Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Forum Non Officiel Des Têtes Raides (605)
 Têtes Raides (701)

TêTES RAIDES - Fragile (2005)
Par RAMON PEREZ le 12 Décembre 2019          Consultée 263 fois

Ce disque a quinze ans. Ca me fait un peu mal de l’admettre. Le temps passé qu’on n’a pas vu, qui ne se rattrape plus, tout ça… C’était hier, TETES RAIDES allait basculer pour moi de la catégorie des groupes que l’on découvre après coup à celle des groupes qui vous accompagnent. Ils allaient devenir les artistes que j’ai le plus acheté, que ce soit en disques ou en concerts. Flash-back : début des années 2000, je suis au lycée et un groupe me marque au fer rouge. J’écoute leurs albums des dizaines de fois en quelques mois et rêve de les voir en concert bientôt. Ils deviennent aussi important pour moi que RENAUD : c’est NOIR DESIR. Puis vient cet été 2003. Avec lui, le premier véritable travail de deuil de ma vie ; les étapes passées les unes derrière les autres. Et parmi elles, un album qui va m’ouvrir une autre porte : Gratte Poil, que je découvre à cette époque (avec "L’iditenté" pour faire le lien). Mais, si je l’ai de suite beaucoup aimé, c’est bien Fragile qui va me faire pleinement entrer dans l’univers de Têtes Raides, le meilleur remontant (avec aussi LES WAMPAS) post Vilnius.

Si j’ai un regret éternel à propos de Noir Désir, c’est de ne pas les avoir vus en concert. Alors que j’ai vraiment découvert Têtes Raides sur scène, à l’occasion de la tournée Fragile. Un savant mélange chanson/rock qui allait motiver bientôt l’achat de l’album puis, dans la foulée, celui de presque toute l’œuvre passée. Rétrospectivement, il me parait évident que ce disque était celui dont j’avais besoin. Hasard de l’Histoire, il est produit par Denis Barthe (si tu ne sais pas qui c’est, je te dirai juste que c’est le batteur d’un groupe que je te laisse deviner). Il est surtout un mélange explosif qui fait du bien par où il passe.

La pochette dit déjà tout en abandonnant le fond clair habituel pour ce rouge et noir avec lesquels l’album est écrit. Simples et directes ; image et musique. L’album tire de suite sa première flèche avec une introduction des plus saignantes. Sang de la vie et de la mort, dont les textes vont régulièrement parler. A commencer par celui de ce premier titre puissant, pour lequel le groupe avait également fait un clip assez marquant. Une puissance qui tend le disque comme un slip (c’est le nom de leur label), depuis ce début tranchant comme un Hattori Hanzo jusqu’à cet incroyable final qui fait le tour de la force en compagnie de THE EX, à une température cramante au possible. Un morceau d’une intensité jamais entendue dans leur œuvre, si ce n’est peut-être dans "L’iditenté".

En parlant de cette dernière, il est rétrospectivement intéressant de voir ce qu’elle a provoqué. Alors que le groupe avait débranché ses guitares depuis plusieurs années, cette incursion électrique a d’abord ouvert la voie à "Civili" et à un ou deux autres morceaux sur Qu’est-ce qu’on s’fait chier ! Ensuite le live suivant (28.05.04) est allé plus loin encore, en remettant au goût du jour les compositions et l’esprit du premier album, le plus rock jusque-là de nos Têtes. Voici donc que Fragile enfonce le clou de ce retour aux sources, en tension à tous les titres. De quoi bien sûr en rebuter plus d’un, en manque d’un accordéon qui se fait ici totalement absent. Mais de quoi en faire revenir quelques autres aussi ; moins nombreux sans doute.

Cependant, et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce disque, Fragile ne se contente pas de revenir quinze ans en arrière. Le groupe n’oublie pas de s’appuyer sur les forces qu’il a développées au fil de ces années loin du rock. Si l’accordéon ne se fait pas entendre, cela laisse de la place pour quelques autres instruments, en particulier le saxo d’Iso. Instruments qui ajoutent sans cesse des couleurs à la base électrique ininterrompue de cet enregistrement, permettant de jouer comme toujours sur les nuances. Variations des rythmes, recherche des notes et des accords, Têtes Raides sait toujours où aller chercher la bonne came. Ils proposent donc un disque autrement plus ambitieux que leurs premiers efforts. Christian n’a jamais semblé aussi à l’aise qu’ici, ce qui rajoute une dose de force et de profondeur supplémentaire. "Lové-moi" ou "Le raccourci" sont de bons exemples de ce que cela peut donner. Un Christian dont la plume se met aussi dans le ton, avec une pelletée de textes directs, parfois délirants, parfois rentre-dedans ("Constipé" qui vise le nationalisme, "Houba" les religions), parfois philo, toujours poétiques. Le choix du texte de Boris Vian, "Je voudrais pas crever", est lui aussi très bien vu.

Tu l’auras compris, le groupe ne fait pas semblant de changer avec cet album. Anticipant un thème porteur peu de temps après, on peut parler de rupture. A la différence que c’est une vraie. Radicale, punk, pour le meilleur et le pire. Le pire c’est le laid jusqu'où Têtes Raides accepte de s’abîmer (l’enchaînement "Les animaux"/"Chanson pour pied"). Le meilleur, outre ce que j’ai déjà raconté, c’est la propension à aller au bout du délire, à s’enfoncer dans un certain bruitisme complètement hors de contrôle comme sur "Latuvu", véritable foire aux monstres où l'on croise autant le disco que les amis Rachid TAHA et Didier WAMPAS en roue libre - entre autres très nombreux invités participant à ce disque. Un délire dans lequel il faut faire l’effort de rentrer, c’est vrai, mais qui devient jubilatoire si on y parvient. Au fond, c’est l’album où Têtes Raides s’amuse le plus, tout en gardant un propos fort et grave. Fragile montre une autre façon de faire du rock, d’être punk. Si c’était tout ce dont j’avais besoin il y a quinze ans, cela reste largement toujours aussi intéressant à écouter aujourd'hui.

A lire aussi en ROCK par RAMON PEREZ :


IZIA
So Much Trouble (2011)
High voltage




IZIA
Izia (2009)
Explosive girl.


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
   BARZ

 
   (2 chroniques)



- Anne-gaëlle
- Cali
- Christian
- Edith
- Grégoire
- Lulu
- Serge


1. Je Préfère
2. Fragile
3. Je Voudrais Pas Crever
4. Latuvu
5. L'oraison
6. Je Préfère Comprendre
7. We Gonna Love Me
8. Lové-moi
9. Constipé
10. Le Raccourci
11. Houba
12. Les Animaux
13. Chanson Pour Pieds
14. Je Comprends
15. De Kracht



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod