une note plutôt revancharde sinon amère, signée de la main de Sacha Reins, alors une des principales plumes pour le magazine Best**. Selon lui, l’objet qui se présentait allait non seulement rencontrer son public mais aussi se charger de faire taire tout le monde chez les grincheux hostiles de la presse.

La vie n’a jamais été un long fleuve tranquille pour les VARIATIONS, groupe sujet à de fortes zones de turbulences, Nador était pourtant bien un excellent premier disque, amené à le propulser dans le sillage lourd du Zep, du Pourpre ou du Sabb’. Après quoi, Le groupe se fait épingler par les médias, livre des prestations torrides sur scène, passe son temps sur la route, sort des singles mais perd Joe Lebb parti en Israël avec sa blonde.

Depuis Nador et 1970 sont parus Master Of Reality, Made In Japan... Led Zep IV surtout. Joe Lebb revient en 1972 pour participer à la première tournée du groupe aux Etats-Unis. Le séjour outre Atlantique est alors mis à profit pour enregistrer un single (en français !) à Cincinnati : « Je Suis Juste Un Rock’n’Roller »***. C’est beau comme du Bill Wyman sans faute de syntaxe et ça va chasser sur les terres de Johnny niveau scansion. Cependant, dire cela sans y regarder de plus près serait faire fi d’un balancement, d’un groove psyché qui doit énormément à la musique nord-Africaine. Ce single est une bonne pioche, puisqu’il se classe pas trop loin du sommet des classements en France. En Amérique plusieurs producteurs sont sur les rangs pour prendre en charge le groupe, et c’est Don Nix – personnage quasi incontournable – qui emporte le gros lot.

L’effet Nix est par ailleurs assez net : le son tend plus en direction de celui des Stones que de celui du Zep. C’est même flagrant sur « Silver Girl », titre produit comme un blockbuster avec des chœurs féminins et ses couches instrumentales superposées. Du coup on pense à Alice COOPER, il y a pire comme référence.
Puis vient « Help Me Marianne », avec son riff caoutchouteux irrésistible, une ambiance que ne renierait pas le BLUE ÖYSTER CULT - groupe croisé en tournée –, certains plans étant similaires à ceux qu'on entend dans "Hot Rails To Hell" paru cette même année 1973. Cette chanson a tout des grandes et aurait probablement mérité de devenir un classique. Il faut attendre « Make You Mine » pour entendre un titre authentiquement agressif, mais avec un son garage qui se rapproche plus des NEW YORK DOLLS – autre fréquentation de route – que de DEEP PURPLE, Joe Lebb se déchaîne comme un mort de soif, ça dépote, Tobaly décoche les notes qu’il faut comme il faut. S’ensuit « All I Want To Know », ballade bluesy avec guirlandes chantée par Jacky Bitton, plus radio friendly tu te crispes donc franchement dispensable, sauf pour qui pense que ça pourrait faire un tube. Heureusement « Take The Time To Live » vient opportunément nous rappeler qu’il n’y a pas que ZZ TOP dans la vie, puisque les Variations sont là, au grand complet ! Joe, Marc les super héros soutenus par les indispensables Jacky et Jacques, avant même l’avènement des Dupont Volants.

Sur la deuxième moitié du disque, on retrouve Jacky au chant sur un titre aussi peu désagréable que mémorable, « Walk Right Down », soft rock avec plein de filles mixées dans les chœurs. Franchement Joe chante bien mieux que lui, pour preuve « Rock’n’Roll Jet » remonte l’ambiance de plusieurs crans, au moins ça démonte ! Puis, « I Need Somebody » est un blues puissant et rappeux qui invoque les formations anglaises de la fin des 60’s, c’est le titre qui fait le plus penser au premier album, le solo de Tobaly est un moment de bravoure et ça demeure solide tout le temps. Passé cela, « If I Can Do It » est clairement pop tout en tirant vers le r’n’b et le gospel, la sauce prend, Joe Lebb donne sa pleine démesure surtout que les arrangements sont chiadés, comme toujours avec ce groupe. En fin galette Jacky revient pour chanter « C’mon Joe » - qui est aussi sa compo -, soit à nouveau du soft-rock sympa mais oubliable, avec un chouette solo de guitare dedans.

L’autre constat qu’on fait après la lecture globale de cet album, étant que la patte méditerranéenne a été considérablement gommée par rapport à l’ouvrage précédent, le son s’est effet nettement « américanisé ». Si le rendu est convaincant, le talent présent, il semble parfois manquer une dimension pourtant prégnante dans l'identité VARIATIONS, ou du moins de l'idée qu'on s'en fait.

Alors, on a bien compris en préambule de cette chronique que d’aucun avait pensé que Take It Or Leave IT, au titre assez provocateur si on le replace dans son contexte, allait mettre les VARIATIONS sur les rails de la gloire internationale. Sur sa pochette est représenté un rapace qui dispose d’une femme nue dans ses serres pour mieux la lâcher ensanglantée sur son revers…
Oui, je sais, c’est fin, d’un goût exquis même, Spinal Tap**** n’est probablement pas très loin quand on prend la route … Le groupe lui, va s’attacher aussitôt à battre le fer, ce qui signifiait alors : poursuivre l’aventure américaine. Le grand succès n’arrivera jamais, mais il n’avait pas (tout à fait) dit son dernier mot.

* Gatefold pour les intimes
** Principal Concurrent de Rock’n’Folk
*** L'album Take It Or Leave It a été réédité avec bonus incluant tous les singles parus après Nador
**** Groupe ayant débuté dans les 60’s, au parcours imaginé de toute pièces par le réalisateur Rob Reiner en 1984

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Pat BENATAR
35th Anniversary Tour (2015)
Tubes au soleil




ALICE COOPER
Alice Cooper Goes To Hell (1976)
Alice franchit le Styx


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Marc Tobaly (guitare)
- Joe Lebb (chant)
- Jacky Bitton (batterie, chant)
- Jacques Grande (basse)
- +
- Larry Raspberry (piano)
- Ken Woodley (orgue,choeurs)
- Reni Crook (choeurs)
- Steve Smith (choeurs)


1. Silver Girl
2. Help Me Marianne
3. Make You Mine
4. All I Want To Know
5. Take The Time To Live
6. Walk Right Down
7. Rock'n'roll Jet
8. I Need Somebody
9. If I Can't Do It
10. C'mon Joe



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod